Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Afrique

"L'arrivée de combattants kadhafistes renforce l'instabilité du Sahel"

Vidéo par Florence THOMAZEAU

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/09/2011

Une conférence se tient actuellement à Alger avec les pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU et les voisins du Sahel. Objectif : pacifier cette région menacée d’instabilité croissante depuis l'arrivée de combattants kadhafistes.

Immigrations clandestines, trafics d’armes, alliances avec Al-Qaïda… Le retour au Sahel d'anciens combattants armés de Mouammar Kadhafi menace la sécurité dans cette région déjà confrontée au terrorisme. Ces quelque 8 millions de kilomètres carrés partagés entre la Libye, l'Algérie, le Mali, le Niger et la Mauritanie, sont au cœur d’une conférence de deux jours à Alger à laquelle participent entre autres les États-Unis, l’Union européenne, les pays sahéliens - excepté la Libye - et des experts de la lutte antiterroriste afin de trouver une stratégie de pacification.

Que peut-on attendre de cette conférence ?

Il va surtout être question de sécurité et d’échanges de renseignements. Mais la stabilisation de la région passe par son développement économique et un soutien à la population du Sahel, où les 10 millions d’habitants sont touchés par la famine. L'Union européenne a d’ailleurs chiffré son aide globale pour la région à 650 millions d'euros tant pour des programmes de développement que pour la formation et l'aide militaires.

Selon Pierre Vermeren, historien et spécialiste des sociétés maghrébines à l’université Paris-Sorbonne, c’est surtout l’occasion pour l’Algérie, qui avait misé sur le maintien de Kadhafi, de tourner la page. "Après avoir été mise sur la touche dans le conflit libyen, elle entend se remettre dans le jeu", indique-t-il. Surtout que le pays contrôle 25 % du Sahara. Maintenant que les cartes ont été rebattues dans la région, Alger veut redevenir incontournable dans les relations avec les États-Unis, l’Union européenne, et ses pays voisins. "En revanche, les relations Algérie-Libye vont se compliquer", ajoute-t-il.

Le Sahel est-il devenu "une poudrière" ?

Le ministre nigérien des Affaires étrangères Mohamed Bazoum a ouvert la conférence mercredi en déclarant que la crise libyenne, qui a favorisé la circulation d'armes et de réfugiés ou déplacés, a transformé le Sahel “en poudrière”.

"L'arrivée de Kadhafistes pourvus d'armes et d'argent, ne fait qu’accroître l’instabilité de la région", affirme Paul Vermeren. Mais la situation était déjà difficilement contrôlable avec la présence d’Aqmi." Ses membres pourraient profiter de la circulation des armes de la filière libyenne.

Qui sont ces réfugiés ?

Des mercenaires et des anciens Touaregs de l'armée régulière libyenne ayant franchi ces dernières semaines les frontières maliennes et nigériennes. Leur nombre est estimé à environ 600, selon un responsable sécuritaire malien cité par l’AFP. Ces anciens combattants sont armés et peuvent vendre leurs munitions ou les utiliser. Ils peuvent "former ‘une armée du Sahel’ capable de résister à n'importe quel Etat" de cette région où certains pays sont moins équipés que les trafiquants qui traversent leurs frontières poreuses, affirme le politologue malien Moussa Diallo à l’AFP.

L’Aqmi peut-il se renforcer et embraser le Sahel ?

L’Aqmi pourrait profiter pour l’instant de l’arrivée des anciens combattants en récupérant des armes lourdes et des mitrailleuses. L'Union européenne et les États-Unis ont publiquement exprimé leur préoccupation à ce sujet, contrairement à la France. "Au-delà de la parole politique, la France a peut-être fait le calcul qu’Al-Qaïda et Kadhafi ne sont pas compatibles", commente Pierre Vermeren. Mouammar Kadhafi a en effet pendant longtemps financé le Sahel pour lutter contre le terrorisme et l’Aqmi.

 

Première publication : 07/09/2011

  • SAHEL

    Les quatre Français retenus en otage par Aqmi "se portent bien"

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    Rome confirme le rapt d'une touriste italienne dans le sud du pays

    En savoir plus

  • Otages français : faut-il négocier avec AQMI ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)