Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Faut-il s'inquiéter de la chute du prix du baril ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

En Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : que reste-t-il de la révolution du Maïdan?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"The Search", Bérénice Bejo sur le champ de bataille

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

SUR LE NET

Ferguson : le web réagit à l'annonce du grand jury

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : le ministre de la Culture contraint à la démission

En savoir plus

DÉBAT

L’affaire Ferguson, triste miroir de la société américaine?

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : l'impossible accord ?

En savoir plus

Moyen-orient

La crise diplomatique se poursuit, Erdogan souhaite se rendre à Gaza

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/09/2011

Après avoir annoncé la suspension des liens commerciaux et militaires avec Israël, le Premier ministre turc a estimé qu'Israël se comportait en "enfant gâté" et affirmé son souhait de se rendre à Gaza. Une escalade qui "inquiète" les États-Unis.

AFP - Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a accusé mardi Israël de se comporter en "enfant gâté" et exprimé son souhait de se rendre à Gaza, ce qui devrait envenimer davantage les rapports entre la Turquie et Israël, deux anciens alliés.


M. Erdogan, qui dirige un gouvernement islamo-conservateur, a affirmé devant la presse qu'Israël "s'est toujours comporté comme un enfant gâté", dans une allusion aux reproches qui lui sont faits par la communauté internationale pour son attitude envers les Palestiniens.

Il a aussi indiqué qu'il pourrait se rendre à Gaza en marge d'une visite prévue la semaine prochaine en Egypte, mais qu'une décision finale n'avait pas encore été prise.

Une telle visite dans la bande de Gaza, dirigée par le mouvement islamiste radical palestinien Hamas, risquerait de porter un nouveau coup aux relations entre la Turquie et Israël, en froid depuis plus de deux ans.

Israël considère le Hamas comme un "mouvement terroriste".

M. Erdogan a en outre annoncé la "suspension totale" des liens commerciaux et militaires avec Israël, après l'adoption la semaine dernière de sanctions contre ce pays qui refuse de s'excuser pour la mort de neuf Turcs tués en 2010 au cours d'un raid de l'armée isrélienne dans les eaux internationales contre une flotille en route vers Gaza.

Il est cependant revenu sur ses propos plus tard dans la journée, soulignant que la mesure ne concernait que les échanges militaires.

"Tous les accords militaires entre les deux pays ont été suspendus et en particulier toutes les relations commerciales liées aux industries de défense", a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse commune avec son homologue espagnol José Luis Rodriguez Zapatero.

Les échanges israélo-turcs ont représenté environ 2,7 milliards de dollars pour la période janvier-juillet 2011, les exportations turques se chiffrant à 1,5 md de dollars et les importations à 1,2 md, selon le ministre turc de l'Economie, Zafer Caglayan.

M. Erdogan a aussi souligné que "d'autres mesures de rétorsion" que celles annoncées vendredi contre Israël seraient prises, sans préciser lesquelles.

La Turquie a annoncé le 2 septembre des sanctions contre Israël pour son refus de présenter des excuses pour l'abordage d'un ferry turc en route pour Gaza par un commando israélien, le 31 mai 2010, qui avait coûté la vie à neuf Turcs.

Celles-ci sont l'expulsion de l'ambassadeur d'Israël, la suspension des accords militaires et la saisine de la Cour internationale de justice pour contester la légalité du blocus de Gaza par Israël.

M. Erdogan a en outre réaffirmé que les navires turcs "seront beaucoup plus présents dans cette zone", en allusion à la Méditerranée orientale où s'est produit l'abordage israélien, zone où Ankara a annoncé la mise en oeuvre d'une vigilance accrue pour sa marine.

Ankara a pris ces sanctions contre Israël à la suite de la publication jeudi dernier d'un rapport commandité par l'ONU estimant que l'armée israélienne avait eu recours à une force "excessive et déraisonnable" lors du raid contre le ferry turc, mais reconnaissant la légalité du blocus naval imposé par Israël à Gaza.

La Turquie et Israël étaient des alliés depuis la signature en 1996 d'un accord-cadre de coopération militaire. Israël a été en charge de gros projets de modernisation de l'armée turque.

L'ambassadeur d'Israël, Gaby Levy, se trouvait dans son pays au moment de l'annonce des sanctions. Le numéro 2 de l'ambassade, Ella Aphek, devait rentrer mardi, selon ses services.

L'attaché militaire israélien restera à Ankara et les services consulaires continueront aussi de fonctionner, a-t-on souligné de sources concordantes.

A Jérusalem, dans une première réaction aux propos de M. Erdogan, un responsable israélien a souligné que son pays "ne veut pas d'une nouvelle détérioration de ses relations avec la Turquie".

 

 

Première publication : 06/09/2011

  • FLOTTILLE POUR GAZA

    Ankara suspend ses liens avec Israël dans le domaine de la défense

    En savoir plus

  • TURQUIE - ISRAËL

    Ankara va saisir la justice internationale pour contester la légalité du blocus de Gaza

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)