Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : un sursaut possible ?

En savoir plus

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

FRANCE

À Paris, l’aide d’urgence aux immigrés tunisiens s'achève

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 30/08/2011

Face à l’afflux de Tunisiens sans papiers à Paris après la chute de Ben Ali en janvier, la mairie de la ville avait voté une aide d’urgence. Ce dispositif qui prend fin mercredi, laisse plusieurs dizaines de personnes en situation de précarité.

Le dispositif d’aide d’urgence aux migrants tunisiens à Paris arrive à terme mercredi. Mis en place au mois d’avril par la mairie, au moment où des centaines de Tunisiens en situation irrégulière affluaient vers la capitale française, ce dispositif visait à leur offrir un hébergement, de la nourriture ainsi qu’une assistance médicale, juridique et administrative. 

"Depuis avril, nous avons débloqué 1 425 000 euros en trois fois pour venir en aide aux migrants tunisiens", explique Pascale Boistard, adjointe chargée de l’intégration et des étrangers non-communautaires à la mairie de Paris. "Nous avons trouvé 300 places en hébergement d’urgence, accompagné les associations caritatives mobilisées à leurs côtés, effectué des maraudes…", énumère-t-elle. 

Un millier de Tunisiens sont venus à Paris 

En janvier dernier, dans la confusion qui a suivi la chute de Zine el-Abidine Ben Ali après 23 ans au pouvoir, les candidats à l’immigration clandestine – principalement de jeunes hommes originaires des régions pauvres du sud du pays – se sont rués sur les bateaux pour rejoindre l’île italienne de Lampedusa, porte d’entrée de l’éden européen. En ligne de mire : la France. 

Près de mille Tunisiens ont afflué vers la capitale française. À leur arrivée, le paradis tant espéré n'est pas au rendez-vous. Les autorités françaises ne leur ont pas déroulé le tapis rouge, bien au contraire. 

Venus chercher du travail, persuadés de gagner rapidement de l’argent, ils affrontent le froid et la faim. Nombre d’entre eux dorment dans des parcs, s'alimentent grâce au soutien d’associations humanitaires. Face à la gravité de la situation, le conseil municipal de Paris vote, le 26 avril, une aide d’urgence. 

Quatre mois après sa mise en place, la ville de Paris met fin à ce dispositif afin de préparer un plan hivernal consistant à trouver des places en hébergement d’urgence accessibles à tous les sans domicile fixe, Tunisiens ou non. "Cette année, nous devons gérer avec un quart de places en hébergement d’urgence en moins alloué par l’État", explique-t-elle, dans un soupir, avant d’ajouter : "le dispositif d’aide aux Tunisiens voté par la mairie était un plan d’urgence, il n’était pas destiné à durer. Il a été prolongé à deux reprises mais nous ne pouvons pas aller plus loin. On a tout assumé financièrement, on a été abandonné par l’État. La seule présence dont l’État a su faire preuve, ce sont les arrestations et les opérations d’évacuation". 

Aide au retour 

Le plan d’urgence a permis d’éviter le pire. Sur le millier de Tunisiens sans toit et sans papiers qui erraient dans les rues de Paris au printemps, la plupart ont trouvé refuge dans leurs familles ou dans des structures associatives. Certains d'entre eux – mineurs, malades ou en passe d’obtenir un contrat de travail – pourront continuer à bénéficier d’un accompagnement et d’une aide. Cependant, selon la mairie de Paris, environ 80 Tunisiens arrivés au Printemps s’apprêtent à vivre dans des conditions difficiles. "Ceux-là vont faire l’expérience de la précarité", prédit Pierre Henry, directeur général de l’association France terre d’asile. 

Pour ces Tunisiens, reste l’option du retour volontaire. L’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) offre aux migrants souhaitant regagner leur pays un billet d’avion ainsi qu’une enveloppe de 300 euros au titre de l’aide humanitaire au retour. "Beaucoup d’entre eux souhaiteraient rentrer, mais pas à n’importe quel prix, estime Cyril Vanier, journaliste pour FRANCE 24, auteur d’un reportage consacré aux migrants tunisiens en juillet dernier. Il a fallu qu’ils paient en moyenne mille euros aux passeurs pour arriver à Lampedusa. Beaucoup se sont endettés pour partir. Il faut rembourser cette dette. C’est la raison pour laquelle un certain nombre de gens qui souhaitent rentrer en Tunisie ne prennent pas l’offre de l’OFII". 

Lors de sa dernière délibération, en juillet, le conseil municipal de Paris a une nouvelle fois débloqué des fonds visant à compléter l’aide au retour volontaire. "Une aide supplémentaire de 700 euros, au titre de l’aide à l’insertion, est accordée par la mairie de Paris aux Tunisiens hébergés à Paris et qui ont obtenu l’aide au retour de l’OFII, explique Pascale Boistard. Nous ne pouvons pas faire profiter de cela aux non-Parisiens, cela sortirait des compétences de la municipalité". Pour l’heure, environ 70 personnes ont bénéficié de cette aide au retour. D’autres devraient suivre car d'après l’élue : "Le montant débloqué par la mairie de Paris permet d’aider encore une trentaine de Tunisiens à retourner dans leur pays".

Première publication : 30/08/2011

  • FRANCE - TUNISIE

    "Je rêvais juste d’une vie meilleure..."

    En savoir plus

  • FRANCE - TUNISIE

    Aux portes de Paris, une urgence humanitaire pour les réfugiés tunisiens

    En savoir plus

  • FRANCE

    Cent trente-sept Tunisiens expulsés manu militari d'un squat parisien par les forces de l'ordre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)