Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

« Le Brexit est un vote xénophobe, il révèle une coupure du Royaume-Uni en deux »

En savoir plus

POLITIQUE

"L’Europe est une famille de peuples, libres de vivre ensemble ou de partir"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Brexit : "Chacun doit mener sa vie comme il l'entend"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Matthew McConaughey en pleine guerre de Sécession dans "Free State of Jones"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Porto Rico, le virus Zika se propage à grande vitesse

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Quand les séries télé fabriquent des héros géopolitiques

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un président en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Année noire pour le tourisme en Turquie

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Après neuf ans de travaux, le canal de Panama prêt à accueillir des navires géants

En savoir plus

Economie

Dans le sillage des marchés européens, Wall Street ouvre à la baisse

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/09/2011

À New York, les marchés américains ont ouvert en forte baisse, s'alignant sur la panique boursière européenne de la veille. Le Dow Jones et le Nasdaq perdaient près de 2,5 % à l'ouverture avant de redresser légèrement la barre.

AFP - La Bourse de New York, fermée lors du lundi noir subi par les marchés européens, a ouvert en forte baisse mardi, les investisseurs s'inquiétant de la capacité de la zone euro à contenir la crise de la dette: le Dow Jones perdait 2,46% et le Nasdaq 2,42%.

Vers 13H40 GMT, le Dow Jones Industrial Average abandonnait 276,55 points à 11.276,55 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 59,90 points à 2.420,43 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 reculait de 2,59% (30,43 points) à 1.143,54 points.

Lundi, Wall Street était restée fermée pour cause de fête du Travail aux Etats-Unis, alors que les Bourses européennes rechutaient lourdement. Elle avait déjà fini sur une forte baisse vendredi, sous le coup de chiffres mensuels de l'emploi très décevants aux Etats-Unis: le Dow Jones avait perdu 2,20%, le Nasdaq 2,58% et le S&P 500 2,53%.

"Les inquiétudes persistent concernant les chiffres de l'emploi, sans éclat, ce qui continue d'orienter le marché à la baisse, d'autant que s'ajoutent de nouvelles craintes par rapport à la santé financière de l'Europe", a commenté Andrea Kramer, de Schaeffer's Investment.

Les investisseurs s'interrogent sur la mise en place du nouveau plan d'aide à la Grèce, qui divise les pays européens, d'autant qu'Athènes ne parvient pas à atteindre ses objectifs de réduction de déficit. En Italie, le Sénat devait examiner un plan d'austérité, sur fond de manifestations et de tergiversations du gouvernement.

Alimentant le climat d'inquiétude, le parti de la chancelière allemande Angela Merkel a subi une défaite lors d'élections régionales, et un indicateur économique a montré un fort recul des commandes à l'industrie en juillet.

Dans ce contexte, les investisseurs se ruaient vers la sécurité qu'offre le marché obligataire. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans chutait à 1,946% contre 1,996% vendredi soir, évoluant à des records de faiblesse, et celui du bon à 30 ans à 3,216% contre 3,311% la veille.

Première publication : 06/09/2011

  • BOURSES

    Les places européennes sont stables à l'ouverture

    En savoir plus

  • BOURSES

    Les marchés européens entament la semaine par une nouvelle chute

    En savoir plus

  • BOURSES

    "Contre la panique, il faut un discours simple qu'il s'agit ensuite de répéter"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)