Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Amériques

Washington accuse WikiLeaks de mettre des "vies en danger"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/08/2011

Washington a condamné les nouvelles notes diplomatiques de WikiLeaks dans lesquelles sont dévoilées les noms des sources. L'administration américaine insiste sur le danger que représentent ces publications pour les personnes et entreprises citées.

AFP - Wikileaks met des vies en danger en publiant les dépêches de la diplomatie américaine, ont accusé mardi le département d'Etat et des observateurs à Washington, après la livraison de milliers de nouvelles notes, dont certaines citent les noms des sources.

Canberra proteste

L'Australie a qualifié mercredi d'"incroyablement irresponsable" Wikileaks après la publication par ce site de notes diplomatiques américaines confidentielles qui révèlent d'identité d'Australiens soupçonnés d'entretenir des liens avec le terrorisme yéménite.

La dernière livraison du site internet comprend une note de l'ambassade américaine à Canberra, qui recommande l'interdiction de vol pour onze citoyens australiens et le placement sur une liste "à surveiller" de douze autres.

Cette note confidentielle, qui date de janvier 2010, révèle l'identité des 23 personnes, qu'elle soupçonne d'être liées à l'islamiste radical américano-yéménite Anwar al-Awlaki.

"En plus de mettre en cause nos efforts diplomatiques, cela met en danger la sécurité des personnes, menace notre sécurité nationale et sape nos efforts pour travailler avec des pays à résoudre des problèmes communs", a dénoncé Victoria Nuland, la porte-parole du département d'Etat.

L'administration américaine, empoisonnée depuis des mois par les révélations, "continue d'agir pour atténuer les dégâts causés à la sécurité nationale, et pour aider, dans la mesure de nos moyens, ceux à qui ces révélations illégales font du tort", a-t-elle ajouté.

Conformément à la politique du département d'Etat, Mme Nuland a refusé de confirmer l'authenticité des dépêches.

Le site internet WikiLeaks, spécialisé dans la révélation de documents secrets, a démenti mardi avoir dévoilé l'identité de sources dans une nouvelle série de près de 134.000 télégrammes diplomatiques américains publiés.

Par le passé, il avait donné en exclusivité ces documents à quelques journaux, dont le New York Times et Le Monde, avec lesquels il éditait les câbles, notamment pour éviter que les sources soient identifiables.

WikiLeaks diffuse désormais directement le reste des quelque 250.000 documents que l'organisation détiendrait, et le New York Times (NYT) a découvert que certains des derniers câbles diffusés comprenaient les noms de sources.

L'AFP a elle-même constaté, dans un échantillon de plusieurs dépêches, que des noms de personnes et de sociétés à côté desquels figurait la mention "PROTECT SOURCE" ("protéger la source") n'avaient pas été effacés.

Le nouveau fonctionnement de Wikileaks "est une évolution irresponsable de leur part", critique Steven Aftergood, un spécialiste de la confidentialité dans les affaires publiques interrogé par l'AFP.

La Fédération des scientifiques américains, dont fait partie M. Aftergood, "veut plus d'ouverture, pour que les gouvernements rendent des comptes et que les institutions soient responsabilisées. Mais nous ne sommes pas pour paralyser la diplomatie internationale, ni pour empiéter sur la sécurité ou sur le renseignement".

Les sources que Wikileaks a rendu publiques, souligne-t-il, sont souvent "des personnes privées, des ONG ou des entreprises".

Elle "risquent les représailles" de gouvernements qui n'hésitent pas à "harceler, maltraiter ou emprisonner", rappelle pour sa part Elisa Massimino, la présidente de l'ONG Human Rights First.

Pour l'ex-porte-parole américain P.J. Crowley, les nouvelles révélations "rouvrent une plaie" datant de novembre 2010.

Il y a dix mois, la première livraison massive de notes diplomatiques avait conduit Washington à prévenir ses alliés, et à tenter de protéger des sources potentiellement mises en danger.

Les nouvelles divulgations "font de nouveau courir des risques à des innocents", dit à l'AFP M. Crowley, désormais titulaire de la chaire de stratégie du Dickinson College, à l'université Penn State.

"J'avais pensé dès le début que tous les câbles finiraient, inévitablement, par être publiés d'une manière ou d'une autre", confie-t-il. Or "le problème n'est pas l'embarras qu'ils causent" à l'administration Obama, mais plutôt "le risque pour la vie et les carrières de gens de toutes origines qui ont aidé des diplomates américains à comprendre le monde".

Julian Assange, le chef de Wikileaks, a suggéré que personne n'était mort à cause des fuites. "Je ne sais pas", dit P.J. Crowley. "Mais ce n'est pas la seule mesure. Des gens ont été forcés de déménager, des gens ont perdu leurs carrières".
 

Première publication : 31/08/2011

  • WIKILEAKS

    La justice britannique rendra sa décision sur Julian Assange ultérieurement

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    Le soldat Manning transféré après une polémique sur ses conditions de détention

    En savoir plus

  • INTERNET

    Chacun veut son WikiLeaks

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)