Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

Economie

Barack Obama pourra-t-il relancer l’emploi ?

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 09/09/2011

Le président américain a dévoilé, ce jeudi devant le Congrès, son projet de "loi pour l’emploi" d'un montant de 447 milliards de dollars alloués à des baisses d’impôts et des investissements dans le développement des infrastructures.

"Vous devez voter cette loi pour l’emploi." La phrase a été répétée par le président américain Barack Obama douze fois pendant son discours, jeudi, devant le Congrès - une manière de souligner l’importance qu’il accorde à ce plan.

Le président américain propose de consacrer 447 milliards de dollars pour faire baisser le chômage qui touche actuellement 9,1% de la population active aux États-Unis. Ce plan comprend aussi bien des nouveaux investissements dans le développement des infrastructures que des baisses d’impôts pour les salariés et les entreprises. Il a été qualifié par beaucoup de commentateurs de "programme électoral pour l’élection présidentielle de 2012".

Revue de détail du dispositif de guerre anti-chômage que Barack Obama veut mettre en place.

Est-ce que 447 milliards de dollars suffisent ? "C’est un montant plus important que ce qui était attendu", a affirmé jeudi sur la chaîne américaine CBS Mark Thoma, économiste à l’Université de l’Oregon, qui rappelle qu'il avait, peu avant le discours de Barack Obama, plutôt été question d'un plan de 300 milliards de dollars.

La somme finalement proposée équivaut à 3% du PIB américain. "C’est mieux que rien, mais si on compare ce montant au 1 000 milliards de dollars que la crise des subprimes a coûté aux Etats-Unis, ce n’est pas non plus énorme", juge Paul Krugman, économiste à l’Université de Princeton dans un éditorial pour le "New York Times" vendredi.

Quels sont les effets attendus sur l’emploi ? Si le plan est adopté par le Congrès, il devrait commencer à produire ses effets sur l’emploi dès 2012 puisque "75% du montant sera dépensé l’année prochaine", relève les responsables de la banque d’investissement Goldman Sachs qui a évalué les effets économiques attendus des mesures proposés par Barack Obama.

"Les mesures proposées devraient permettre aux Etats-Unis de créer 4,3 millions d’emplois", juge Heidi Shierholz, économiste à l’Institut américain des politiques économiques. Actuellement, 14 millions de personnes sont au chômage aux Etats-Unis, et le plan proposé par Barack Obama vise donc à ramener ce chiffre sous la barre des 10 millions.

Comment Barack Obama compte-t-il dépenser cet argent ? Plus de la moitié de l’argent doit servir à financer des baisses d’impôts. En tout, le "plan pour l’emploi" prévoit 245 milliards de dollars d’allégement de charges aussi bien pour les salariés (175 milliards de dollars) que pour les employeurs (70 milliards de dollars).

L’autre grand volet concerne des investissements dans les infrastructures. Barack Obama compte dépenser 140 milliards de dollars essentiellement dans - le développement ? - des transports en commun (50 milliards de dollars) et dans la rénovation des écoles publiques (30 milliards de dollars)

Enfin, la Maison Blanche veut allouer 62 milliards de dollars pour étendre la durée des allocations chômage et inciter les entreprises à engager des chômeurs de longue durée.

Qui Barack Obama veut-il aider en priorité ? Les principaux bénéficiaires des mesures proposées jeudi devraient être les ouvriers, les enseignants et les chômeurs de longue durée.

Les importants investissements prévus dans les infrastructures doivent soutenir le secteur de la construction et donc permettre l’embauche d’ouvriers. Le plan prévoit de fournir 35 milliards de dollars aux collectivités locales afin de sauver 280 000 emplois d’enseignants qui étaient menacés à cause des déficits croissants des États américains. Enfin, un chèque de 4 000 dollars est promis à chaque entreprise qui embauche un chômeur de longue durée.

Comment ces mesures seront-elles financées ? C’est la grande inconnue de ce plan. Lors de son discours, Barack Obama a simplement promis que ces mesures seront financées sur dix ans. Le président des Etats-Unis a ajouté qu’il allait, la semaine prochaine, donner davantage de détails sur les économies "qu’il sera nécessaire de faire".

En attendant, ces nouvelles dépenses proposées risquent de venir compliquer la tâche du comité parlementaire bipartisan qui doit trouver une solution pour réduire de 1400 milliards de déficit américain avant le 24 novembre. "C'est un peu décourageant de se retrouver avec de nouvelles dépenses à venir alors que nous avions déjà du mal à nous mettre d'accord avant [ce plan pour l'emploi, NDLR] pour dégager suffisament d'économie", a regretté jeudi Rob Portman, un membre républicain de ce comité, à l'influent blog politique américain Politico.

 

Première publication : 09/09/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Barack Obama annonce un plan pour l'emploi de 447 milliards de dollars

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le chômage, principal adversaire de Barack Obama

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama met les républicains au défi de se joindre à lui pour améliorer l'emploi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)