Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les promesses de Hollande à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

France-Afrique : un rapport parlementaire très critique appelle à une nouvelle politique africaine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Faire de 'Je suis Charlie' une religion me dérange"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le système de santé, enjeu central des législatives

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hafsia Herzi de retour dans une comédie "certifiée Hallal"!

En savoir plus

FACE À FACE

Le Front national dans la tourmente

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

Economie

La justice suèdoise laisse Saab seul face à ses créanciers

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/09/2011

Le tribunal de Vänersborg a refusé au constructeur automobile suèdois Saab le droit d'être placé sous le régime de protection contre la faillite. Les juges estiment que l'entreprise, lourdement endettée, "est dans l'incapacité de payer ses dettes".

AFP - La justice suédoise a refusé jeudi d'octroyer à Saab la protection contre la faillite demandée la veille par la maison mère du constructeur suédois, Swedish Automobile.

"Le tribunal de Vänersborg a aujourd'hui à 14h00 (12h00 GMT) décidé de refuser à Saab Automobile (...) la demande de restructuration volontaire" qu'avait réclamée Swedish Automobile pour tenter de sauver Saab de la faillite, selon un communiqué du tribunal.

"Le tribunal a conclu qu'il n'y avait pas suffisamment de raisons de penser qu'une restructuration de l'entreprise fonctionnerait", explique la cour en estimant que Saab "est dans l'incapacité de payer ses dettes".

La principale organisation syndicale de Saab, IF Metall, a dit "regretter" cette décision de la justice après avoir estimé la veille que la demande de protection contre la faillite "pourrait être une bonne solution".

Saab, qui croule sous les dettes, est désormais à la merci des créanciers qui peuvent pousser le constructeur suédois à la faillite.

"Si l'entreprise ne trouve pas une autre solution ou si elle ne déclare pas faillite elle-même, nous pourrons être obligés de le faire nous dans les prochains jours", déclare le patron de IF Metalls, Stefan Löfven, dans un communiqué.

Depuis juin, une partie des salariés de Saab reçoivent leurs émoluments avec retard et les salaires d'août n'ont toujours pas été versés. La production à l'unique usine Saab, à Trollhättan (sud-ouest de la Suède) est à l'arrêt depuis juin.

Début 2010, Saab avait été sauvé de la banqueroute par le néerlandais Swedish Automobile, qui s'appelait alors Spyker et qui avait racheté le constructeur suédois, déjà en grandes difficultés, au géant américain General Motors.

Faute de liquidités, avec des ventes en berne, Saab, qui emploie 3.700 personnes, ne paye plus ses fournisseurs et ceux-ci ont cessé leurs livraisons depuis le mois d'avril. Les dettes s'élèvent à 150 millions d'euros, selon le PDG de Swedish Automobile et de Saab, Victor Muller.

Saab a jusqu'au 29 septembre pour faire appel de cette décision.

Première publication : 08/09/2011

  • AUTOMOBILE

    Au bord de la faillite, Saab ne paiera pas les salaires de 1 500 employés

    En savoir plus

  • AUTOMOBILE

    Spyker s'empare définitivement de Saab

    En savoir plus

  • AUTOMOBILE

    Le suédois Saab placé en liquidation judiciaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)