Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Asie - pacifique

Le français Areva lorgne les déchets nucléaires de Fukushima

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/09/2011

Six mois après la catastrophe de Fukushima, le groupe nucléaire français Areva se propose de prendre en charge le traitement du combustible usé toujours présent sur le site de la centrale nucléaire japonaise.

AFP - Le groupe nucléaire français Areva s'est dit jeudi prêt à traiter le combustible usé toujours présent sur le site de Fukushima et à proposer au gouvernement japonais et à la compagnie Tepco des solutions pérennes pour gérer l'après accident.

"Nous pourrions reprendre les combustibles usés", a expliqué le président du directoire d'Areva, Luc Oursel, jeudi lors d'une conférence de presse à Tokyo, précisant qu'Areva était prêt à offrir d'autres équipements et prestations pour venir à bout de l'accident, lequel va selon lui occasionner des "retards dans les projets de construction de nouvelles centrales."

La récupération des combustibles usés "est prévue à moyen terme par Tepco (Tokyo Electric Power)", a indiqué M. Oursel, précisant qu'il était toutefois prématuré de détailler les modalités concrètes et le calendrier qui pourraient être mis en oeuvre pour une telle opération, si Areva était impliqué.

"Il n'y a pas pour le moment de discussions actives sur le sujet" avec les autorités nippones, mais "nous avons rappelé au gouvernement japonais et à la compagnie Tepco que nous avons la compétence pour le faire", a précisé M. Oursel.

Areva est intervenu sur le site de Fukushima après l'accident pour fournir des matériels divers et équipements de décontamination, en collaboration avec la société américaine Kurion et d'autres partenaire, dont les sociétés françaises EDF et Veolia.

Le groupe français se dit désormais disposé à déployer des équipements plus pérennes que ceux envoyés en urgence pour traiter les eaux hautement radioactives résultant de l'arrosage massif des bâtiments, le système conventionnel de refroidissement des réacteurs ayant été mis hors service par le séisme et le tsunami du 11 mars.

 

Première publication : 08/09/2011

  • JAPON

    Des zones proches de Fukushima interdites d'accès "pendant plusieurs décennies"

    En savoir plus

  • JAPON

    Le gouvernement nippon limoge trois hauts responsables du nucléaire

    En savoir plus

  • JAPON

    Le gouvernement bloque la vente de viande de bœuf en provenance de Fukushima

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)