Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'Italie entre dans une zone d'incertitude

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'échec de Renzi: avoir sous-estimé la brutalité sociale de sa politique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La "castritude" selon Ségolène Royal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pierre Conesa : "L’Arabie saoudite a une diplomatie à deux facettes"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"La Turquie ne peut pas se passer de l'Europe"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : les populistes s'enracinent

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Brexit : bras de fer entre le gouvernement et la Haute Cour

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle-2017 : Macron fait cavalier seul

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : le président sortant Yahya Jammeh reconnaît sa défaite

En savoir plus

Moyen-orient

La Russie condamne l'embargo européen sur le pétrole syrien

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/09/2011

Le choix de "sanctions unilatérales" à l'égard du régime de Bachar al-Assad n'est pas le bon, selon le ministre russe des Affaires étrangères (photo), réagissant à la décision de l'Union européenne d'imposer un embargo sur le pétrole syrien. .

AFP - La Russie désapprouve l'embargo de l'UE sur les importations de pétrole syrien, a déclaré samedi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, cité par l'agence Interfax.

"Nous avons déjà dit que des sanctions unilatérales ne sont pas bonnes. Cela détruit la possibilité d'une approche commune face à une crise", a lancé M. Lavrov, à Douchanbé pour un sommet de la Communauté des Etats indépendants (CEI, ex-URSS moins les pays Baltes et la Géorgie).

"Les sanctions d'ailleurs sont rarement la solution", a-t-il ajouté.

Vendredi, l'Union européenne a adopté un embargo, prenant effet samedi, sur les importations de pétrole brut syrien, afin de priver le régime du président Bachar al-Assad de revenus importants.

Moscou a constamment été opposé à des sanctions contre la Syrie et, tout comme la Chine, a boycotté une réunion du conseil de sécurité de l'ONU sur le sujet.

La Russie a également refusé de cesser de vendre des armes à la Syrie, malgré l'appel de la Secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton qui lui a demandé de "se placer du bon côté de l'Histoire".

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov, en visite à Damas lundi dernier, avait déclaré ensuite que la Russie ne comptait pas changer de politique à l'égard de la Syrie.

 

Première publication : 03/09/2011

  • SYRIE

    Les Vingt-Sept décrètent un embargo sur les importations de pétrole syrien

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le procureur général de la province de Hama démissionne

    En savoir plus

  • SYRIE

    Amnesty dénonce la forte hausse des décès dans les geôles syriennes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)