Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

FRANCE

La rentrée des enseignants s'annonce morose

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 02/09/2011

Les enseignants rentrent dans leurs établissements ce vendredi avant les élèves le 5 septembre. Mais celle-ci s’annonce difficile cette année : 16 000 postes sont supprimés alors que les effectifs subissent une forte augmentation.

La rentrée revêt pour nombre d’enseignants un goût amer. En cause, les suppressions de postes effectives cette rentrée et leurs conséquences sur l’organisation des classes.

"Les enseignants vont faire leur rentrée dans une situation tendue ou du moins dégradée par rapport à l’année dernière", déplore Sébastien Sihr, secrétaire général du SNUipp-FSU, syndicat majoritaire dans l’enseignement primaire.

Dès le 27 septembre, une journée de grève unitaire est annoncée à l’appel des fédérations et syndicats de l'Éducation nationale. "Une grève unitaire, qui rassemble aussi largement et aussi tôt le monde de l’Éducation – primaire et secondaire seront représentés aussi bien dans le privé que dans le public -, c’est une première depuis longtemps", remarque Daniel Robin, co-secrétaire du Snes-FSU, premier syndicat des collèges et lycées.

Après 50 000 suppressions de postes entre 2007 et 2010, 16 000 sont de nouveau prévues dont 14 000 en 2012, ce qui portera le total des suppressions à 80 000 en quatre ans.

"La vraie question aujourd'hui, c'est le sur-mesure et non la quantité", a souligné le ministre de l’Éducation Luc Chatel, interrogé sur cette question, lors de sa traditionnelle conférence de presse de rentrée, jeudi.

Une augmentation importante des effectifs

L’inquiétude est d’autant plus grande qu’on assiste cette rentrée à une augmentation du nombre des élèves, et ce, à tous les niveaux des cursus scolaires.

Dans le secondaire, ils seront 80 000 élèves de plus pour 4 800 professeurs de moins. Dans le primaire 9 000 postes seront supprimés, soit 1 500 classes fermées, alors que seront accueillis 8 000 élèves de plus, d’après les chiffres du Snes-FSU.

L’afflux d’élèves supplémentaires est attribué à une augmentation du nombre des naissances en France au cours de la dernière décennie, avec des pics qualifiés de "minis baby booms"en 2000 et 2005. Pour Daniel Robin, les suppressions de postes sont d’autant plus "inacceptables et incohérentes", que "ce genre de données démographiques est tout à fait prévisible!"

Pour expliquer ce déséquilibre, Sébastien Sihr rappelle l’engagement de Nicolas Sarkozy au début de son mandat de ne remplacer qu’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Ainsi, de moins en moins de postes sont proposés aux concours.

"Mais cette règle est appliquée à la lettre dans toute la fonction publique, même dans l’Éducation où c’est plus qu’incohérent", déplore-t-il.

"La politique qui consiste à supprimer des emplois alors que l'on sait que dans les quinze années qui viennent, on aura de 30 000 à 50 000 élèves par an de plus à accueillir, c'est du suicide", juge Daniel Robin.

Luc Chatel estime, quant à lui, responsable d'assumer cette politique. "Ceux qui disent qu'ils vont recréer des postes en 2012 vous mentent", a-t-il ajouté lors de sa conférence de presse de rentrée.

L’enseignement menacé

Les conséquences des suppressions de postes sont multiples selon les syndicats, et concernent en premier lieu, l’inévitable augmentation des effectifs par classe.

Le risque est également de voir certaines matières supprimées. "Ce sont les options qui vont trinquer, mais aussi les langues vivantes", estime Daniel Robin. Face à la pénurie de professeurs, nombreux sont les établissements qui vont diminuer leur effectif d’enseignements optionnels et se contenter de l’anglais et de l’espagnol pour les langues vivantes.

Du côté du primaire, on déplore avant tout la diminution des postes d’enseignants des Réseaux d'aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED), dont 600 viennent d'être supprimés. Selon le SNUipp-FSU, ce sont près de 30 000 élèves en difficulté qui ne pourront pas être aidés.

Une année qui s’annonce difficile

Pour pouvoir malgré tout assurer une rentrée dans les meilleures conditions, "les professeurs remplaçants ont été utilisés dès la rentrée et affectés dans le secondaire à des postes de permanents", explique Daniel Robin. Cela signifie qu’il risque d’y avoir des difficultés à remplacer les enseignants malades par exemple. "Dans certaines académies, selon les disciplines, comme en lettres modernes ou en mathématiques par exemple, on n’a plus un seul professeur remplaçant."

Le primaire souffre du même mal. "Nous sommes très inquiets pour la période de janvier/février, traditionnel pic d’épidémies où nombre d’enseignants sont absents ", confie Sébastien Sihr. "On risque cette année d’avoir des classes fermées."

La grogne des enseignants ne semble donc pas près de s’apaiser.
 

Première publication : 01/09/2011

  • FRANCE

    Les étudiants s'insurgent contre le coût de la rentrée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)