Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Economie

La pauvreté touche de plus en plus de Français

©

Vidéo par France 2

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 30/08/2011

Quelque 8,2 millions de Français vivent sous le seuil de pauvreté, selon un rapport publié ce mardi par l’Insee. Un chiffre en net progression qui s'expliquerait, en partie, par la crise de 2008. Décryptage.

En 2009, le France comptait 8,2 millions de pauvres, selon l’enquête sur les niveaux de vie publiée mardi par l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Ce sont près de 340 000 personnes en plus par rapport à 2008 qui sont tombées sous le seuil de pauvreté, qui s’établit en 2009 à 954 euros mensuels, soit 60% du revenu médian français, selon l’Insee.

Pour la première fois depuis 2005, les foyers les plus modestes ont, en outre, enregistré une baisse de leur niveau de vie contrairement à celui des 60% de Français les plus aisés qui a continué à augmenter. Un constat accablant que l’Insee met sur le compte de la crise et de l’augmentation du chômage, qui a touché plus durement les populations les plus fragiles. Des explications qui ne manquent pas de soulever quelques questions.

La grande méchante crise ? Nul doute qu'en France la crise économique de 2008 a eu pour effet un accroissement du nombre de personnes sans emploi. Pour preuve, entre 2003 et 2008, le taux de chômage est passé de 8,5% à 7,4% avant d’atteindre 9,1% en 2009, selon les chiffres de l’Insee.
Pour autant, la crise ne peut à elle seule expliquer l’augmentation du nombre de pauvres en 2009. Les précédentes récessions que la France a traversées, à savoir les deux chocs pétroliers dans les années 70 et l’explosion de la bulle Internet en 2001, n’ont en rien été suivies par une augmentation du nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté. "Les effets de cette crise sont accentués par les politiques de réduction des impôts et de gel des prestations sociales menées depuis un dizaine d’années", déplore Noam Leandri, secrétaire général de l’Observatoire des inégalités, contacté par FRANCE 24.

Les inégalités en baisse ? Le rapport de l’Insee va à contre-courant d’une idée en vogue selon laquelle les inégalités se creuseraient entre les plus riches et les plus pauvres. Les écarts de revenus qui ont poussé le milliardaire américain Warren Buffet a lancé un cri du cœur dans les colonnes du New York Times ne correspondent pas à une réalité française. En 2009, les foyers français les plus aisés gagnaient en moyenne "seulement" 3,4 fois plus que les plus pauvres. Un écart qui a même légèrement baissé par rapport à 2000 (3,5 fois plus), selon l’Insee.
"En France, les inégalités de revenus sont plus faibles que dans les années 1970", confirme Noam Leandri. Mais, selon lui, cette relative égalité ne doit pas masquer des disparités grandissantes du pouvoir d’achat. "Le panier de consommation typique des plus pauvres a été davantage touché par l’inflation que celui des plus riches", souligne-t-il. En outre, les Français aisés épargnent davantage, jusqu’à 40% de leurs revenus, ce qui leur permet de mettre une plus grande partie de leur argent à l’abri de l’inflation.

Des chiffres trop alarmistes ? En 2008, l’Insee s’est aligné sur les autres pays européens pour calculer le seuil de pauvreté. Auparavant, une personne basculait dans la pauvreté lorsqu’elle gagnait moins de 50% du revenu médian français et non pas 60% comme aujourd'hui. Si l’ancien mode de calcul avait été maintenu, il n’y aurait que 4,5 millions de pauvres en France.
Un changement qui permet de mieux prendre en compte la réalité de la pauvreté. En apparence seulement. "Cela tend à décrédibiliser la notion de pauvreté car ceux qui sont juste sous le seuil de pauvreté ont un niveau de vie similaire à la majorité des Français dans les années 1970", explique Noam Leandri, qui estime qu'"en exagérant le nombre de pauvres, les politiques de lutte contre la pauvreté risquent de ne pas cibler convenablement les populations les plus fragiles."

Première publication : 30/08/2011

  • FRANCE

    "Parler d'un Français sur cinq en situation de pauvreté ne correspond pas à la réalité"

    En savoir plus

  • SOCIAL

    Près de 8 millions de Français vivent au-dessous du seuil de pauvreté

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les riches sont-ils économiquement utiles ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)