Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

Moyen-orient

Mahmoud Abbas déterminé à demander l'adhésion d'un État palestinien à l'ONU

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/09/2011

Malgré l'opposition déclarée d'Israël et des États-Unis, l'Autorité palestinienne a confirmé jeudi son intention de demander l'adhésion d'un État de Palestine à l'ONU, lors de l'Assemblée générale annuelle. Une campagne a d'ores et déjà débuté.

L'ÉTAT PALESTINIEN "DEVRAIT EXISTER DEPUIS LONGTEMPS" (BAN KI-MOON)

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a réitéré vendredi son soutien à la création d'un Etat palestinien qui "devrait exister depuis longtemps", selon lui, et pour lequel les Palestiniens s'apprêtent à demander l'adhésion à l'ONU sur les frontières de 1967. 

"La vision de deux États permettant à Israël et aux Palestiniens de vivre (...) côte à côte dans la paix et la sécurité, c'est une vision toujours valable et je la soutiens pleinement", a déclaré M. Ban à des journalistes au cours d'une visite en Australie.

AFP - Les Palestiniens ont lancé jeudi une campagne pour appuyer leur demande d'adhésion à l'ONU d'un Etat de Palestine sur les frontières de 1967, un projet auquel s'oppposent Israël et les Etats-Unis et qui divise les pays européens.

Au même moment, la direction palestinienne confirmait son intention de présenter cette demande d'adhésion aux Nations unies pendant la session annuelle de l'Assemblée générale qui s'ouvre la semaine prochaine.

La campagne, baptisée "Campagne nationale pour la Palestine, 194e Etat (l'ONU compte 193 membres, NDLR)", a été lancée à Ramallah, où une centaine de Palestiniens, brandissant drapeaux et pancartes, ont défilé jusqu'au QG de l'ONU et remis une lettre sollicitant le soutien du secrétaire général Ban Ki-moon à l'adhésion d'un Etat de Palestine.

"Aujourd'hui, nous avons commencé notre campagne sur le terrain et nous espérons que les Nations unies répondront à nos demandes", a expliqué à l'AFP un des coordinateurs de la campagne Ahmad Assaf.

La lettre a été symboliquement déposée par une réfugiée du camp d'Al-Amari, près de Ramallah, Latifa Abou Hmed, 60 ans, dont six fils sont ou ont été détenus par Israël et un septième été tué par l'armée israélienne.

"J'adresse ce message à l'ONU pour dire que nous avons droit à notre Etat comme n'importe qui dans le monde et droit à la fin de l'occupation", a-t-elle déclaré.

Le président palestinien Mahmoud Abbas doit lui-même remettre en personne la demande d'adhésion à M. Ban le 20 septembre, faute de perspective de reprise des négociations de paix avec Israël.

Washington opposera son véto à l'ONU

La direction palestinienne appelle à "une large mobilisation en Palestine, dans les camps (de réfugiés, NDLR) dans le monde arabe et dans tous les pays du monde pour soutenir la démarche aux Nations unies", selon un communiqué diffusé à l'issue d'une réunion à Ramallah autour de M. Abbas.

Elle "affirme la nécessité de poursuivre la démarche à l'ONU pour obtenir la reconnaissance de l'adhésion d'un Etat de Palestine sur les frontières du 4 juin 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale", soit la Cisjordanie, Jérusalem-Est et la bande de Gaza, selon le texte lu par le secrétaire général du Comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine Yasser Abed Rabbo

"La direction palestinienne estime que parvenir à ce but favorisera la relance d'un processus de paix sérieux et de nouvelles négociations avec l'objectif clair d'une solution à deux Etats sur les frontières de 1967", précise-t-elle.

Un participant, Azzam al-Ahmad, a qualifié avant la réunion la décision "de "définitive et irréversible", affirmant que "la demande d'adhésion serait soumise au Conseil de sécurité et non à l'Assemblée générale".

Le président palestinien et deux émissaires américains ont constaté mercredi leurs divergences sur l'opportunité de cette demande.

"Le fossé entre les positions palestinienne et américaine persiste après la rencontre", a indiqué le porte-parole de M. Abbas, Nabil Abou Roudeina, au terme d'entretiens avec David Hale, émissaire américain pour le Proche-Orient, et Dennis Ross, conseiller spécial du président américain Barack Obama.

Israël s'oppose à cette initiative, de même que les Etats-Unis qui ont menacé d'utiliser leur veto au Conseil de sécurité, arguant qu'un Etat palestinien ne peut être que le résultat des pourparlers de paix, enlisés depuis près d'un an.

 

Première publication : 08/09/2011

  • ONU

    Reconnaissance d'un État palestinien : "Paris mène une diplomatie d’équilibriste"

    En savoir plus

  • NATIONS UNIES

    Reconnaissance d'un État palestinien : Paris redoute un clash diplomatique

    En savoir plus

  • FRANCE

    Reconnaissance d'un État palestinien : Sarkozy appelle l'UE à parler d'une seule voix

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)