Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Moyen-orient

Les Vingt-Sept décrètent un embargo sur les importations de pétrole syrien

Vidéo par Céline MISSOFFE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/09/2011

L'Union européenne prend une nouvelle sanction à l'égard du régime de Bachar Al-Assad. L'embargo d'importation du pétrole syrien, qui entrera en vigueur le 15 novembre, provoquera une diminution importante des recettes de Damas.

AFP - L'Union européenne a décrété vendredi un embargo sur les importations de pétrole syrien, espérant par là frapper le régime au portefeuille et le convaincre de renoncer à la poursuite de la répression violente de la contestation dans le pays.

"Compte tenu de la gravité de la situation en Syrie", l'UE a annoncé vendredi avoir décidé "de renforcer les sanctions à l'encontre de ce pays et d'imposer un embargo sur les importations de pétrole syrien vers l'UE".

"L'interdiction concerne l'achat, l'importation et le transport de pétrole et autres produits pétroliers venant de Syrie", précise un communiqué.

L'UE a également décidé d'étendre ses sanctions de gel d'avoirs et d'interdiction de visa à quatre personnes et à trois entreprises, a ajouté le communiqué, qui précise que l'embargo sur les armes, en vigueur depuis le 9 mai, demeure en vigueur.

Ces sanctions vont "frapper la Syrie au coeur", a commenté le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Uri Rosenthal, en marge d'une réunion avec ses homologues européens à Sopot (Pologne).

Selon des sources diplomatiques, les quatre nouvelles personnes sanctionnées par l'UE sont des hommes d'affaires accusés de financer le régime de Bachar al-Assad. Parmi les trois entreprises figure une banque, selon ces sources.

L'embargo est effectif immédiatement mais n'entrera en vigueur que le 15 novembre pour les contrats en cours, ont souligné des sources diplomatiques.

Le décret doit être publié samedi au Journal officiel de l'UE.

L'Union européenne a déjà décrété des sanctions à l'encontre de 50 personnalités, dont trois responsables iraniens, et huit entreprises ou organisations syriennes ou iraniennes.

L'embargo sur les importations de pétrole syrien devrait avoir un impact certain auprès du régime : l'UE achète 95% du pétrole exporté par la Syrie, ce qui représente entre un quart et un tiers des recettes de ce pays.

Pour l'UE l'impact est bien moindre, puisque, selon des chiffres de la Commission européenne, elle importait en 2010 7,8 millions de tonnes de pétrole brut par mois de Syrie, soit 1,5% de ses importations totales de brut.

"Il s'agit d'isoler le régime et de le pousser à ouvrir enfin le dialogue avec les protestataires", a commenté l'Allemand Guido Westerwelle, dont le pays importait jusqu'ici la part la plus importante du brut syrien acheté par l'UE (34%).

La semaine dernière, le gouverneur de la Banque centrale syrienne Adib Mayaleh avait toutefois mis en garde les Européens en affirmant à l'AFP que son pays pouvait tout aussi bien se tourner vers d'autres partenaires, comme la Chine.

"Nous pouvons résoudre nos problèmes avec l'aide de la Chine. Si les Européens se retirent les Chinois peuvent prendre facilement leur place et combler le vide. la Russie aussi peut nous aider", avait-il alors averti.

L'Italie -- 31,5% des importations européennes de brut syrien-- a obtenu un aménagement au cours de négociations cette semaine.

Les contrats de livraison en cours signés par les compagnies pétrolières européennes avec la Syrie et ses deux compagnies contrôlées par l'Etat (Syria Petroleum et Sytrol) pourront en effet continuer à être honorés jusqu'au 15 novembre. Dans un premier temps, l'Italie avait souhaité que les contrats puissent être honorés jusqu'à la fin du mois de novembre.

L'UE a aussi décidé de reporter à plus tard l'option complémentaire, un temps envisagée, d'une interdiction de tout investissement européen dans le secteur pétrolier syrien.

Cette possibilité fait partie d'un nouveau train d'éventuelles sanctions supplémentaires à l'étude, au sujet duquel des discussions ont commencé en parallèle jeudi entre diplomates des 27 à Bruxelles.

Les Etats-Unis ont aussi décrété de leur côté un embargo d'importation sur le pétrole syrien, mais cette sanction est surtout symbolique puisque les Américains n'importent pas de pétrole syrien.

Première publication : 02/09/2011

  • SYRIE

    De nouvelles sanctions économiques peuvent-elles faire plier le régime de Damas ?

    En savoir plus

  • SYRIE

    Au moins 16 civils tués lors de manifestations contre le régime d'Assad

    En savoir plus

  • SYRIE

    La Ligue arabe exige l'arrêt du "bain de sang" et envoie son secrétaire général à Damas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)