Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Alpha Condé s'exprime sur le retour avorté de Dadis Camara a Conakry

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants, l'Europe peine à trouver des solutions viables

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat déjoué du Thalys, la sécurité dans les transports au coeur du débat

En savoir plus

TECH 24

Eau High-tech

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

L'Assemblée Nationale, cœur de la démocratie française

En savoir plus

#ActuElles

L'organisation de l'État islamique et sa "théologie du viol"

En savoir plus

FOCUS

Nouvelle-Orléans : dix ans après le cyclone Katrina, le traumatisme demeure

En savoir plus

REPORTERS

Avec les soldats de l'opération Barkhane, au cœur de la lutte anti-terroriste au Sahel

En savoir plus

BILLET RETOUR

Proche-Orient : Jénine, la renaissance fragile

En savoir plus

Culture

Le Lion d'Or décerné à "Faust" d'Alexandre Sokourov

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/09/2011

Le film "Faust" du russe Sokourov a remporté le "Lion d'Or" du 68e Festival de Venise. Vingt-trois longs-métrages, tous projetés en première mondiale, étaient en lice. "Carnage" de Roman Polanski, donné favori, est reparti bredouille.

AFP - Le réalisateur russe Alexandre Sokourov a remporté samedi soir avec son film "Faust" le Lion d'Or du meilleur film de la 68e Mostra de Venise.

Cette distinction du plus ancien festival du monde n'avait été attribué à un cinéaste russe qu'une seule fois, en 2003, à Andreï Zviaguintsev pour "Le retour".

Le Lion d'argent de la mise en scène est revenu au Chinois Cai Shangjun pour "Ren Shan Ren Hai" (People mountain, people sea).

Le jury, présidé par le cinéaste et producteur américain Darren Aronofsky, réalisateur du "Cygne noir", a également récompensé du Prix spécial du Jury le film italien "Terraferma" d'Emanuele Crialese.

Inspiré du grand classique de Goethe, "Faust" reprend l'histoire archétype du face-à-face avec le diable sous forme d'une méditation sur la corruption du pouvoir. Les personnages, en costumes XIXe siècle, y sont inquiétants et évoluent dans une atmosphère étouffante et nauséabonde de fin du monde, un thème cher à cette 68e Mostra.

Le réalisateur russe, adoubé par Andreï Tarkovski dans les années 70, l'a conçu comme le dernier volet d'une tétralogie sur les dictateurs, le pouvoir et la folie humaine, entamée en 1999 avec un portrait fictionnel d'Adolf Hitler.

Le film, encensé par plusieurs critiques qui l'ont qualifié de "vertigineux", est placé comme hors du temps. Il suit l'itinéraire du Dr Faust (Johannes Zeiler), gouverné par ses instincts primaires dans une recherche effrénée de pouvoir et d'amour.

Tourné en allemand, en Espagne et en Islande, où le réalisateur a fait construire des répliques de villes allemandes du début du XIXe siècle, il se déroule dans une atmosphère grise et jaune étouffante, peuplée de cadavres, de viscères où le malin lui-même, prêteur de gages mi-homme, mi-animal (Anton Adasinskiy) souffre d'ulcères purulents.

Sokourov, 60 ans, dont les premiers films ont été interdits par les autorités soviétiques et qui a en revanche reçu le soutien du Premier ministre Vladimir Poutine pour ce dernier film, affirme que son obsession pour les dictateurs, comme Faust lui-même, remonte à 30 ans.

"Dans Faust, tout y est, comme s'il avait été écrit au XXIe siècle", dit-il, en estimant que tous les hommes politiques devraient lire cet ouvrage mythique.

Peu soucieux des modes, et ami d'un autre grand cinéaste russe, Nikita Mikhalkov, Sokourov compte une quarantaine d'oeuvres à sa filmographie. Il a filmé les rapports humains (Mère et fils) et les dictateurs (Moloch, Taurus, Le soleil) autant qu'une Russie fantasmée et idéale à ses yeux (L'arche russe).

Vingt-trois longs métrages, tous projetés en première mondiale étaient en lice, dont "Carnage" de Roman Polanski, donné favori et reparti bredouille.
 

Première publication : 10/09/2011

  • CINÉMA

    La Mostra de Venise lève le voile sur sa prestigieuse sélection

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)