Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un mister nobody au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Journée la plus meurtrière à Gaza depuis le début du conflit avec Israël

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

FRANCE

Affaire Bettencourt : l'ex-infirmière nie avoir parlé d'une remise d'enveloppes à Sarkozy

©

Vidéo par Alice DARFEUILLE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/09/2011

L'ex-infirmière de la milliardaire Liliane Bettencourt a nié avoir évoqué une quelconque remise d'argent liquide à Nicolas Sarkozy, contrairement à ce qu'affirme la juge Isabelle Prévost-Desprez dans un livre à paraître intitulé "Sarko m'a tuer".

AFP - L'ex-infirmière de Liliane Bettencourt a affirmé mercredi dans une interview à l'hebdomadaire Marianne qu'elle n'avait "pas parlé de remise d’enveloppes à Nicolas Sarkozy, ni à personne d’autre", à la juge de Nanterre Isabelle Prévost-Desprez ou à sa greffière.

"Lorsque j’ai été auditionnée par la juge Isabelle Prévost-Desprez, je ne lui ai pas parlé de remise d’enveloppes à Nicolas Sarkozy, ni à personne d’autre. Je n’en ai parlé ni à la juge, ni à sa greffière", déclare l'infirmière, identifiée sous les initiales HY, qui dit aussi avoir été la cible de "menaces de mort" dans cette "affaire sensible".

Dans "Sarko m'a tuer" (Stock), un ouvrage de deux journalistes du Monde, la juge Prévost-Desprez affirme que l'ex-infirmière de Liliane Bettencourt avait "confié à (sa) greffière, après son audition par (elle): +J'ai vu des remises d'espèces à Sarkozy mais je ne pouvais le dire sur procès-verbal+".

Concernant cette audition et la question de remises d'enveloppes, l'infirmière précise, dans cet entretien à paraître samedi: "C'était en juillet 2010. Avant que l'audition formelle ne commence, elle m'a dit que nous n'étions pas là pour aborder ce sujet. Mais, de mémoire, pendant quelques instants, nous avons échangé ensemble sur d'autres témoins qui auraient évoqué de tels faits. Mais moi, je ne lui ai rien dit".

Pressée de dire si elle démentait les propos de la magistrate, elle ajoute: "N'insistez pas, je n'en dirai pas plus! (...) Je n'ai rien à cacher, je suis une femme honnête, mais je ne veux pas que mes propos se retournent contre moi. Cette affaire m'a déjà causé assez d'ennuis comme ça!"

"J’ai reçu des menaces de mort. On m’a fait savoir qu’à cause de mon témoignage dans l’affaire Banier-Bettencourt (le 24 janvier 2008, ndlr), on allait retrouver mon corps dans la Seine", poursuit l'infirmière qui fut au service des Bettencourt de septembre 2006 à juillet 2007.

Elle ajoute qu'elle n’a pas souhaité porter plainte après ces menaces: "porter plainte contre qui? Contre l’invisible? Contre l’Etat?". A l’époque, aucun avocat n’a voulu s’occuper de moi au motif qu’il s’agissait d’une affaire sensible. Aussi, désormais, je ne parlerai plus qu’aux juges. Si un juge veut m’entendre, je suis à sa disposition", ajoute-t-elle.

Elle raconte être "une femme modeste et sans prétention". "Cette affaire Bettencourt m'a lessivée. Je n'ai pas gagné un centime dans cette histoire. J'étais payée 160 euros pour des vacations de 12 heures. Ca ne fait pas lourd! Même le chien de Mme Bettencourt était mieux traité que moi. Il m'arrivait de m'endormir par terre quand, lui, avait le droit de se coucher sur le lit, bien au chaud dans les draps. Depuis, j'ai perdu mon travail, j'ai maigri de 10 kilos en six mois".

Dans le livre "Sarko m'a tuer", Mme Prévost-Desprez déclare aussi que l'un des témoins, dans l'entourage de Liliane Bettencourt, "(lui) a dit qu'il avait vu des remises d'espèces à Sarko" tout en demandant que ces propos ne figurent pas sur le procès-verbal.

L'Elysée a répliqué que ces accusations étaient "infondées, mensongères et scandaleuses", tandis que François Fillon les a qualifiées d'"allégations" dénuées de "tout fondement".

Première publication : 31/08/2011

  • FRANCE

    Une juge met en cause Nicolas Sarkozy dans l'affaire Bettencourt

    En savoir plus

  • AFFAIRE BETTENCOURT

    Liliane Bettencourt devrait être mise sous curatelle renforcée, estiment des médecins

    En savoir plus

  • AFFAIRE BETTENCOURT

    La fille de Liliane Bettencourt saisit à nouveau le juge des tutelles

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)