Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • Allemagne – Argentine : suivez la finale en direct

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

EUROPE

Un ex-ministre britannique raconte ses déboires sous le mandat de Gordon Brown

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/09/2011

Alistair Darling, ex-ministre britannique des Finances, décrit dans ses mémoires l'"enfer" qu'il a vécu sous le mandat du Premier ministre travailliste Gordon Brown (2007-2010). Ce dernier n'a pas encore réagi publiquement.

AFP - L'ex-ministre britannique des Finances Alistair Darling décrit dans ses mémoires, dont des extraits sont publiés dimanche dans le Sunday Times, "l'enfer" qu'il a vécu sous le mandat (2007-2010) du Premier ministre travailliste Gordon Brown, au caractère réputé tempétueux.

M. Darling, pourtant très proche de Gordon Brown, découvre vite que sitôt ce dernier devenu Premier ministre, "quelque chose était changé, je n'étais plus dans le premier cercle" de ses proches.

Les relations entre les deux hommes sont au plus mal juste avant la faillite bancaire de 2008, lorsque le ministre des Finances déclare dans une interview qu'il s'agit de la pire conjoncture économique en 60 ans, alors que son Premier ministre pense qu'il y en a pour six mois.

Des fuites "anonymes" dénigrent Alistair Darling dans les médias, provenant de proches de Gordon Brown, ses "chiens d'attaque". Interrogé en face-à-face, Gordon Brown dément en être à l'origine.

La période était "un enfer", confie Alistair Darling au Sunday Times. "Cela laisse des cicatrices, vous ne pouvez pas vous en remettre".

Une "atmosphère permanente de chaos et de crise" régnait à Downing Street, selon ses mémoires. Les réunions étaient convoquées puis annulées, reconvoquées "trop souvent très tôt le matin ou tard le soir", alors qu'il s'agissait de sujets épineux.

Et 48 heures avant la présentation du budget 2009, en pleine crise, "nous n'avions pas de budget... nous étions en train de le réécrire", relate l'ancien ministre des Finances.

Le budget, conçu avec l'élection de 2010 en ligne de mire (perdue par les travaillistes), "manquait simplement de crédibilité", lance-t-il.

En mai 2009, Alistair Darling refuse tout net de prendre le poste de ministre des Affaires étrangères et de laisser sa place à un proche de Gordon Brown, Ed Balls.

Un mois plus tard, il tient une réunion secrète avec David Miliband, alors chef de la Diplomatie, en vue de renverser le "régime plutôt brutal" de Gordon Brown.

Mais les deux hommes renoncent. "Cet après-midi là, nous sommes parvenus à une conclusion peu satisfaisante: que Brown ne voudrait pas partir, qu'il n'y avait pas d'alternative pour le remplacer, et donc que nous devions poursuivre envers et contre tout".

Gordon Brown n'a pas réagi aux extraits du livre de mémoires de son ministre des Finances.
 

Première publication : 05/09/2011

  • ROYAUME-UNI

    Gordon Brown a présenté sa démission à la reine

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)