Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Les hommages à Michael Brown se multiplient sur internet

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Simple appareil"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

"Force de Sibérie" : l'appel de la Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Comme le disait ma grand-mère"

En savoir plus

DÉBAT

Mali - pourparlers à Alger : peut-on croire à la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine : la Russie en guerre contre l'Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Les géants américains du tabac à l'assaut de la cigarette électronique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ben l'Oncle Soul toujours en plein rêve pour son deuxième album

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le trio CAB, un voyage musical entre Afrique, Brésil et Caraïbes

En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • Rythme scolaire : la rentrée chahutée par des maires récalcitrants

    En savoir plus

  • Le siège du parti de l'ex-président Gbagbo mis à sac

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Mercato : l’AS Monaco prête Radamel Falcao à Manchester United

    En savoir plus

  • Washington annonce avoir mené un raid contre les Shebab somaliens

    En savoir plus

  • L'ONU envoie une mission pour enquêter sur les crimes de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Vers un nouveau coup d'État militaire au Pakistan ?

    En savoir plus

  • Vidéo : une rentrée des classes pas comme les autres en Ukraine

    En savoir plus

  • Hong Kong en rébellion contre l’emprise de Pékin

    En savoir plus

  • Cisjordanie : les États-Unis exhortent Israël à renoncer aux expropriations

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Et si la France vendait la Joconde pour éponger ses dettes ?

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Le pape organise un "match pour la paix" avec des stars du foot

    En savoir plus

Culture

Le webdocumentaire irradie grâce à Bruno Masi et Guillaume Herbaut

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 01/09/2011

Co-réalisateurs du webdocumentaire "La Zone", qui porte sur le site de Tchernobyl, Guillaume Herbaut (à droite) et Bruno Masi (à gauche) ont remporté le 3e prix France24-RFI du webdocumentaire. Rencontre au festival Visa pour l'Image, à Perpignan.

Le photojournaliste Guillaume Herbaut, qui a co-réalisé le webdocumentaire "La Zone" avec son confrère Bruno Masi, ne souhaite pas savoir exactement à quelle dose de radiations son corps a été exposé après dix ans de reportage dans les zones interdites d’Ukraine. Mais lorsqu’un magazine américain prestigieux lui propose de travailler sur la catastrophe de Fukushima, au Japon, au printemps dernier, il oppose un refus. La peur qu’il a ressentie aux alentours de Tchernobyl l’a vacciné. Il se dédouane avec une touche d’humour noir : "Je crois que j’ai déjà pris assez de radioactivité comme ça !"

Guillaume Herbaut partage avec Bruno Masi, longtemps journaliste au service culture de Libération, une fascination pour Tchernobyl, cette "plaie ouverte sur Terre". Après plusieurs reportages communs, ils décident de concentrer dix années d’enquête dans les environs de Tchernobyl, en un webdocumentaire. Ce travail, intitulé "La Zone", a été récompensé du prix France24-RFI du webdocumentaire au festival Visa pour l'Image, à Perpignan, mercredi soir.

L'Oeil Public, laboratoire du webdocu

Guillaume Herbaut est l’un des fondateurs de l’Oeil Public, une agence de photojournalistes qui s’est démarquée par son fonctionnement – elle est détenue par un collectif de photographes  - et par ses thèmes de prédilection – sociaux et anthropologiques. Parmi les noms qui ont porté l’agence : Samuel Bollendorff et Philippe Brault, deux personnages qui ont marqué l'histoire récente du webdocumentaire, le premier avec "Voyage au bout du charbon" (2008), le second avec "Prison Valley" (lauréat 2010 du prix France24-RFI du webdocumentaire).

Pas étonnant, donc, que le genre du webdocumentaire ait titillé Guillaume Herbaut. "Voyage au bout du charbon et Prison Valley allaient au-delà de la coquetterie du journaliste qui joue au web-gamer. Le webdocumentaire est devenu incontournable, pas seulement pour le photojournalisme mais pour le journalisme en général", estime le photographe.

Le financement de "La Zone"

Le budget global du webdocumentaire "La Zone" est de 150 000 euros. Le CNC a débloqué une subvention de 20 000 euros en écriture et de 50 000 euros d'aide à la production. LeMonde.fr a pourvu une enveloppe de 30 000 euros "cash", ainsi qu’une aide technique et éditoriale à la réalisation. Le reste du budget et une partie de la réalisation technique ont été assumés par Agat Films, une boîte de production de cinéma.

En mars 2009, Guillaume Herbaut et Bruno Masi peaufinent leur projet de webdocumentaire et le soumettent au CNC (Centre national de la cinématographie, qui finance des projets web). Le feu vert de l’organisme public obtenu, ils organisent cinq voyages en Ukraine. Au total, ils auront passé quatre mois sur place et tourné 90 heures de film. Après sept semaines de montage, en co-production d’Agat Films et LeMonde.fr, les voilà en prise avec l’objet étonnant qu’est "La Zone".

"Il est presque possible de se perdre dans ce webdocumentaire"

Ce qui est frappant, c’est le temps que se sont donné les deux journalistes pour approcher avec douceur et pudeur les Ukrainiens  vivotant sur ces terres à risques. La zone 1, dans un rayon de dix kilomètres autour de l'ancienne centrale, est strictement interdite à toute habitation. Mais des gens se sont progressivement réinstallés dans la zone 2, qui s'étend sur une trentaine de kilomètres autour de Tchernobyl, dans des immeubles et des maisons sinistrées. Ils vivent de petits commerces illicites, de la cueillette de champignons dans les bois et de la récupération de métaux.

Bruno Masi et Guillaume Herbaut ont pris le parti de la subtilité. Le webdocumentaire ne se dévoile qu’à force de curiosité. Il rend aux Ukrainiens leur part de mystère, dans leur volonté de se maintenir sur ce territoire maudit, mais aussi de tristesse profonde et de violence. Leurs petites disputes s’exposent elles aussi à la caméra, quand les insultes fusent à mots couverts entre vieilles dames au sujet de banalités du quotidien.

Projection du webdocumentaire sur grand écran, lors de la soirée de remise du 3e prix FRANCE24-RFI, au festival Visa pour l'Image, à Perpignan.

Cette narration, qui mise sur une séduction à petits pas, avec une esthétique épurée, pousse le genre du webdocumentaire encore plus loin qu’il ne l’a été jusqu’alors. "On a voulu laisser l’histoire s’insinuer toute seule. Il est presque possible de se perdre dans ce webdocumentaire, et c’est délibéré", assume Bruno Masi. "La narration est explosive… à l’image de Tchernobyl !", s’amuse à comparer Guillaume Herbaut.

Les deux hommes ont reçu à Perpignan le troisième prix France24-RFI du webdocumentaire, au festival Visa pour l’Image, où une nuée de photographes venus du monde entier converge pour parler de leurs reportages, voir ceux des autres, et nouer des contacts intéressants pour leur carrière. Dans les conversations reviennent les mêmes préoccupations : les difficultés à publier, la mort des agences, la multiplication du nombre de professionnels. Le travail de Guillaume Herbaut et de Bruno Masi sur la vie autour de Tchernobyl s’est trouvé, quant à lui, d'autres supports de diffusion : dans l'édition et via une exposition (à la Gaîté Lyrique, à Paris, au printemps dernier). Et a notamment réussi à rentrer dans son investissement (lire encadré).

Le livre "La Zone" publié chez Naïve, autre déclinaison du travail de Bruno Masi et Guillaume Herbaut à Tchernobyl. (crédit photo : Guillaume Herbaut)

 

Première publication : 01/09/2011

  • WEBDOCUMENTAIRE

    "Prison Valley", 18 mois de travail récompensés

    En savoir plus

  • FESTIVAL VISA POUR L'IMAGE

    Le prix du webdocumentaire, témoin de l'évolution d'un genre nouveau

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)