Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

Economie

La justice suèdoise laisse Saab seul face à ses créanciers

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/09/2011

Le tribunal de Vänersborg a refusé au constructeur automobile suèdois Saab le droit d'être placé sous le régime de protection contre la faillite. Les juges estiment que l'entreprise, lourdement endettée, "est dans l'incapacité de payer ses dettes".

AFP - La justice suédoise a refusé jeudi d'octroyer à Saab la protection contre la faillite demandée la veille par la maison mère du constructeur suédois, Swedish Automobile.

"Le tribunal de Vänersborg a aujourd'hui à 14h00 (12h00 GMT) décidé de refuser à Saab Automobile (...) la demande de restructuration volontaire" qu'avait réclamée Swedish Automobile pour tenter de sauver Saab de la faillite, selon un communiqué du tribunal.

"Le tribunal a conclu qu'il n'y avait pas suffisamment de raisons de penser qu'une restructuration de l'entreprise fonctionnerait", explique la cour en estimant que Saab "est dans l'incapacité de payer ses dettes".

La principale organisation syndicale de Saab, IF Metall, a dit "regretter" cette décision de la justice après avoir estimé la veille que la demande de protection contre la faillite "pourrait être une bonne solution".

Saab, qui croule sous les dettes, est désormais à la merci des créanciers qui peuvent pousser le constructeur suédois à la faillite.

"Si l'entreprise ne trouve pas une autre solution ou si elle ne déclare pas faillite elle-même, nous pourrons être obligés de le faire nous dans les prochains jours", déclare le patron de IF Metalls, Stefan Löfven, dans un communiqué.

Depuis juin, une partie des salariés de Saab reçoivent leurs émoluments avec retard et les salaires d'août n'ont toujours pas été versés. La production à l'unique usine Saab, à Trollhättan (sud-ouest de la Suède) est à l'arrêt depuis juin.

Début 2010, Saab avait été sauvé de la banqueroute par le néerlandais Swedish Automobile, qui s'appelait alors Spyker et qui avait racheté le constructeur suédois, déjà en grandes difficultés, au géant américain General Motors.

Faute de liquidités, avec des ventes en berne, Saab, qui emploie 3.700 personnes, ne paye plus ses fournisseurs et ceux-ci ont cessé leurs livraisons depuis le mois d'avril. Les dettes s'élèvent à 150 millions d'euros, selon le PDG de Swedish Automobile et de Saab, Victor Muller.

Saab a jusqu'au 29 septembre pour faire appel de cette décision.

Première publication : 08/09/2011

  • AUTOMOBILE

    Au bord de la faillite, Saab ne paiera pas les salaires de 1 500 employés

    En savoir plus

  • AUTOMOBILE

    Spyker s'empare définitivement de Saab

    En savoir plus

  • AUTOMOBILE

    Le suédois Saab placé en liquidation judiciaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)