Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Climat : "Les chances sont bonnes" de parvenir à un accord à Paris

En savoir plus

FACE À FACE

Nicolas Sarkozy : après la victoire, retour à la case judiciaire

En savoir plus

FOCUS

Inde : les musulmans et les chrétiens dans le viseur des ultranationalistes hindous

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Arnaud Viard, les joies et les peines de l'autofiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : des milices sunnites aident les Peshmergas à lutter contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : un accord introuvable ? (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : un accord introuvable ? (partie 2)

En savoir plus

EUROPE

Un ex-Premier ministre jugé pour sa responsabilité dans l'effondrement financier

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/09/2011

Le procès de Geir Haarde s'est ouvert ce lundi à Reykjavik. Il devra répondre devant un tribunal spécial de sa responsabilité dans l'effondrement du système financier de l'Islande en 2008, époque à laquelle il était Premier ministre.

AFP - Le procès de l'ex-Premier ministre islandais Geir Haarde pour sa responsabilité dans l'effondrement du système financier de l'Islande en 2008, quand il en dirigeait le gouvernement, s'est ouvert lundi à Reykjavik devant un tribunal spécial, a constaté un journaliste de l'AFP.

M. Haarde, 60 ans, a qualifié ce procès de "farce" et il a indiqué dans un e-mail à l'AFP que ses avocats allaient demander l'abandon des charges.

Portant un costume sombre et une cravate bleue, M. Haarde est arrivé accompagné de son épouse et visiblement détendu à la maison de la Culture, choisie pour abriter la Landsdomur, unique cour habilitée à juger ministres ou ex-ministres. La Landsdomur n'avait jamais été convoquée avant cette affaire.

Il est le seul responsable politique islandais à comparaître devant la justice pour répondre de son éventuelle responsabilité au cours de la crise financière qui a conduit à l'effondrement des grandes banques islandaises.

Au cours d'un entretien accordé à l'AFP en juillet, M. Haarde avait qualifié ce procès de "farce politique mise en scène par de vieux ennemis politiques".

"Nous avons sauvé le pays de la banqueroute", avait-il insisté, affirmant que si son gouvernement et lui avaient agi différemment lorsque les banques se sont retrouvées en faillite en 2008, l'économie nationale serait tombée encore bien plus bas.

Lorsque le secteur financier islandais hypertrophié a implosé, les trois principales banques du pays détenaient à elles seules des actifs équivalents à 923% du Produit intérieur brut (PIB) de l'Islande.

"Nous avons été obligés de les abandonner. Elles ont fait faillite. Et il se trouve maintenant que c'est ce qu'il fallait faire", est convaincu M. Haarde.

"Le système banquier s'est bien effondré, mais l'économie réelle, l'ensemble des capacités productrices du pays sont restées intactes et fonctionnent toujours", soulignait-il.

Chef du Parti de l'Indépendance (droite) qui dirigeait le pays depuis le milieu de 2006, M. Haarde a dû quitter le pouvoir début 2009 pour apaiser la colère populaire liée à la crise et à la profonde récession qu'elle a provoquée.

L'économie du pays est revenue, depuis, à la croissance et les observateurs estiment que le pays pourrait se passer des dernières tranches d'un prêt accordé par le FMI.

 

Première publication : 05/09/2011

  • TOURISME

    Quand un homme d'affaires chinois convoite 30 000 hectares de terres en Islande

    En savoir plus

  • INTERNET

    Et le Web islandais inventa la Constitution participative...

    En savoir plus

  • ISLANDE

    La saga Icesave se poursuivra devant les tribunaux

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)