Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Sports

Euro-2012 : Faux pas interdit pour les Bleus face à la Roumanie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/09/2011

Après avoir battu vendredi l'Albanie 2 à 1 à Tirana, la France affronte ce soir la Roumanie. Les Bleus entendent se maintenir en tête du groupe D pour aborder sereinement le mois d'octobre qui sera décisif dans la qualification pour l'Euro-2012.

AFP - Secouée en Albanie et plombée par des cadres indignes de leur statut, la France n'a pas le droit de flancher en Roumanie, mardi, afin de sauvegarder sa première place dans la poule D des qualifications pour l'Euro-2012 et éviter d'entrer dans une zone de turbulences avant un mois d'octobre décisif.

A trois rencontres du terme de la phase qualificative, les Bleus comptent trois points d'avance sur leur nouveau dauphin bosnien et semblent bien partis pour décrocher leur billet pour le Championnat d'Europe. Mais les nuages entraperçus lors de la victoire étriquée acquise en Albanie (2-1), vendredi, ne permettent pas de bomber le torse avant de se frotter aux Roumains.

Les insuffisances criantes, aussi bien en défense que dans l'animation offensive, ont jeté une ombre sur ce succès et réveillé des fantômes que les Bleus feraient bien de chasser rapidement.

La marge de cette équipe reste encore des plus étroites et un rien peut écrouler l'édifice que tente de bâtir le sélectionneur Laurent Blanc, qui n'a pas hésité à trancher dans le vif avec au moins cinq changements probables attendus mardi.

Le but encaissé face aux modestes Albanais, qui a suffi à déstabiliser les Bleus, est en effet venu rappeler la fragilité du travail de reconstruction entamé par le sélectionneur au lendemain du désastre de Knysna.

La Roumanie, seulement 54e nation au classement Fifa, a certes perdu son lustre d'antan mais la France ne possède aucune assurance contre un faux-pas qui relancerait le suspense dans le groupe D et ferait des deux rencontres contre l'Albanie (7 octobre) et la Bosnie (11 octobre) au Stade de France de véritables finales.

D'autant que les Roumains, 4e à 5 points des Bleus et au pied du mur dans la course à la qualification, devraient exercer une pression intense sur une défense française loin de constituer une garantie.

Purge

Une nouvelle fois, le sélectionneur va d'ailleurs devoir bricoler derrière après l'expérience catastrophique tentée avec la charnière Kaboul-Abidal. Adil Rami, l'un de ses deux titulaires en défense centrale (Mexès est forfait sur blessure), revient de suspension et Blanc devrait donc logiquement éjecter Kaboul, aux abois à Tirana, pour lui substituer le joueur de Valence, devenu un cadre sous son mandat (11 sélections).

Avec le risque de voir Rami et Abidal, alignés côte à côte à une seule reprise (70 minutes lors de Pologne-France, 1-0, le 9 juin en amical), manquer cruellement d'automatismes.

Mais au vu de la mise en place tactique de lundi, c'est à une purge en profondeur que s'est attelé Blanc. Pour ne pas faire de jaloux et s'éviter tout procès en favoritisme, le sélectionneur devrait ainsi laisser sur le banc Nasri et Malouda, transparents en Albanie.

Officiellement, le meneur de jeu de Manchester City a reçu un coup au pied, vendredi puis dimanche lors de l'entraînement effectué à Tirana. Mais difficile de ne pas y voir une manière pour le +Président+, agacé par les questions lancinantes sur son niveau de jeu insuffisant en bleu, de marquer son territoire, Nasri s'étant entraîné normalement du côté des remplaçants.

Blanc serait également prêt à sacrifier Malouda, en grande difficulté depuis son exil forcé à droite, ainsi qu'Alou Diarra, victime du désir du sélectionneur de composer un milieu de terrain +joueur+ avec Cabaye et Mvila.

Ecarter ces trois cadres serait un signe fort de la volonté du sélectionneur de garder tout son groupe sous pression et de ne pas être prisonnier et tributaire des ego des uns et des autres.

Malgré son inexpérience (4 sélections, dont une seule en match officiel), Marvin Martin sera lancé dans le grand bain derrière l'intouchable Karim Benzema alors que Mathieu Valbuena est en balance avec Loïc Rémy pour occuper le côté droit. Le temps n'est plus aux cadeaux en équipe de France.

 

Première publication : 06/09/2011

  • FOOTBALL

    Euro-2012 : La France bat l'Albanie dans la douleur

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Euro-2012 : La France mise sur Benzema et Nasri pour battre l'Albanie

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Franck Ribéry de retour en équipe de France contre l'Albanie et la Roumanie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)