Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vol AH 5017 : l'équipage aurait changé de direction à cause de la météo

En savoir plus

TECH 24

Objets : tous connectés !

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : des enquêteurs français attendus samedi au Mali

    En savoir plus

  • En images : la zone du crash du vol AH5017 au Mali

    En savoir plus

  • Gaza : nouvelles tractations diplomatiques prévues samedi à Paris

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "J'ai perdu mon jeune frère et toute sa famille"

    En savoir plus

  • Tour de France : Navardauskas décroche une première victoire pour la Lituanie

    En savoir plus

  • Didier Drogba officialise son retour à Chelsea

    En savoir plus

  • Cinq Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

Economie

WikiLeaks publie les câbles diplomatiques américains non-censurés

Vidéo par Alice DARFEUILLE

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 02/09/2011

L’organisation fondée par Julian Assange a décidé, ce vendredi, de publier les 251 287 câbles diplomatiques américains en sa possession. Sans les expurger des noms d’éventuels informateurs locaux des États-Unis : une décision controversée.

C’est un tweet qui fera date dans l’histoire de WikiLeaks : "Cablegate : mise en ligne de 251 287 câbles diplomatiques américains consultables à l’aide de mots-clefs". L’organisation fondée par Julian Assange a publié, ce vendredi, l’intégralité des télégrammes diplomatiques américains classifiés en sa possession, dans leur version non-expurgée des noms et détails permettant d’identifier les éventuels contacts locaux des ambassades des États-Unis.

Cette initiative a rapidement été condamnée par les principaux médias avec lesquels WikiLeaks travaillait jusqu’à présent. Dans un communiqué conjoint, ces derniers "déplorent la décision [de WikiLeaks, NDLR] de publier des câbles non édités, qui peut mettre des sources en danger".

Lors du lancement de l’opération "câblegate" en novembre dernier en effet, WikiLeaks et cinq journaux ("Le Monde", "El Pais", "Der Spiegel", "The Guardian" et "The New York Times") avaient épluché les télégrammes diplomatiques afin de les contextualiser et de les expurger des noms des informateurs des États-Unis.

Pour autant, la décision prise aujourd’hui par WikiLeaks ne l’a pas été sur un coup de tête. Le site réfléchissait en effet depuis plusieurs jours déjà à franchir le pas, une version intégrale des câbles diplomatiques circulant depuis plusieurs mois sur la Toile, à la suite d’une fuite que l’organisation attribue à une "négligence grossière" du "Guardian".

"Question de légitimité"

Le roi de la divulgation de documents secrets avait même lancé - toujours sur Twitter - un sondage sur une éventuelle mise en ligne de ces télégrammes sensibles dans leur version intégrale. Jeudi soir, les résultats indiquaient clairement (à 100 contre 1 selon WikiLeaks) que les internautes étaient favorables à ce grand saut dans l’inconnu…

"Ce n’est pas parce qu’il y a eu une fuite qu’il faut jeter aux oubliettes des principes aussi essentiels que la protection des sources et des personnes susceptibles d’être mises en danger", tempère toutefois Agnès Callamard, directrice d’Article 19, une ONG britannique spécialisée dans la défense de la liberté d’expression en contact avec WikiLeaks depuis juillet 2010. Prenant ses distances avec l’organisation de Julian Assange, celle-ci estime que WikiLeaks a commis "une erreur de jugement qui marque un tournant dans l’évolution de l’organisation".

"En prenant une telle initiative, WikiLeaks a perdu toute légitimité en tant que vecteur d’informations", reprend Agnès Callamard. Selon elle en effet, la décision prise par l’organisation apporte sur un plateau des arguments aux États pour condamner la démarche du site, alors que celui-ci "a souvent révélé des informations essentielles".

Première publication : 02/09/2011

  • INTERNET

    Fuite de câbles diplomatiques : WikiLeaks attaque The Guardian

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Washington accuse WikiLeaks de mettre des "vies en danger"

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    De nouvelles révélations de WikiLeaks sur Guantanamo inquiètent Washington

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)