Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

FRANCE

Premier retour en France pour Strauss-Kahn depuis le début du scandale

Vidéo par Vanessa TSANGA TABI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/09/2011

Plus de trois mois après son arrestation dans le cadre d'une affaire d'agression sexuelle présumée, Dominique Strauss-Kahn est arrivé en France, ce dimanche. L'ex-patron du FMI a atterri à l'aéroport parisien de Roissy en compagnie de son épouse.

AFP - Dominique Strauss-Kahn et sa femme Anne Sinclair sont rentrés dimanche à Paris sans faire la moindre déclaration, quatre mois après la spectaculaire arrestation à New York de l'ex-patron du FMI dans une affaire d'agression sexuelle pour laquelle il a été blanchi au pénal.


Mais ce retour de l'ancien favori potentiel pour la présidentielle de 2012, en pleine campagne pour la primaire socialiste, risque d'embarrasser sérieusement les candidats PS, lesquels, à l'instar de Martine Aubry, ont déjà pris leurs distances avec l'ex-vedette des sondages.

"J'ai vu un homme totalement soulagé qui revient de l'enfer" (Michel Taubmann, biographe)

Une heure après avoir débarqué à Roissy d'un vol Air France en provenance de New York, le couple Strauss-Kahn/Sinclair est arrivé à bord d'une Peugeot noire à leur domicile parisien de la place des Vosges (IVe), ont constaté des journalistes de l'AFP, au milieu d'une cohue de photographes et cameramen.

DSK, en costume sombre, Anne Sinclair vêtue d'une veste noire, d'un jean et d'un T-shirt blanc, ont attendu quelques minutes dans la cour intérieure de leur immeuble, visiblement détendus, souriants et saluant la presse.

Comme à Roissy, ils n'ont pas dit un mot.

Ils sont ensuite montés tranquillement dans leur appartement, suivis par trois hommes chargés de valises.

Une conseillère de DSK a précisé aux dizaines de journalistes qu'il ne sortirait pas ce dimanche de chez lui.

"Les personnalités politiques talentueuses ne sont pas nombreuses..." (Jack Lang)
A Roissy, plusieurs badauds avaient crié "bon courage!" à l'adresse de l'ex-ministre et son épouse.

"On n'a jamais cru à cette histoire de viol. On est là pour le soutenir. C'est la seule personne qui aurait pu battre Nicolas Sarkozy", a déclaré Ashley Salhi, 27 ans, venue du Kremlin-Bicêtre pour attendre DSK depuis 04H00.

DSK rentre en France après quatre mois d'un incroyable feuilleton politico-judiciaire aux Etats-Unis et en France. Le 23 août, la justice new-yorkaise a renoncé à toute poursuite pénale contre lui dans une affaire d'agression sexuelle.

" La question est de savoir maintenant quand DSK va s'exprimer"
Le 14 mai, DSK avait été arrêté à l'aéroport JFK de New York puis présenté menotté devant les médias du monde entier, après la dénonciation d'une femme de chambre guinéenne, Nafissatou Diallo, qui l'accusait de tentative de viol au Sofitel de Manhattan.

L'ancien favori pour la présidentielle de 2012 devrait s'expliquer rapidement sur ce qui s'est passé au Sofitel, selon des proches. Ses déclarations sont très attendues alors que, selon des sondages, une majorité de Français refusent de le voir jouer un rôle politique majeur.

Dès l'abandon des poursuites pénales aux Etats-Unis, DSK avait dit sa "hâte" de rentrer en France pour s'y "exprimer plus longuement".

"C'est la fin d'une épreuve terrible et injuste. Je suis soulagé pour ma femme, mes enfants, mes amis, tous ceux qui m'ont soutenu pendant cette période en m'envoyant aussi des lettres et des emails. Il faut qu'ils sachent que leur soutien a été très important", avait-il ajouté.

Débarrassé du volet pénal américain --avant un éventuel procès au civil--, DSK devra affronter en France d'autres échéances judiciaires avec une enquête à Paris sur des accusations de tentative de viol de la romancière Tristane Banon.

La mère de celle-ci, Anne Mansouret, vice-présidente PS du conseil général de l'Eure, a qualifié dimanche d'"indécent" le retour de DSK.

Depuis juillet, DSK est visé par une plainte pour "tentative de viol" déposée par Tristane Banon qui a entraîné l'ouverture d'une enquête préliminaire par le parquet de Paris. Celle-ci se heurte toutefois à l'absence de preuve matérielle, huit ans après des faits allégués en 2003, que DSK dément.

Aucune décision n'a été prise sur l'issue de cette enquête et des auditions doivent encore avoir lieu dans les prochaines semaines.

Au terme de cette enquête, qui n'est soumise à aucun délai, le parquet peut classer la plainte sans suite ou ouvrir une information judiciaire, confiée à un juge d'instruction.

La brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) a déjà entendu Tristane Banon.

L'entourage de la romancière et celui de DSK ont aussi été entendus ainsi que plusieurs responsables socialistes que la plaignante dit avoir informés de l'agression, dont François Hollande. DSK pourrait à son tour être entendu pour donner sa version des faits aux enquêteurs.



 

Première publication : 04/09/2011

  • DSK, le retour : quelles conséquences pour le Parti socialiste ?

    En savoir plus

  • AFFAIRE DSK

    Strauss-Kahn attendu en France "dans les jours qui viennent", selon Aubry

    En savoir plus

  • Michel Rocard se lâche sur DSK

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)