Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Quand le jeu vidéo change le monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Université d'été du PS : "une allumette et c'est l'incendie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : la Syrie, une alliée inévitable ?

En savoir plus

DÉBAT

François Hollande expose la ligne diplomatique de la France

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président du Medef

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

SUR LE NET

"L'Ice Bucket Challenge" détourné par un acteur américain

En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

  • Obama "n'a pas encore de stratégie" pour intervenir contre l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : le "double jeu dangereux" de Vladimir Poutine

    En savoir plus

  • La jeune garde des économistes français impressionne le FMI

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG hérite de Barcelone, Monaco de Benfica

    En savoir plus

  • En images : des millions de criquets envahissent Antananarivo

    En savoir plus

  • Des pirates russes “patriotes” à l’assaut de banques américaines ?

    En savoir plus

  • Netflix prépare "Marseille", un "House of Cards" aux accents provençaux

    En savoir plus

Economie

Les raisons d'une récession annoncée

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 06/09/2011

Les marchés européens ont dévissé lundi renforçant le sentiment que la zone euro se dirige inéluctablement vers une nouvelle récession. Dans ce nouveau drame européen, chaque acteur joue un rôle particulier. Explications.

Chutes des bourses, plans de rigueur adoptés à travers toute l’Europe, emploi au point mort aux États-Unis : si l’on en croit les principaux indicateurs économiques mondiaux, le décor semble planté pour une nouvelle récession en Europe. Pour certains économistes, la crise qui se profile en Europe pourrait même être pire que celle provoquée par la faillite de la banque Lehman Brothers aux États-Unis, en 2008

Passage en revue des principales raisons qui ont amené la Maison zone euro au bord du gouffre économique.
 

La Grèce ne s’en sort pas

La Grèce est encore et toujours le catalyseur de la crise de la zone euro. Le deuxième plan de sauvetage adopté le 21 juillet par Athènes n’a effectivement pas eu l’effet escompté et, de l’aveu même du gouvernement grec la semaine dernière, le pays aura du mal à tenir ses engagements de réduction des déficits.

La persistance des difficultés de la Grèce malgré l’aide financière des autres États européens a "permis aux opérateurs financiers de prendre conscience des dysfonctionnements de la zone euro", estime Jérôme Creel, économiste à l’Observatoire français de conjoncture économique (OFCE) et professeur à l’ESCP-Europe (École supérieure de commerce de Paris).

La divulgation par la presse, la semaine dernière, d’un rapport grec sur la dette devenue hors de contrôle et sa remise en cause immédiate par le gouvernement grec n’ont fait que "renforcer les craintes sur les problèmes de gouvernance en Grèce", juge Jérôme Creel.

Le Fonds européen de stabilité financière (FESF) manque... de fonds

Créé en mai 2010 pour soutenir financièrement les pays européens en difficulté, ce fonds devait être le sauveur de la zone euro.

Mais en pratique, les marchés s’interrogent, notamment depuis que des pays comme l’Espagne et l’Italie ont rejoint, cet été, le bataillon des États dont les déficits deviennent critiques. Doté de 440 milliards d’euros, le FESF ne disposerait pas de l’argent nécessaire si les dettes de Rome et Madrid suivaient l’exemple grec car l'ensemble des dettes des pays fragilisés s'élèvent déjà à plus de 1 000 milliards d'euros.

La gouvernance européenne en retard

Sous la direction de l’Allemagne et de la France, les pays de la zone euro semblent mal armés pour affronter les marchés. Ils voulaient calmer les marchés financiers en augmentant les pouvoirs du FESF lors du second plan de sauvetage de la Grèce. Sauf qu’"il est devenu de plus en plus évident que cette solution n’est pas à la hauteur des défis du moment", juge Jérôme Creel.

La zone euro doit, en outre, faire face à une situation paradoxale. Les marchés attendent d’elle des mesures fortes pour être rassurés et demandent en même temps aux Etats européens de réduire leur déficit, "ce qui rogne leur marge de manœuvre pour prendre des décisions à même de relancer l’économie", analyse Jérôme Creel.

Les banques n’ont pas joué leur rôle

"Les banques qui ont été soutenues massivement par les États n’ont pas joué leur rôle, qui était de prêter aux petites et moyennes entreprises pour soutenir la relance", constate Jérôme Creel, qui note qu’elles ont préféré investir dans des obligations - désormais pointées du doigt par les marchés - émises par les États pour financer leurs déficits et continuer à investir.

Conséquence : Comme les investisseurs ont perdu confiance dans la dette souveraine de plusieurs pays, les banques sont devenues, depuis mi-août, les principales victimes des récentes turbulences sur les marchés financiers. Elles ont perdu environ 10% de leur valeur depuis vendredi, selon l’indice bancaire établi par Bloomberg.

Les marchés de plus en plus frileux

À l’heure actuelle, les investisseurs ne savent plus où donner de la tête. "Après avoir sous-estimé le risque en 2008, les marchés ont tendance aujourd’hui à le surestimer", explique Jérôme Creel. Partout, la récession semble pointer le bout de son nez. "Même en Asie, où la croissance est pourtant forte, ils se disent que le boom va entraîner de l’inflation qui fera augmenter le prix des matières premières et donc renforcera les difficultés économiques dans les pays occidentaux", relève Jérôme Creel. Il est donc devenu très difficile pour les entreprises de trouver de l’argent sur les marchés financiers.

Le Fonds monétaire international (FMI) met de l’huile sur le feu

"C’est Christine Lagarde qui a lancé la phase II de la crise économique", écrit sur le très respecté blog américain Naked Capitalism l’économiste Yves Smith. Fin août, la toute nouvelle directrice du FMI a, en effet, provoqué la panique sur les marchés en appelant à une recapitalisation du secteur bancaire européen alors que quelques mois plus tôt, en tant que ministre française de l’Économie, elle assurait le contraire. "Même si elle a peut-être raison sur le fond, c’était une déclaration dangereuse dans le contexte actuel de nervosité des marchés", tranche Jérôme Creel, qui regrette toutefois que de simples déclarations puissent avoir de telles répercussions sur les marchés financiers.

La pression constante des agences de notation

Depuis le début de la crise grecque en 2010, les trois grandes agences de notation, Fitch, Moody's et Standard's & Poor ne desserrent pas l'étau sur les États les plus endettés. D'après les calculs de FRANCE 24, par exemple, l'Irlande a vu sa note baisser huit fois par chacune des trois agences de notation depuis juillet 2010.

"Elles ont été taxées de laxisme après la crise des 'subprimes', cette fois-ci, elles tombent dans l’excès inverse pour se prémunir", avait expliqué en juillet dernier à France 24 Iain Begg, spécialiste de l'économie de la zone euro à la London school of economics. Une tendance à dégainer l'arme de la dégradation de la dette qui a souvent été pointée du doigt comme l'une des principales raisons dans les tumultes actuelles de la zone euro.

Première publication : 06/09/2011

  • BOURSES

    Les marchés européens entament la semaine par une nouvelle chute

    En savoir plus

  • FRANCE

    Quand la patronne du Medef verse dans la théorie du complot

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Deux économistes démontrent que l'austérité augmente le risque de troubles sociaux

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)