Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

#BringBackOurInternet : la bataille numérique au Cameroun anglophone

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Chez nous", le populisme en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Cazeneuve en Chine : Pékin et Paris contre le protectionnisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, les clandestins, et les valeurs de l'Amérique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'illusion du Front national doit être démasquée"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Procès du Novotel d'Abidjan : 10 personnes accusés d'assassinat et séquestration

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Liban : le "coup de com" de Marine Le Pen sur le voile ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Yannick Jadot : "Des responsables du PS veulent piéger Benoît Hamon"

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre l’organisation ei en Irak : l'étau se resserre sur Mossoul

En savoir plus

Amériques

Un négociateur américain en mission à la Havane pour libérer l'"espion" Alan Gross

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/09/2011

L'ancien ambassadeur des États-Unis à l'ONU, Bill Richardson, est actuellement à Cuba "à titre privé". Il tente d'obtenir la libération de l'Américain Alan Gross, arrêté fin 2009 pour espionnage et condamné à 15 ans de prison par la justice cubaine.

AFP - Bill Richardson, ancien ambassadeur des Etats-Unis à l'ONU, est en mission privée à Cuba pour tenter d'obtenir la libération de l'Américain Alan Gross, condamné à 15 ans de prison pour espionnage, a indiqué mercredi le département d'Etat.

M. Richardson voyage "à titre privé", mais les Etats-Unis "soutiennent" son initiative, a déclaré la porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland.

Ancien gouverneur de l'Etat du Nouveau-Mexique, Bill Richardson, spécialiste de la Corée du Nord, est connu pour être un fin négociateur en matière de diplomatie.

La justice cubaine a confirmé en août la condamnation à 15 ans de prison pour espionnage de M. Gross, mettant ainsi un terme temporaire aux espoirs de réchauffement des relations avec les Etats-Unis qui considèrent cette condamnation comme une "injustice".

Washington avait aussitôt demandé à La Havane de "libérer Alan Gross immédiatement et sans condition, lui permettre de rejoindre sa famille et mettre fin à la longue épreuve qui a commencé pour lui il y a plus d'un an".

Alan Gross, un sous-traitant du département d'Etat américain de 62 ans, avait été arrêté en décembre 2009 à Cuba alors qu'il remettait du matériel de communication par satellite à des opposants.

Les autorités américaines ont reconnu qu'il travaillait pour un sous-traitant du programme d'aide du département d'Etat (USAID) afin de distribuer des téléphones à la petite communauté juive de Cuba, mais ont toujours considéré sa condamnation comme une "injustice".

Aucune amélioration des relations entre Cuba et les Etats-Unis, qui n'entretiennent plus de relation diplomatique officielle depuis 1961, n'est possible tant qu'Alan Gross restera en prison à Cuba, ont toujours répété les responsables du département d'Etat.

 

Première publication : 08/09/2011

  • CUBA

    La Havane confirme la condamnation à 15 ans de prison de l'Américain Alan Gross

    En savoir plus

  • CUBA

    Les autorités requièrent une peine de 20 ans contre l'"espion" américain Alan Gross

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)