Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Des soldats russes sur le pied de guerre à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

Culture

Shaul Schwarz : La Californie et le Mexique qui s'habillent en "narco"

©

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 05/09/2011

Après avoir longtemps photographié la violence de Ciudad Juarez, au Mexique, Shaul Schwarz s'est intéressé à la "culture narco" dans laquelle baignent les jeunes mexicains et californiens. Rencontre au festival Visa pour l'Image.

Musique narco, bijoux narco, architecture narco, films narco, cimetières narco. Au Mexique, dans la ville de Ciudad Juárez, une des villes réputées les plus dangereuses du monde, et la plus proche de la frontière des États-Unis, les narcotrafiquants ont non seulement imposé leur loi et déterminé le prix (pas cher) de la vie mais ils véhiculent également une culture qui galvanise tout une partie de la population.

Shaul Schwarz

Le photographe israélien Shaul Schwarz s’est risqué à récolter des preuves de cette généralisation du morbide et la religion du narco-roi. À commencer par les cultes rendus à la Santa Muerte, protectrice de la mort, et à Santa Jesus Malverde, le patron des narcos. "Je connais un narcotrafiquant qui, devant le prêtre, dira que tout va bien et n’avouera que des broutilles. Mais l’homme se confesse dans les moindres détails à la Santa Muerte qui trône dans une chambre de sa maison. Il dépose une pomme en offrande, brûle de l’encens, s’installe sur son lit pour fumer un joint, et se confie", raconte Shaul Schwarz. "Même les narcos les plus redoutés ont vraiment peur de la Santa Muerte. À mes yeux, ils ont peur d’une poupée, mais pour eux, c’est extrêmement sérieux. La Santa Muerte est très jalouse et détient le pouvoir de vie ou de mort !"

Le journaliste avait posé ses valises depuis 18 mois dans cette ville où retentit chaque jour la gâchette facile lorsqu'il décide en 2010 de voir au-delà des victimes et du sang. "J’étais choqué par le fait que la culture narco se soit étendue jusqu’à la Californie. Il ne se passe pas un week-end sans qu’une centaine de discothèques invitent les 'narcocorridos', les groupes qui chantent les compositions à la gloire des narcotrafiquants. Les adolescents hispanophones de Seattle connaissent les noms des cartels, savent quel t-shirt il faut porter, lisent les blogs en vogue. C’est leur façon de vivre leur héritage mexicain, et de se forger leur culture gangster." Chez les jeunes américains d'origine mexicaine, le hip-hop et la culture gangster noire-américaine ne prennent pas, leur culture "bad boy" est la culture narco.

Cette série sur la culture narco a incité le photographe à se rapprocher des familles de trafiquants, ce qui n’est pas sans danger. "Au final, il est plus facile de photographier un corps mort de narcotrafiquant, que de rencontrer la famille d’un narco mort. Les proches des victimes ont peur de se montrer et d’être les prochaines cibles." Shaul Schwarz connaît assez bien Ciudad Juarez pour mesurer les risques de son travail. "Je n’ai pas fait un travail d’enquête, je ne cherche pas à savoir d’où vient cette drogue ni par qui elle est vendue. Je connais personnellement deux journalistes mexicains qui ont payé de leur vie le fait d’avoir signé leurs articles, et je ne souhaite pas prendre ces risques."

Ciudad Juarez est une ville dans laquelle il ne sert à rien d’avoir un gilet pare-balles. "Autant dans un pays en guerre, je sais à qui je peux faire confiance, et il suffit d’éviter les balles perdues pour rester en vie. Mais au Mexique, il faut savoir jouer au poker. Personne ne sait exactement qui est qui. Personne ne se présente en disant 'bonjour, je suis trafiquant de drogue', pourtant, tout le monde soupçonne tout le monde d’en être. Ma vie va dépendre des conversations que je vais avoir, avec qui je vais parler, et de ce que je montre sur mes photos. Je ne serai jamais mort par hasard."

De fil en aiguille, Shaul Schwarz s’intéresse aux films mettant en scène des narcotrafiquants. Ils sont produits par des sociétés de production prospères. "Pour assister au tournage d’un film, une boîte de production me donne rendez-vous, non pas dans un décor de film, mais dans une véritable villa, l’une des 'maisons de fête' des narcos. Il s’agit de villas somptueuses que tous les narcos font construire pour organiser leurs soirées. La déco y est clinquante, d’un kitsch absolu, et reflète leur extrême richesse : jacuzzis, nombreuses chambres et salons… Les narcos sont fiers d’ouvrir les portes de leur 'maison de fête' à ces sociétés de production, pour pouvoir ensuite regarder le film avec leurs amis et dire 'voyez, ça se passe chez moi !'"

En revanche, il serait impensable que Shaul Schwarz publie – pour l’instant – des photos de ces villas de luxe. Le journaliste a déjà vendu une partie de son travail à National Geographic et Time Magazine. Il prépare un film, pour la télévision américaine ou le cinéma, qu’il espère terminer au printemps 2012. Passé cette date, il se promet de ne plus jamais remettre les pieds à Ciudad Juarez. Ne serait-ce que pour sauver sa peau.

 

.
 

Première publication : 03/09/2011

  • FESTIVAL VISA POUR L'IMAGE

    Jonas Bendiksen : La fugacité du changement climatique visible à l'œil nu

    En savoir plus

  • FESTIVAL VISA POUR L'IMAGE

    Valerio Bispuri : Le tour des prisons d’Amérique du Sud en dix ans

    En savoir plus

  • FESTIVAL VISA POUR L'IMAGE

    La photographe italienne Martina Bacigalupo s'allie avec Filda, la grand-mère ougandaise

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)