Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vol AH 5017 : l'équipage aurait changé de direction à cause de la météo

En savoir plus

TECH 24

Objets : tous connectés !

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

  • En images : la zone du crash du vol AH5017 au Mali

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : les enquêteurs français attendus samedi au Mali

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "J'ai perdu mon jeune frère et toute sa famille"

    En savoir plus

  • Tour de France : Navardauskas décroche une première victoire pour la Lituanie

    En savoir plus

  • Didier Drogba officialise son retour à Chelsea

    En savoir plus

  • Cinq Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

EUROPE

Reconnaissance d'un État palestinien : Sarkozy appelle l'UE à parler d'une seule voix

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/08/2011

Lors de la conférence des ambassadeurs qui s'est tenue ce mercredi à Paris, le président a souhaité que les Vingt-Sept s'expriment "d'une seule voix" sur l'éventuelle reconnaissance d'un État palestinien, le 13 septembre, à l'ONU.

AFP - Nicolas Sarkozy a déclaré mercredi qu'il voulait l'accord de tous les pays de l'Union européenne pour la reconnaissance d'un Etat palestinien, affirmant que les 27 devaient parler d'"une seule voix" dans ce dossier qui sera au coeur de la prochaine assemblée générale de l'ONU.

Le président de la République s'exprimait lors de l'ouverture à l'Elysée de la conférence annuelle des ambassadeurs.

"Les 27 pays de l'Union européenne doivent s'exprimer d'une seule voix. Ensemble, nous devons assumer nos responsabilités. La France (...) va prendre des initiatives, nous voulons l'unité de l'Europe", a déclaré M. Sarkozy.

Les négociations de paix avec Israël étant bloquées, les Palestiniens espèrent obtenir, en principe après le 20 septembre, une adhésion à part entière de leur Etat à l'ONU.

Début mai, Nicolas Sarkozy avait laissé entendre que la France pourrait reconnaître l'Etat palestinien à l'automne en assurant qu'elle "prendra(it) ses responsabilités" si le processus de paix n'était pas relancé d'ici là.

Il a de nouveau souhaité un changement de la "méthode de négociation". "Le rôle des Etats-Unis est incontestable et irremplaçable (...) mais ce n'est pas critiquer nos amis américains que de dire qu'ils ne peuvent pas réussir seuls, il faut élargir le cercle de la négociation" à l'Europe, a-t-il souligné.

"L'Europe n'a pas à demander un strapontin pour participer à des négociations", a insisté M. Sarkozy, rappelant que l'UE était le premier partenaire économique d'Israël et le premier donneur d'aide aux Palestiniens.

A la veille de l'organisation à l'Elysée de la "Conférence internationale de soutien à la Libye nouvelle", M. Sarkozy a également assuré que "nous allons tourner la page de la dictature et des combats et ouvrir une ère nouvelle de coopération avec la Libye démocratique".

La conférence est organisée conjointement par la France et la Grande-Bretagne, les deux pays à la pointe de l'opération de l'Otan contre le régime de Kadhafi, opération qui perdure en raison des poches de territoire aux mains de proches du colonel.

Autre dossier brûlant abordé par le chef de l'Etat: la Syrie, où, selon l'opposition, plus de 2.000 personnes ont été tuées depuis le début des manifestations en faveur de la démocratie.

"Le pouvoir à Damas aurait tort de croire qu'il est protégé de son propre peuple. Le président syrien a commis l'irréparable. La France avec ses partenaires fera tout ce qui est légalement possible pour que triomphent les aspirations du peuple syrien à la liberté et à la démocratie", a affirmé M. Sarkozy.

Tout en regrettant que le Conseil de sécurité" n'assume toujours pas ses responsabilités face à la tragédie syrienne", avec notamment le refus de la Russie et de la Chine de voter des sanctions contre Damas, il a exclu toute initiative française en dehors du cadre légal des Nations unies. "A nous de nous battre pour obtenir le consensus et renforcer les sanctions".

"Les printemps arabes doivent montrer que la démocratie ne s'oppose pas à l'islam", a en outre affirmé M. Sarkozy, en revenant longuement sur les événements dans les pays arabes.

Le chef de l'Etat a par ailleurs défendu le plan de retrait progressif des troupes françaises d'Afghanistan et dénoncé ses adversaires politiques de gauche partisans d'un départ immédiat, qu'il a comparés aux partisans de la "capitulation immédiate" en 1940.
 

Première publication : 31/08/2011

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    La demande de reconnaissance d'un État déposée à l'ONU en septembre

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Libye et Proche-Orient au menu de la Conférence des ambassadeurs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)