Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

asie

Le ministre de l'Économie démissionne après ses propos sur Fukushima

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/09/2011

En poste depuis à peine une semaine, Yoshio Hachiro, le ministre de l'Économie a démissionné samedi à la suite de propos liés à la catastrophe de Fukushima. Il avait notamment comparé les environs de la centrale à une "ville de mort".

AFP - Le ministre japonais de l'Economie a démissionné samedi pour avoir parlé de "ville de mort" à propos des environs désertés de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, ont annoncé les médias nippons.

Nommé il y a à peine une semaine par le nouveau Premier ministre de centre-gauche Yoshihiko Noda, Yoshio Hachiro était vivement critiqué par l'opposition conservatrice pour ces propos tenus à l'issue d'une visite dans la région de Fukushima (nord-est).

Au cours d'une conférence de presse vendredi, M. Hachiro avait déclaré : "Malheureusement, il n'y avait pas âme qui vive dans les rues des agglomérations voisines de la centrale. Cela faisait penser à une ville de mort".

M. Noda avait demandé à son ministre de présenter ses excuses, ce que l'interessé avait immédiatement fait.

La poursuite des attaques contre lui a toutefois poussé M. Hachiro à jeter l'éponge samedi, ont affirmé l'agence de presse Kyodo et la télévision publique NHK. Le Premier ministre a accepté sa démission, a-t-il été précisé.

Il s'agit d'un rude coup pour M. Noda, à peine installé au poste de Premier ministre en remplacement de Naoto Kan, dont la gestion des conséquences du tsunami du 11 mars, qui a fait près de 20.000 morts et disparus dans la région du Tohoku (nord-est), et de l'accident nucléaire de Fukushima avait été vivement contestée.

Aux commandes depuis vendredi, le sixième Premier ministre du Japon en cinq ans, avait créé la surprise en nommant à des postes clés de son équipe des hommes sans expérience gouvernementale, comme M. Hachiro.

Première publication : 10/09/2011

  • JAPON

    Le français Areva lorgne les déchets nucléaires de Fukushima

    En savoir plus

  • JAPON

    "Yoshihiko Noda est prêt à mener une politique budgétaire rigoureuse"

    En savoir plus

  • JAPON

    Des zones proches de Fukushima interdites d'accès "pendant plusieurs décennies"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)