Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le mouvement "Buy Black" prend de l’ampleur

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Mabanckou, écrivain du monde

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Trump ou Clinton : qui est le plus crédible sur l'économie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep, symbole de la faiblesse américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Fance : le chômage repart à la hausse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Clinton 1 - Trump 0"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Gabon, retour au calme, mais climat politique tendu à la veille de l'investiture d'Ali Bongo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le drôle de selfie d'Hillary Clinton

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise migratoire en France : Hollande à Calais pour la première fois de son mandat

En savoir plus

asie

Le ministre de l'Économie démissionne après ses propos sur Fukushima

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/09/2011

En poste depuis à peine une semaine, Yoshio Hachiro, le ministre de l'Économie a démissionné samedi à la suite de propos liés à la catastrophe de Fukushima. Il avait notamment comparé les environs de la centrale à une "ville de mort".

AFP - Le ministre japonais de l'Economie a démissionné samedi pour avoir parlé de "ville de mort" à propos des environs désertés de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, ont annoncé les médias nippons.

Nommé il y a à peine une semaine par le nouveau Premier ministre de centre-gauche Yoshihiko Noda, Yoshio Hachiro était vivement critiqué par l'opposition conservatrice pour ces propos tenus à l'issue d'une visite dans la région de Fukushima (nord-est).

Au cours d'une conférence de presse vendredi, M. Hachiro avait déclaré : "Malheureusement, il n'y avait pas âme qui vive dans les rues des agglomérations voisines de la centrale. Cela faisait penser à une ville de mort".

M. Noda avait demandé à son ministre de présenter ses excuses, ce que l'interessé avait immédiatement fait.

La poursuite des attaques contre lui a toutefois poussé M. Hachiro à jeter l'éponge samedi, ont affirmé l'agence de presse Kyodo et la télévision publique NHK. Le Premier ministre a accepté sa démission, a-t-il été précisé.

Il s'agit d'un rude coup pour M. Noda, à peine installé au poste de Premier ministre en remplacement de Naoto Kan, dont la gestion des conséquences du tsunami du 11 mars, qui a fait près de 20.000 morts et disparus dans la région du Tohoku (nord-est), et de l'accident nucléaire de Fukushima avait été vivement contestée.

Aux commandes depuis vendredi, le sixième Premier ministre du Japon en cinq ans, avait créé la surprise en nommant à des postes clés de son équipe des hommes sans expérience gouvernementale, comme M. Hachiro.

Première publication : 10/09/2011

  • JAPON

    Le français Areva lorgne les déchets nucléaires de Fukushima

    En savoir plus

  • JAPON

    "Yoshihiko Noda est prêt à mener une politique budgétaire rigoureuse"

    En savoir plus

  • JAPON

    Des zones proches de Fukushima interdites d'accès "pendant plusieurs décennies"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)