Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

SUR LE NET

Hommages aux victimes du naufrage en Corée du sud

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : fusillade à Sloviansk, les séparatistes demandent l'aide de Moscou

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad se rend dans la ville chrétienne de Maaloula pour la fête de Pâques

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps repêchés du ferry naufragé

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

FRANCE

À Paris, l’aide d’urgence aux immigrés tunisiens s'achève

©

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 30/08/2011

Face à l’afflux de Tunisiens sans papiers à Paris après la chute de Ben Ali en janvier, la mairie de la ville avait voté une aide d’urgence. Ce dispositif qui prend fin mercredi, laisse plusieurs dizaines de personnes en situation de précarité.

Le dispositif d’aide d’urgence aux migrants tunisiens à Paris arrive à terme mercredi. Mis en place au mois d’avril par la mairie, au moment où des centaines de Tunisiens en situation irrégulière affluaient vers la capitale française, ce dispositif visait à leur offrir un hébergement, de la nourriture ainsi qu’une assistance médicale, juridique et administrative. 

"Depuis avril, nous avons débloqué 1 425 000 euros en trois fois pour venir en aide aux migrants tunisiens", explique Pascale Boistard, adjointe chargée de l’intégration et des étrangers non-communautaires à la mairie de Paris. "Nous avons trouvé 300 places en hébergement d’urgence, accompagné les associations caritatives mobilisées à leurs côtés, effectué des maraudes…", énumère-t-elle. 

Un millier de Tunisiens sont venus à Paris 

En janvier dernier, dans la confusion qui a suivi la chute de Zine el-Abidine Ben Ali après 23 ans au pouvoir, les candidats à l’immigration clandestine – principalement de jeunes hommes originaires des régions pauvres du sud du pays – se sont rués sur les bateaux pour rejoindre l’île italienne de Lampedusa, porte d’entrée de l’éden européen. En ligne de mire : la France. 

Près de mille Tunisiens ont afflué vers la capitale française. À leur arrivée, le paradis tant espéré n'est pas au rendez-vous. Les autorités françaises ne leur ont pas déroulé le tapis rouge, bien au contraire. 

Venus chercher du travail, persuadés de gagner rapidement de l’argent, ils affrontent le froid et la faim. Nombre d’entre eux dorment dans des parcs, s'alimentent grâce au soutien d’associations humanitaires. Face à la gravité de la situation, le conseil municipal de Paris vote, le 26 avril, une aide d’urgence. 

Quatre mois après sa mise en place, la ville de Paris met fin à ce dispositif afin de préparer un plan hivernal consistant à trouver des places en hébergement d’urgence accessibles à tous les sans domicile fixe, Tunisiens ou non. "Cette année, nous devons gérer avec un quart de places en hébergement d’urgence en moins alloué par l’État", explique-t-elle, dans un soupir, avant d’ajouter : "le dispositif d’aide aux Tunisiens voté par la mairie était un plan d’urgence, il n’était pas destiné à durer. Il a été prolongé à deux reprises mais nous ne pouvons pas aller plus loin. On a tout assumé financièrement, on a été abandonné par l’État. La seule présence dont l’État a su faire preuve, ce sont les arrestations et les opérations d’évacuation". 

Aide au retour 

Le plan d’urgence a permis d’éviter le pire. Sur le millier de Tunisiens sans toit et sans papiers qui erraient dans les rues de Paris au printemps, la plupart ont trouvé refuge dans leurs familles ou dans des structures associatives. Certains d'entre eux – mineurs, malades ou en passe d’obtenir un contrat de travail – pourront continuer à bénéficier d’un accompagnement et d’une aide. Cependant, selon la mairie de Paris, environ 80 Tunisiens arrivés au Printemps s’apprêtent à vivre dans des conditions difficiles. "Ceux-là vont faire l’expérience de la précarité", prédit Pierre Henry, directeur général de l’association France terre d’asile. 

Pour ces Tunisiens, reste l’option du retour volontaire. L’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) offre aux migrants souhaitant regagner leur pays un billet d’avion ainsi qu’une enveloppe de 300 euros au titre de l’aide humanitaire au retour. "Beaucoup d’entre eux souhaiteraient rentrer, mais pas à n’importe quel prix, estime Cyril Vanier, journaliste pour FRANCE 24, auteur d’un reportage consacré aux migrants tunisiens en juillet dernier. Il a fallu qu’ils paient en moyenne mille euros aux passeurs pour arriver à Lampedusa. Beaucoup se sont endettés pour partir. Il faut rembourser cette dette. C’est la raison pour laquelle un certain nombre de gens qui souhaitent rentrer en Tunisie ne prennent pas l’offre de l’OFII". 

Lors de sa dernière délibération, en juillet, le conseil municipal de Paris a une nouvelle fois débloqué des fonds visant à compléter l’aide au retour volontaire. "Une aide supplémentaire de 700 euros, au titre de l’aide à l’insertion, est accordée par la mairie de Paris aux Tunisiens hébergés à Paris et qui ont obtenu l’aide au retour de l’OFII, explique Pascale Boistard. Nous ne pouvons pas faire profiter de cela aux non-Parisiens, cela sortirait des compétences de la municipalité". Pour l’heure, environ 70 personnes ont bénéficié de cette aide au retour. D’autres devraient suivre car d'après l’élue : "Le montant débloqué par la mairie de Paris permet d’aider encore une trentaine de Tunisiens à retourner dans leur pays".

Première publication : 30/08/2011

  • FRANCE - TUNISIE

    "Je rêvais juste d’une vie meilleure..."

    En savoir plus

  • FRANCE - TUNISIE

    Aux portes de Paris, une urgence humanitaire pour les réfugiés tunisiens

    En savoir plus

  • FRANCE

    Cent trente-sept Tunisiens expulsés manu militari d'un squat parisien par les forces de l'ordre

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)