Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

Afrique

En accueillant la famille Kadhafi, l'Algérie prend des risques limités

Vidéo par Damien COQUET

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 03/09/2011

Plusieurs membres de la famille de l'ancien dirigeant libyen sont entrés en Algérie lundi. Si leur venue est embarrassante d’un point de vue diplomatique, elle pourrait également s’avérer être une monnaie d’échange intéressante.

Alors que l'ex-homme fort de la Libye reste introuvable plus d'une semaine après la prise de Tripoli, une partie de sa famille est arrivée lundi matin sur le sol algérien. "L'épouse de Mouammar Kadhafi, Safia, sa fille Aïcha, ses fils Hannibal et Mohamed, accompagnés de leurs enfants sont entrés en Algérie à 08h45 (07H45 GMT) par la frontière algéro-libyenne" a confirmé, via un communiqué, le ministère algérien des Affaires étrangères, sans préciser les circonstances de leur arrivée ou la durée de leur séjour. Le silence adopté par Alger n’est pas nouveau et depuis le début de la crise libyenne, le pays a opté pour la non-ingérence en Libye, déclarant prôner une position de "stricte neutralité".

Des invités encombrants…

Ce silence pourrait toutefois s’avérer embarrassant, estime Kader Abderrahim, professeur de sciences politique à California University et chercheur à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS). "Comment expliquer cet accueil alors que le fils Hannibal n’est pas franchement un enfant de chœur, il est très impliqué dans les exactions associées au régime de Kadhafi."

Sur le plan diplomatique, Alger et Damas font partie des dernières capitales arabes à ne pas reconnaître la légitimité politique du Conseil national de transition. Le gouvernement d’Abdelaziz Bouteflika a toujours refusé, avec la Syrie, l’intervention de l’Otan en Libye. "Les accueillir, c'est isoler encore un peu plus l’Algérie de la communauté internationale", ajoute l’expert.

Alger marche sur des oeufs. Même si la Cour pénale internationale (CPI) n’a pas émis de mandat contre ces individus, ceux-ci n’en demeurent pas moins des invités encombrants parce que liés à un régime qu'une grande partie de la communauté internationale ne reconnaît plus. "Recevoir la famille de Kadhafi, c’est presque officialiser, a posteriori, le soutien d’Alger à Kadhafi. Leur présence pourrait contribuer à légitimer les rumeurs qui ont laissé entendre que Bouteflika aurait laissé entrer des armes et des mercenaires en Libye durant le conflit. Et tout cela contribue à donner une mauvaise image de l’Algérie", juge Pierre Vermeren, historien et maître de conférence à la Sorbonne-Paris 1.

Mais leur arrivée n’a rien d’exceptionnel

Historiquement, rappelle Kader Abderrahim, les familles de dictateurs ont souvent trouvé refuge dans des pays amis. "Prenez Mobutu [président de la République démocratique du Congo de 1965 à 1997, ndlr]. Une fois déchu, il a rejoint le Maroc, sa venue n’a pas provoqué un tollé international. Prenez également le Shah d’Iran [qui dirigea l’Iran de 1941 à 1979 avant d’être renversé par la révolution iranienne, ndlr], il est allé se réfugier en Égypte et la communauté internationale a laissé faire. En somme, héberger les dictateurs et leurs familles est assez fréquent", explique le chercheur de l’IRIS.

Dans le cas présent, cet accueil est-il vraiment condamnable "quand le principal intéressé n’est pas présent sur le territoire ?", se demande Pierre Vermeren, qui met en garde contre un emballement médiatique qui pourrait n’être qu’un feu de paille. "Sans Mouammar Kadhafi, la famille du "Guide" intéresse peu et va rapidement devenir un sujet secondaire. Seule l’arrestation de l'ancien dirigeant libyen est vraiment importante. Dans quelques semaines, la pression sera sûrement retombée."

En les accueillant, Alger a pris des risques limités

Les deux spécialistes s’accordent à penser qu’Alger pourra sans doute - dans un premier temps - refuser de renvoyer l'épouse et les trois enfants de Mouammar Kadhafi en Libye malgré la requête du Conseil de transition libyen. "Les autorités algériennes ne veulent pas que la famille de Kadhafi soient jugée à la va-vite ou qu’elle soit victime de la vengeance des anti-kadhafi. Elles feront leur maximum pour freiner leur extradition", explique Pierre Vermeren, qui estime que pour ralentir la procédure, Alger n’hésitera pas à frapper là où le bât blesse. "Le gouvernement de Bouteflika posera probablement la question de la légitimité et de la représentativité du Conseil national de transition. Et puis les autorités algériennes réclameront sûrement une demande d’extradition en bonne et due forme avec des actes d’accusation clairs, ce que la Libye, encore trop instable, est incapable de faire."

Ses ressources énergétiques - pétrolières notamment – et sa position stratégique au nord de l’Afrique offrent une certaine marge de manœuvre à l’Algérie. "Elle peut non seulement protéger cette famille, mais surtout, elle peut le faire sans craindre de représailles de la communauté internationale. Les Américains ont besoin de Bouteflika pour faire face à Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) qui pullule dans la région et les Européens ont besoin de ses ressources. Aucun d’eux ne prendra le risque de se mettre l’Algérie à dos pour quatre membres d’une famille", estime Pierre Vermeren

De son côté, la Libye qui partage plus de 1000 kilomètres de frontière commune avec l’Algérie - frontière qu'Alger aurait décidé de partiellement fermer - a tout intérêt à ménager son voisin. "Le CNT n’aura pas d’autres choix que de trouver un terrain d’entente avec l’Algérie autour de sujets cruciaux comme le pétrole, l’eau et la sécurité de la région", juge Kader Abderrahim. À ce titre, les membres de la famille de Kadhafi pourraient même être une monnaie d’échange non négligeable. "Il n’est pas inconcevable de penser qu’une transaction future aurait pu motiver Alger à les accueillir. Une transaction sous forme de garantie : ‘Que m’offririez-vous si je vous renvoie la famille Kadhafi ?’ C’est cynique mais terriblement réaliste."

Photo : Safia Kadhafi.

Première publication : 30/08/2011

  • LIBYE

    Le CNT lance un ultimatum aux derniers fidèles du clan Kadhafi

    En savoir plus

  • LIBYE

    Le CNT va demander à l'Algérie d'extrader les membres de la famille Kadhafi

    En savoir plus

  • LIBYE

    L'islamisme est-il soluble dans la révolution libyenne ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)