Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Economie

Une méga-fusion dans les télécoms remise en cause aux États-Unis

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/09/2011

Le département américain de la Justice s'oppose à la fusion entre AT&T, n° 2 des télécommunications aux États-Unis, et T-Mobile. Les autorités de la concurrence ont déposé une plainte pour bloquer cette opération qui va à l'encontre du consommateur.

AFP - Le numéro deux de la téléphonie mobile aux Etats-Unis, AT&T, a essuyé un revers mercredi avec l'opposition des autorités de la concurrence au projet de rachat de son concurrent T-Mobile pour 39 milliards de dollars.

"L'opération réduirait la concurrence dans le secteur des services de télécommunications mobiles sans fil, conduisant à des prix plus élevés, des services de qualité inférieure, moins de choix et moins de produits innovants pour des millions de clients américains", a indiqué le département de la Justice.

Selon le secrétaire adjoint de la Justice James Cole, la fusion d'AT&T et de T-Mobile, filiale de l'allemand Deutsche Telekom, "combinerait deux des quatre plus importants acteurs du marché et éliminerait T-Mobile, un concurrent offensif".

"Afin de s'assurer que la concurrence continue et que tout le monde, y compris les clients, les entreprises et le gouvernement, continuent de recevoir des produits et des services de téléphonie mobile de haute qualité et compétitifs, le département de la Justice a déposé une plainte aujourd'hui", a-t-il ajouté.

AT&T prévoit de contester "vigoureusement" cette décision "devant un tribunal".

"Nous sommes surpris et déçus par l'annonce d'aujourd'hui", a réagi le directeur juridique d'AT&T Wayne Watts. "Nous restons convaincus que cette fusion est dans le meilleur intérêt des consommateurs et du pays", a-t-il affirmé dans un courrier électronique.

Deutsche Telekom, également "déçu" par la décision des autorités américaines, a indiqué à l'AFP espèrer toujours réaliser la transaction. Si l'opération ne se fait pas, une clause prévoit qu'AT&T verse trois milliards de dollars à T-Mobile.

Le dossier doit désormais aller devant la justice, à moins que les parties ne négocient un terrain d'entente.

Annoncée en mars, l'opération est fortement contestée par une partie de la classe politique américaine, en raison de ses conséquences possibles sur l'emploi et sur le choix pour les consommateurs.

Verizon contrôle actuellement 31% du marché du portable, suivi par AT&T avec 27%, Sprint Nextel et T-Mobile. A eux quatre, ces opérateurs fournissent plus de 90% des liaisons mobiles aux Etats-Unis.

En acquérant les 37,3 millions de clients de T-Mobile USA, AT&T verrait sa part passer à 39% du marché.

Le régulateur américain des télécommunications (FCC) étudie parallèlement le dossier. "Même si notre processus n'est pas terminé, le dossier que nous étudions soulève aussi de nombreuses inquiétudes" pour la concurrence, a indiqué son président, Julius Genachowski, dans un courrier électronique.

L'exécutif a eu raison de s'opposer à la fusion, a estimé l'économiste Peter Morici, de l'université du Maryland. "T-Mobile et Sprint ont été plus vifs et offensifs dans la production de technologies" qu'AT&T et Verizon, deux entreprises plus intéressées par "la constitution d'un monopole dans le secteur", écrit-il dans une note.

Or le projet de fusion proposé par AT&T "menacerait la viabilité de Sprint". Si AT&T et Verizon se retrouvaient seuls sur le marché, cela apporte "la quasi-garantie que les tarifs ne baisseront pas et que les clients auraient trop peu de choix", ajoute-t-il.

AT&T s'était engagé auparavant mercredi à rapatrier aux Etats-Unis 5.000 emplois actuellement pourvus dans ses centres d'appels à l'étranger, en cas de feu vert des autorités à son projet. L'acquisition de T-Mobile doit s'accompagner de 8 milliards de dollars d'investissements dans les réseaux, avait rappelé l'entreprise à cette occasion.

Le titre d'AT&T a lâché 3,85% à 28,48 dollars sur le New York Stock Exchange. L'action de Sprint Nextel a pris à l'inverse 5,92% à 3,76 dollars mais celle de Verizon a baissé de 0,40% à 36,17 dollars.

Première publication : 01/09/2011

  • TECHNOLOGIES

    Google perd la guerre des brevets Nortel face à Apple et Microsoft

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)