Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Le scrutin algérien s'achève sur fond de violences

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

Afrique

En accueillant la famille Kadhafi, l'Algérie prend des risques limités

©

Vidéo par Damien COQUET

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 03/09/2011

Plusieurs membres de la famille de l'ancien dirigeant libyen sont entrés en Algérie lundi. Si leur venue est embarrassante d’un point de vue diplomatique, elle pourrait également s’avérer être une monnaie d’échange intéressante.

Alors que l'ex-homme fort de la Libye reste introuvable plus d'une semaine après la prise de Tripoli, une partie de sa famille est arrivée lundi matin sur le sol algérien. "L'épouse de Mouammar Kadhafi, Safia, sa fille Aïcha, ses fils Hannibal et Mohamed, accompagnés de leurs enfants sont entrés en Algérie à 08h45 (07H45 GMT) par la frontière algéro-libyenne" a confirmé, via un communiqué, le ministère algérien des Affaires étrangères, sans préciser les circonstances de leur arrivée ou la durée de leur séjour. Le silence adopté par Alger n’est pas nouveau et depuis le début de la crise libyenne, le pays a opté pour la non-ingérence en Libye, déclarant prôner une position de "stricte neutralité".

Des invités encombrants…

Ce silence pourrait toutefois s’avérer embarrassant, estime Kader Abderrahim, professeur de sciences politique à California University et chercheur à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS). "Comment expliquer cet accueil alors que le fils Hannibal n’est pas franchement un enfant de chœur, il est très impliqué dans les exactions associées au régime de Kadhafi."

Sur le plan diplomatique, Alger et Damas font partie des dernières capitales arabes à ne pas reconnaître la légitimité politique du Conseil national de transition. Le gouvernement d’Abdelaziz Bouteflika a toujours refusé, avec la Syrie, l’intervention de l’Otan en Libye. "Les accueillir, c'est isoler encore un peu plus l’Algérie de la communauté internationale", ajoute l’expert.

Alger marche sur des oeufs. Même si la Cour pénale internationale (CPI) n’a pas émis de mandat contre ces individus, ceux-ci n’en demeurent pas moins des invités encombrants parce que liés à un régime qu'une grande partie de la communauté internationale ne reconnaît plus. "Recevoir la famille de Kadhafi, c’est presque officialiser, a posteriori, le soutien d’Alger à Kadhafi. Leur présence pourrait contribuer à légitimer les rumeurs qui ont laissé entendre que Bouteflika aurait laissé entrer des armes et des mercenaires en Libye durant le conflit. Et tout cela contribue à donner une mauvaise image de l’Algérie", juge Pierre Vermeren, historien et maître de conférence à la Sorbonne-Paris 1.

Mais leur arrivée n’a rien d’exceptionnel

Historiquement, rappelle Kader Abderrahim, les familles de dictateurs ont souvent trouvé refuge dans des pays amis. "Prenez Mobutu [président de la République démocratique du Congo de 1965 à 1997, ndlr]. Une fois déchu, il a rejoint le Maroc, sa venue n’a pas provoqué un tollé international. Prenez également le Shah d’Iran [qui dirigea l’Iran de 1941 à 1979 avant d’être renversé par la révolution iranienne, ndlr], il est allé se réfugier en Égypte et la communauté internationale a laissé faire. En somme, héberger les dictateurs et leurs familles est assez fréquent", explique le chercheur de l’IRIS.

Dans le cas présent, cet accueil est-il vraiment condamnable "quand le principal intéressé n’est pas présent sur le territoire ?", se demande Pierre Vermeren, qui met en garde contre un emballement médiatique qui pourrait n’être qu’un feu de paille. "Sans Mouammar Kadhafi, la famille du "Guide" intéresse peu et va rapidement devenir un sujet secondaire. Seule l’arrestation de l'ancien dirigeant libyen est vraiment importante. Dans quelques semaines, la pression sera sûrement retombée."

En les accueillant, Alger a pris des risques limités

Les deux spécialistes s’accordent à penser qu’Alger pourra sans doute - dans un premier temps - refuser de renvoyer l'épouse et les trois enfants de Mouammar Kadhafi en Libye malgré la requête du Conseil de transition libyen. "Les autorités algériennes ne veulent pas que la famille de Kadhafi soient jugée à la va-vite ou qu’elle soit victime de la vengeance des anti-kadhafi. Elles feront leur maximum pour freiner leur extradition", explique Pierre Vermeren, qui estime que pour ralentir la procédure, Alger n’hésitera pas à frapper là où le bât blesse. "Le gouvernement de Bouteflika posera probablement la question de la légitimité et de la représentativité du Conseil national de transition. Et puis les autorités algériennes réclameront sûrement une demande d’extradition en bonne et due forme avec des actes d’accusation clairs, ce que la Libye, encore trop instable, est incapable de faire."

Ses ressources énergétiques - pétrolières notamment – et sa position stratégique au nord de l’Afrique offrent une certaine marge de manœuvre à l’Algérie. "Elle peut non seulement protéger cette famille, mais surtout, elle peut le faire sans craindre de représailles de la communauté internationale. Les Américains ont besoin de Bouteflika pour faire face à Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) qui pullule dans la région et les Européens ont besoin de ses ressources. Aucun d’eux ne prendra le risque de se mettre l’Algérie à dos pour quatre membres d’une famille", estime Pierre Vermeren

De son côté, la Libye qui partage plus de 1000 kilomètres de frontière commune avec l’Algérie - frontière qu'Alger aurait décidé de partiellement fermer - a tout intérêt à ménager son voisin. "Le CNT n’aura pas d’autres choix que de trouver un terrain d’entente avec l’Algérie autour de sujets cruciaux comme le pétrole, l’eau et la sécurité de la région", juge Kader Abderrahim. À ce titre, les membres de la famille de Kadhafi pourraient même être une monnaie d’échange non négligeable. "Il n’est pas inconcevable de penser qu’une transaction future aurait pu motiver Alger à les accueillir. Une transaction sous forme de garantie : ‘Que m’offririez-vous si je vous renvoie la famille Kadhafi ?’ C’est cynique mais terriblement réaliste."

Photo : Safia Kadhafi.

Première publication : 30/08/2011

  • LIBYE

    Le CNT lance un ultimatum aux derniers fidèles du clan Kadhafi

    En savoir plus

  • LIBYE

    Le CNT va demander à l'Algérie d'extrader les membres de la famille Kadhafi

    En savoir plus

  • LIBYE

    L'islamisme est-il soluble dans la révolution libyenne ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)