Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

  • En direct : cinquante-quatre Français au nombre des victimes du vol Air Algérie

    En savoir plus

  • En images : la zone du crash du vol AH5017 au Mali

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Je n'imagine pas que j'ai perdu mon jeune frère et toute sa famille"

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Trois Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

FRANCE

Jacques Chirac ne peut assister à son procès, selon un rapport médical

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/09/2011

L'ex-président de la République Jacques Chirac ne serait pas en capacité, pour raisons de santé, d'assister à son procès qui doit s'ouvrir lundi et demande à être représenté par ses avocats. Le tribunal correctionnel de Paris devra statuer.

AFP - Jacques Chirac n'ira vraisemblablement pas à son procès des emplois présumés fictifs de la ville de Paris, qui s'ouvre lundi, sa défense ayant annoncé samedi que l'ex-chef de l'Etat n'a "plus l'entière capacité d'y participer, en raison, selon un proche, d'un état de santé "dégradé" cet été.

L'ancien président (1995-2007), qui aura 79 ans en novembre, dit toutefois vouloir que le procès, déjà reporté en mars, se déroule malgré tout, selon un communiqué de ses avocats, auxquels il a demandé de le "représenter" aux audiences du 5 au 23 septembre au tribunal correctionnel de Paris.

"Le système aboutit à une impunité de facto"

Ce sera au président de la 11e chambre, Dominique Pauthe, d'en décider lundi. Selon le code de procédure pénale, un prévenu a tout à fait le droit, par lettre adressée au président du tribunal, de demander à être représenté par ses avocats. Mais le procès peut aussi être renvoyé.

Les conseils de Jacques Chirac lui ont remis vendredi "une lettre de (leur) client à laquelle était jointe son dossier médical".

L'ancien président de la République y exprime "son souhait de voir le procès aller à son terme et sa volonté d'assumer ses responsabilités même si il n'a plus l'entière capacité de participer au déroulement des audiences", explique encore la défense de M. Chirac.

Selon Le Monde, le rapport du neurologue Olivier Lyon-Caen, de la Pitié-Salpêtrière, affirme que "M. Chirac est dans un état de vulnérabilité qui ne lui permet pas de répondre aux questions sur son passé". Ce rapport a été sollicité en juillet par l'épouse de Jacques Chirac, Bernadette, et leur fille Claude.

D'après une personne qui le fréquente régulièrement, "son état de santé s'est dégradé durant l'été, avec une grande faiblesse en juillet". M. Chirac "a des pertes de mémoire et ne maîtrise pas ses paroles, non pas qu'il dise des choses incompréhensibles, mais sa parole est mal maîtrisée", a dit cette source à l'AFP.

Premier ancien président de la République à être renvoyé en correctionnelle, M. Chirac doit être jugé pour des faits remontant au début des années 1990, lorsqu'il était maire de Paris.

UN PROCèS INéDIT



L'un de ses conseils, Jean Veil, avait affirmé le 29 août que son client ne viendrait pas à l'audience de lundi, consacrée à des questions de procédure, ajoutant qu'il serait là mardi. Une source proche du dossier soulignait jeudi une "contradiction" entre la volonté de Jacques Chirac d'être jugé comme tout citoyen, et son état de santé. "Il n'est plus en mesure de se défendre, et il ne supporte pas l'idée qu'on le dise", indiquait cette source à l'AFP.

En mars, Jacques Chirac n'avait pas assisté au début de son procès, ajourné en raison d'une question prioritaire de constitutionnalité (QPC). M. Chirac, qui était protégé par son immunité présidentielle pendant ses 12 ans à l'Elysée, avait ainsi obtenu un nouveau répit. Mais la Cour de cassation avait rejeté cette QPC le 20 mai, permettant de reprogrammer le procès en septembre.

Un volet de l'affaire, instruit à Nanterre, porte sur sept emplois. Le second, instruit à Paris, en concerne 21.

La ville de Paris a renoncé à se porter partie civile à la suite d'un accord d'indemnisation conclu en 2010 avec l'UMP et Jacques Chirac.

Il reviendra à l'association anti-corruption Anticor et à quelques particuliers, qui veulent se constituer partie civile, de porter la contradiction face à la défense. Anticor a fait citer comme témoin Alain Juppé, condamné en 2004 dans le cadre du volet de Nanterre en tant qu'ancien adjoint de Jacques Chirac à la mairie de Paris.

M. Chirac a toujours récusé l'idée d'un "système organisé", disant les recrutements en cause "légitimes" et "utiles à la ville de Paris".

Renvoyé, aux côtés de neuf autres prévenus, pour "détournement de fonds publics", "abus de confiance" et "prise illégale d'intérêt", il encourt dix ans de prison et 150.000 euros d'amende. Mais le parquet, qui avait requis un non-lieu pendant l'instruction, devrait logiquement demander sa relaxe.

Première publication : 03/09/2011

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    Le procès de Jacques Chirac se déroulera du 5 au 23 septembre

    En savoir plus

  • FRANCE

    Feu vert de la Cour de cassation pour la reprise du procès de Jacques Chirac

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)