Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Afrique

Un commando armé attaque une prison, près de 1 000 détenus s'évadent

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/09/2011

Au Katanga, dans le sud-est de la République démocratique du Congo, un commando armé a mené l'assaut sur une prison, mercredi, afin de libérer Maï-Maï, un ancien chef milicien condamné à mort. Près d'un millier de détenus ont pris la fuite.

AFP - Un "commando armé" a attaqué mercredi une prison au Katanga, dans le sud-est de la République démocratique du Congo, parvenant à libérer un ancien chef-milicien Maï-Maï condamné à mort et provoquant l'évasion de 967 détenus, a-t-on appris auprès du gouvernement provincial.

"Huit hommes armés et cagoulés sont descendus d'un minibus en profitant de la journée des visites pour passer inaperçu. Ils ont tiré sur la police et les militaires de garde, faisant deux morts, puis ont libéré un ancien chef milicien et 967 détenus au total, dont 150 ont déjà été récupérés", a déclaré à l'AFP le ministre provincial de l'Intérieur Dikanga Kazadi.

L'attaque a eu lieu à la prison de Kassapa, située en périphérie de la ville de Lubumbashi, mercredi matin, selon le ministre.

Le "Commandant Gédéon", de son vrai nom Kyungu Mutanga, principal chef d'une milice d'auto-défense Maï-Maï qui a sévit au Katanga au début des années 2000, "a été le premier a être libéré", a-t-il précisé.

En mars 2009, un tribunal militaire du Katanga avait condamné le "Commandant Gédéon" à la peine de mort pour "crimes de guerre, crimes contre l'humanité, mouvement insurrectionnel et terrorisme", commis dans les territoires katangais de Mitwaba, Pweto et Manono entre 2003 et 2006.

"Après avoir libéré ce détenu spécial, les assaillants ont demandé aux autres prisonniers de sortir", a précisé le ministre de l'Intérieur du Katanga, ajoutant qu'un hélicoptère avait été mobilisé pour aider à retrouver d'autres évadés recherchés.

Première publication : 07/09/2011

  • RD CONGO

    À l'approche de la présidentielle, la tension monte entre partisans des différents candidats

    En savoir plus

  • RD CONGO

    À trois mois de la présidentielle, les listes électorales sèment la discorde

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Qui se déclare candidat à la présidentielle congolaise ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)