Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Regain de tension au Burundi entre 2 et 4 morts depuis mardi soir

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le corps d'un enfant syrien mort noyé, terrible symbole de la crise des réfugiés

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Joseph Stiglitz : "Les politiques qui ont mené à la crise dominent toujours"

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Un rappeur et un entrepreneur en quête d’identité européenne (partie 1)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Un rappeur et un entrepreneur en quête d’identité européenne (partie 2)

En savoir plus

FOCUS

Inde - Pakistan : une nouvelle génération prend les armes au Cachemire

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

De la Syrie à la Hongrie : une famille sur la route de l'exil

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Humour belge garanti dans "Le tout nouveau testament"

En savoir plus

FACE À FACE

Rentrée politique : les défis de François Hollande

En savoir plus

Economie

L'État veut accélérer la vente de ses actifs au secteur privé

Vidéo par Noémie ROCHE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/09/2011

Le gouvernement socialiste du Premier ministre George Papandréou (photo) veut donner un nouvel élan à la mise en œuvre de son plan de privatisation, avec le transfert anticipé d'une série d'actifs qui seront à la vente en 2011.

AFP - Le gouvernement grec a décidé d'accélérer la mise en oeuvre de son plan de privatisations, avec le transfert dès mercredi au Fonds chargé de ces cessions d'une première série d'actifs à vendre en 2011, a indiqué mardi le ministre grec des Finances, Evangélos Vénizélos.

Le Fonds d'exploitation du patrimoine de l'Etat sera ainsi chargé de négocier "immédiatement" l'extension de la concession de l'aéroport d'Athènes, la vente des parts publiques dans les compagnies gazière Depa et pétrolière Helpe et un premier ensemble d'immobilier d'Etat, a précisé le ministre.

M. Vénizélos rendait compte d'un conseil des ministres tenu alors que les partenaires et créanciers du pays accentuent leur pression pour que la Grèce tienne ses engagements de redressement budgétaire.

"La première vague des privatisations", qui inclut aussi "l'extension des licences de l'Opap", l'Organisme des paris sportifs, et "les nouvelles licences de téléphonie mobile avance immédiatement", a déclaré le ministre.

"Ces actifs seront transférés demain au Fonds d'exploitation du patrimoine de l'Etat et la même chose sera faite à des rythmes très rapides pour tous les programmes arrivés à maturité", a-t-il ajouté.

Le pays "atteindra ses objectifs" en matière de privatisations, a-t-il insisté. Athènes s'était engagé au printemps à des cessions pour un montant de 50 milliards d'euros d'ici 2015, dont 5 milliards en 2011, afin de convaincre zone euro et Fonds monétaire international de continuer à protéger le pays de la faillite.

Le plan de privatisations doit être piloté par le Fonds, où la zone euro et la Commission européenne auront des postes d'observateurs. Il concerne aussi les ports, les services postaux, le secteur de l'électricité et les banques. Jugé très ambitieux, il peinait à démarrer, avec une seule cession jusque-là: une part des télécoms grecs Ote, entretenant l'impatience des créanciers du pays.

Première publication : 06/09/2011

  • La dette grecque hors de contrôle ?

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Le ministre grec des Finances dément que la dette soit "hors de contrôle"

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Deux des plus importantes banques grecques fusionnent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)