Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

FRANCE

En l'absence de Chirac, le procès des emplois fictifs se poursuit

Vidéo par Pauline PACCARD

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/09/2011

Le procès des emplois fictifs de la Ville de Paris a repris, mardi, sans l'ex-président français, autorisé à ne pas assister aux audiences pour raisons de santé. Deux de ses directeurs de cabinet ont été longuement entendus.

AFP - Le procès des emplois présumés fictifs de la Ville de Paris est entré mardi dans le vif du sujet avec les interrogatoires de deux anciens directeurs de cabinet de Jacques Chirac à la mairie de Paris, qui se sont décrits comme de simples exécutants.

Michel Roussin et Rémy Chardon sont poursuivis comme "complices" dans le volet parisien de l'affaire, qui porte sur 21 emplois rémunérés par la mairie de Paris de 1992 à 1995.

Ce procès tardif s'explique par l'immunité dont a bénéficié Jacques Chirac pendant un temps

M. Chirac, présenté comme "auteur" d'un dispositif qui visait selon l'ordonnance de renvoi à "asseoir son influence politique" et à servir "ses propres intérêts et ambitions, ou ceux de son propre parti", est jugé en son absence, en raison de son état de santé.

Sept autres prévenus sont poursuivis pour avoir occupé ces emplois ou pour avoir bénéficié de collaborateurs payés par la municipalité.

Premier à passer sur le gril, au deuxième jour du procès, Michel Roussin a réduit à un rôle purement "technique" sa responsabilité dans les recrutements litigieux.

Dans la "charge de travail énorme" d'un directeur de cabinet, "la signature des contrats, c'est anecdotique", a déclaré M. Roussin, 72 ans, cheveux blanchis et costume sombre, directeur de cabinet de M. Chirac de 1989 à 1993.

Poursuivi pour complicité d'abus de confiance, il lui est reproché d'avoir signé les contrats d'engagement de 11 chargés de mission. Il encourt trois ans de prison et 375.000 euros d'amende.

"En quoi interveniez-vous dans les recrutements ?", a insisté le président de la 11e chambre correctionnelle de Paris, Dominique Pauthe.

Un "gestionnaire arithmétique"

"Le directeur de cabinet n'a qu'une mission de gestion des contrats, il ne procède pas aux recrutements... C'est un rôle très technique, un rôle de gestionnaire arithmétique", a répondu M. Roussin, assurant qu'il n'avait pas à juger de "l'opportunité" de ces recrutements.

"Le directeur de cabinet ne fait qu'exécuter la demande des autorités qui le saisissent", a-t-il affirmé.

"Ces autorités qui le saisissent, c'est qui ?", a insisté le président.

De quoi Jacques Chirac souffre-t-il ?
"Ce sont le secrétaire général du conseil de Paris, le secrétaire général pour l'administration de la ville qui relaient les demandes des directeurs", a répondu M. Roussin, se gardant bien de mettre en cause Jacques Chirac.

"Il arrivait à M. Chirac de vous demander de préparer un contrat ?", l'a relancé le président. "Oui, monsieur le président", a-t-il répondu. C'était "un nombre infime".

"Et il est arrivé au maire de Paris de signer lui-même des contrats ?". Même réponse positive.

Rémy Chardon, auquel la justice reproche la signature de quatre contrats de chargés de mission de 1993 à 1995, a pour sa part admis avoir reçu une seule fois une consigne orale, provenant "bien sûr" de M. Chirac et concernant l'emploi de François Debré.

Ce journaliste et écrivain à la santé fragile et aux ressources irrégulières, qui décrira dans un roman publié en 1998 un parcours de toxicomane, avait estimé pendant l'instruction qu'on avait voulu "faire plaisir à son père", Michel Debré, en l'engageant.

En l'absence de M. Chirac, M. Pauthe a lu quelques-unes de ses déclarations durant l'instruction.

M. Chirac avait alors mis en avant "le caractère éminemment politique de la fonction de maire de Paris", a rappelé M. Pauthe.

"Si je connaissais l'existence des chargés de mission, je ne connaissais pas leur nombre précis", avait-il également dit, contestant tout "système" et soulignant qu'il n'y a "jamais eu d'enrichissement personnel".

"Ces recrutements je les ai souhaités, autorisés parce qu'ils étaient légitimes autant que nécessaires", avait-il aussi assuré, ajoutant : "j'assume la responsabilité de leur recrutement, même si pour beaucoup d'entre eux je ne les connaissais pas".

Suite du procès mercredi à 13H30.

Première publication : 06/09/2011

  • FRANCE

    La justice obligera-t-elle Jacques Chirac à assister à son procès ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Jacques Chirac absent à l'ouverture de son procès

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Que peut décider le tribunal correctionnel de Paris ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)