Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bioéthique : coup d'envoi de 6 mois de débats

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal-Casamance, toutes les autorisations de coupe de bois suspendues

En savoir plus

POLITIQUE

Notre-Dame-des-Landes : une décision moins risquée pour l’exécutif ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : sur le tapis rouge du dernier film de Spielberg, "Pentagon Papers"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Péninsule coréenne : la diplomatie des Jeux olympiques fait "fondre la glace"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Aux États-Unis, l'ardoise fiscale s’alourdit pour Apple

En savoir plus

FOCUS

Moyen-Orient : enquête sur le phénomène galopant des tempêtes de sable

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Sommet franco-britannique : la "diplomatie du tapis"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Notre-Dame-des-Landes : le gouvernement abandonne

En savoir plus

SPORT

1991 : le traquenard anglais

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/09/2011

Finalistes du Mondial-1987, les Français affrontent, quatre ans plus tard, en quarts de finale, le XV de la Rose dans un Parc des Princes acquis à leur cause. Mais les Anglais ont un objectif : casser l’icône tricolore, Serge Blanco.

Alors que Français et Anglais écrivent l’histoire en reliant par un tunnel sous la Manche la Grande-Bretagne au continent, à quelques kilomètres de là, sur la pelouse du Parc des Princes, "l’entente cordiale" entre les deux pays est mise entre parenthèses.

Dès les premières minutes de ce quart de finale du Mondial-1991, le XV de la Rose annonce la couleur, le rouge, avec en ligne de mire, Serge Blanco. Héros de la Coupe du monde de 1987, l’arrière des Bleus est la cible d’agressions sans retenue de la part des Anglais. Une stratégie de sape physique et morale que ces derniers finiront par reconnaître une fois la rencontre terminée.

Entrecoupée d’échauffourées, la première mi-temps tourne à l’avantage des visiteurs (10-6), bien aidés par un arbitrage néo-zélandais laxiste. De retour des vestiaires, les Bleus égalisent (10-10) grâce au travail des avants et au courage des trois quarts menés par Fabien Galthié. Mais face à la cohésion d’une machine anglaise bien huilée, les Français finissent par craquer. Jon Webb inscrit l’essai de la victoire dans le temps additionnel (19-10).

Leur vengeance, les Bleus la prendront quatre ans plus tard en Afrique du Sud mais sans Serge Blanco. L’icône de sa génération mit fin à sa carrière internationale sur cette victoire des Anglais peu glorieuse.

Première publication : 07/09/2011

  • RUGBY - VIDÉO

    1987 : Le "French Flair" entre dans la légende

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)