Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vol AH 5017 : l'équipage aurait changé de direction à cause de la météo

En savoir plus

TECH 24

Objets : tous connectés !

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

  • En images : la zone du crash du vol AH5017 au Mali

    En savoir plus

  • En direct : cinquante-quatre Français au nombre des victimes du vol Air Algérie

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "J'ai perdu mon jeune frère et toute sa famille"

    En savoir plus

  • Tour de France : Navardauskas décroche une première victoire pour la Lituanie

    En savoir plus

  • Didier Drogba officialise son retour à Chelsea

    En savoir plus

  • Cinq Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

FRANCE

Marine Le Pen profite de ses "Journées d'été" pour relancer sa campagne présidentielle

Vidéo par Clovis CASALI

Dernière modification : 11/09/2011

En perte de vitesse dans les sondages, Marine Le Pen a profité de sa première "Journée d'été" à Nice pour remobiliser ses troupes frontistes. Au programme, ses traditionnels dossiers : insécurité, immigration mais aussi laïcité.

REUTERS - Marine Le Pen a profité samedi des "Journées d'été" de son parti à Nice pour relancer sa campagne présidentielle, qui a semblé en perte de vitesse pendant la période estivale.

Les sondages donnent toujours la présidente du Front national à un niveau élevé - autour de 18% - mais en recul par rapport au printemps où elle semblait pouvoir accéder au second tour de l'élection présidentielle.

"Il y a beaucoup de gens qui aimeraient être à ce niveau-là, je suis dans le trio de tête, à deux ou trois points du président sortant", a-t-elle relativisé lors d'un point de presse.

A Nice, Marine Le Pen a pu présenter les premières personnalités ralliées à son "rassemblement" pour 2012, même si son principal objectif est de mobiliser les cadres du parti réunis au palais des congrès Acropolis.

Elle a trouvé un contradicteur en la personne du maire UMP de Nice Christian Estrosi, qui organise un contre-meeting dimanche en présence de cinq membres de gouvernement et du secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé.

Marine Le Pen y voit le signe de l'affolement de la majorité de crainte qu'elle ne barre la route du second tour à Nicolas Sarkozy.

"Cela montre qu'il y a un sentiment de panique. Ils savent la déception qu'ils ont suscitée chez leurs propres électeurs".

A quelques pas de là, un militant FN abonde dans son sens : "Jean-Marie Le Pen a mis Lionel Jospin sur la touche en 2002 et cette fois-ci Marine va mettre Sarko sur la touche. Il sera chômeur, sans indemnités".

Depuis son accession à la tête du parti en janvier, Marine Le Pen administre une cure de respectabilité au FN pour le transformer en parti de gouvernement, avec, en ligne de mire les législatives de 2012.

Principes républicains

Elle n'hésite pas à mettre en avant les principes républicains, notamment à propos de la laïcité, et une "vision gaullienne" de l'Etat, tout en en revenant ponctuellement aux fondamentaux pour ne pas déboussoler l'électorat traditionnel d'extrême droite.

Toutefois, l'entreprise de "dédiabolisation" symbolisée par l'éviction de militants ayant fait la salut nazi "n'a pas encore radicalement transformé l'image du parti", soulignait récemment Jérome Fourquet, de l'Ifop.

Jean-Marie Le Pen, resté président d'honneur du FN, a ouvert samedi les travaux et réitéré son soutien à sa fille. "Nous sommes d'accord tous les deux à 99,99%", a-t-il assuré.

Le fondateur du FN a estimé que le recul apparent de Marine Le Pen n'était lié qu'à sa sous-exposition médiatique pendant l'été.

"Il n'y a pas de tassement. Pendant quatre mois, les médias n'ont parlé que des galipettes de M. Strauss-Kahn et du Parti socialiste", a-t-il dit.

Pour faire mentir ses détracteurs, pour qui les changements au FN ne sont qu'un simple lifting, Marine Le Pen a convié à Nice des intervenants extérieurs, dont le médiatique avocat Gilbert Collard, qui doit prendre la tête de son comité de soutien.

Le souverainiste Paul-Marie Coûteaux, rallié à la présidente du FN, a également fait le voyage à Nice, de même que l'ancien maire UDF-PR du deuxième arrondissement de Paris Alain Dumait.

Le FN annonçait un soutien surprise

De fait, dans une interview accordée au site Causeur.fr, Yves Bertrand, ancien directeur des Renseignements généraux, juge Marine Le Pen "respectable" et appelle à la fin de la
diabolisation du parti d'extrême droite.

"Marine Le Pen est quelqu'un de respectable et elle devrait pouvoir participer pleinement au débat politique. Elle est victime d'une diabolisation injuste et absurde à cause de son nom", estime-t-il.

Marine Le Pen a précisé avoir déjeuné préalablement avec Yves Bertrand "qui connaît bien les rouages de l'Etat" et avoir "discuté" de son éventuel soutien. "J'espère qu'il sera intégré à mon comité de soutien", a-t-elle dit à des journalistes.

Interrogée sur le caractère hétéroclite de ces soutiens, Marine Le Pen avait auparavant répondu : "On doit construire le projet autour de la Nation. Les patriotes, je vais aller les chercher partout, il y en a partout".

Une cinquantaine de militants et sympathisants de gauche ont déployé samedi matin une grande banderole du haut de la tour Bellanda, qui domine la baie de Nice, sur laquelle était notamment écrit "UMP-FN ennemis du peuple - Dégageons les".
 

Première publication : 10/09/2011

  • FRANCE

    Marine Le Pen en campagne auprès de l'électorat pieds-noirs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)