Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Cazeneuve en Chine : Pékin et Paris contre le protectionnisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, les clandestins, et les valeurs de l'Amérique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'illusion du Front national doit être démasquée"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Liban : le "coup de com" de Marine Le Pen sur le voile ?

En savoir plus

POLITIQUE

Yannick Jadot : "Des responsables du PS veulent piéger Benoît Hamon"

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre l’organisation ei en Irak : l'étau se resserre sur Mossoul

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Yannick Jadot : "Theresa May est du côté obscure de l'Europe"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Le business du halal

En savoir plus

FOCUS

Crise migratoire en Europe : la formation des garde-côtes libyens est-elle suffisante?

En savoir plus

SPORT

1995 : le naufrage de Durban

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/09/2011

Lors de la demi-finale du Mondial-1995 face aux Springboks, les Bleus doivent faire face à une pluie diluvienne mais surtout à la nouvelle et toute jeune République sud-africaine, post-apartheid.

Après un quart de finale rocambolesque remporté contre l’Écosse, le XV de France, entraîné par Pierre Berbizier, retrouve en demi-finales l’Afrique du Sud, pays hôte du Mondial-1995. Sur la pelouse du King’s Park de Durban, détrempée par une pluie diluvienne, les Tricolores doivent faire également face à l’Histoire.

En 1995, l’Afrique du Sud sort à peine de quatre décennies dominées par le régime raciste de l’apartheid. Le charismatique Nelson Mandela, premier président noir élu du pays, veut profiter de l’occasion pour tenter de réconcilier la "nation arc-en-ciel" à travers un sport traditionnellement joué par les Blancs – Chester Williams est le seul joueur noir de la sélection. Une stratégie politique que Clint Eastwood portera à l’écran dans le film "Invictus" (2010) avec Morgan Freeman dans le rôle de "Madiba" Mandela et Matt Damon en François Pienaar, capitaine valeureux des Springboks.

Si le film ne s’attarde pas sur cette demi-finale, elle n’en demeure pas moins une rencontre incroyable, où les Bleus sont passés à quinze centimètres de l’exploit. À la fin du temps réglementaire, le XV de France accuse quatre points de retard sur les Sud-Africains (19-15). Dans un mouvement de la dernière chance, le troisième ligne d’Agen, Abdelatif Benazzi rattrappe une chandelle de Thierry Lacroix et enfonce les lignes adversaires de son mètre quatre-vingt-dix-sept. Ballon à la main, il tend le bras. Ce sera trop court. L'action et le temps s'arrêtent à quinze centimètres de la finale. Les Bleus se consoleront en battant les Anglais pour la troisième place. Les Sud-Africains, eux, s’en iront défier les All Blacks néo-zélandais de Jonah Lomu en finale, qu’ils battront pour le plus grand bonheur de la jeune République sud-africaine.



 

Première publication : 08/09/2011

COMMENTAIRE(S)