Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Amériques

Recueillement à New York, 10 ans après les attentats contre le World Trade Center

Vidéo par Inès OLHAGARAY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/09/2011

Les États-Unis ont commémoré les 10 ans des attentats du 11 septembre 2001. À New York, où la principale cérémonie a eu lieu en présence de Barack Obama et de George W. Bush, la foule s'est recueillie à "Ground Zero".

AFP - Dix ans après le 11-Septembre, les Américains, unis dans l'émotion et le recueillement, ont rendu hommage dimanche aux quelque 3.000 victimes des attentats qui ont profondément changé leur pays.

A New York, où la sécurité avait été renforcée en raison d'une menace "non corroborée" d'attentat par Al-Qaïda, le président Barack Obama a assisté avec son prédécesseur George W. Bush à une cérémonie où les familles ont égrené, un par un, les noms des victimes.

Et sur le site en reconstruction des tours du World Trade Center, la foule émue s'est figée à six reprises dans un moment de silence : à l'instant précis des attaques contre les tours du World Trade Center et le Pentagone, à l'heure où un avion s'était écrasé en Pennsylvanie, et à l'heure où les tours se sont effondrées, faisant au total 2.977 morts, dont 2.753 à New York.

La voix parfois brisée par l'émotion, parents, enfants, conjoints, frères, soeurs, ont souvent ajouté à l'énoncé du nom du disparu un bref hommage, un regret ou un mot d'amour.

Serrant sur leur coeur des photos, les familles ont pu ensuite découvrir le mémorial du 11-Septembre, un espace de trois hectares planté de chênes, enfin terminé.

Deux immenses bassins de granit, creusés à l'endroit même des tours, portent sur leur margelle le nom gravé en bronze des victimes du 11-Septembre mais aussi celui des victimes du premier attentat contre le WTC en 1993 : au total, 2.983 noms.

De nombreuses familles sont allées dimanche y caresser les noms gravés, en prendre l'empreinte, et y apporter des roses.

La cérémonie, en présence du maire de New York Michael Bloomberg et de son prédécesseur Rudy Guiliani, s'est déroulée quatre mois après la mort du chef d'Al-Qaïda, Oussama Ben Laden, tué au Pakistan par un commando américain le 2 mai. Une mort qui a aidé certains Américains, désormais plus préoccupés par la crise économique, à lentement tourner la page.

M. Obama, qui s'est dit "particulièrement touché par la cérémonie de New York, et par la "sérénité" du nouveau mémorial, s'est ensuite rendu dimanche avec son épouse Michelle à Shanksville (Pennsylvanie).

Il y a déposé une gerbe à la mémoire des 40 passagers et membres d'équipage du vol 93, qui s'était écrasé en voulant contrer le plan des terroristes visant probablement le Capitole à Washington.

Une cérémonie a également eu lieu au Pentagone, où les attentats ont tué 184 personnes, à Washington. Là, en présence du vice-président Joe Biden, le secrétaire à la Défense Leon Panetta a rendu hommage aux troupes américaines pour leurs sacrifices, grâce auxquels "notre nation est aujourd'hui plus sûre et plus forte".

Les deux guerres en Afghanistan et en Irak, engagées après le 11-Septembre, ont tué plus de 6.200 soldats américains.

Une cinquantaine de militaires américains ont encore été blessés, avec d'autres soldats de la coalition, samedi, lorsqu'un kamikaze a fait exploser un camion piégé à l'entrée d'une petite base de l'Otan dans le centre de l'Afghanistan. Les talibans ont revendiqué cette attaque.

Plusieurs autres cérémonies étaient prévues dimanche à New York, dont l'une à la mémoire des 343 pompiers tués le 11-Septembre, à la cathédrale St Patrick, et l'autre à l'US Open de tennis.

D'autres commémorations émailleront la journée un peu partout dans le pays, qui oubliera pour un jour ses profondes divisions politiques, la crise économique et le chômage à plus de 9%.

De l'Afghanistan à la Nouvelle Zélande, de Paris à Londres, de nombreux pays ont également marqué le 10e anniversaire des attentats, nombre de dirigeants tenant à souligner que la lutte contre le terrorisme était loin d'être terminée.

En Nouvelle-Zélande, joueurs et spectateurs du match Irlande-Etats-Unis de la Coupe du monde de rugby ont observé une minute de silence, au stade Taranaki de New Plymouth.

Les troupes américaines déployées en Afghanistan ont rendu hommage aux morts du 11-Septembre et aux victimes des combats.

Paris s'est associé à l'anniversaire avec des répliques des tours du World Trade Center sur l'esplanade du Trocadéro, des concerts et une messe à Notre-Dame.

A Londres, près de 2.000 personnes ont participé à un office religieux à la cathédrale Saint Paul, pour rendre hommage aux 67 Britanniques tués dans les attentats. Une cinquantaine de militants islamistes ont brûlé l'image d'un drapeau américain devant l'ambassade des Etats-Unis.

En Allemagne, un service oecuménique a été célébré à l'Eglise américaine de Berlin par des représentants des communautés juive, musulmane et chrétienne. Le drapeau américain était en berne à Checkpoint Charlie.

Et à Rome, une minute de silence a été observée dans les aéroports.

Le pape Benoît XVI a appelé les responsables politiques à "résister à la tentation de la haine", et le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen a affirmé qu'après le "long hiver" dont les attentats du 11-Septembre ont marqué le commencement, les événements du "printemps arabe" marquaient "une nouvelle saison d'espoir".

Même si la peur a diminué, les Américains restent très marqués par le 11-Septembre, et les grandes chaînes de télévision ont toutes retransmis en direct dimanche la cérémonie de New York.

Mais après dix ans de guerre, alors que le pays se débat dans une grave crise économique, certains commencent à penser qu'il temps de commencer à tourner la page.

Le bilan financier de ces dix années est particulièrement lourd pour les Etats-Unis: en comptant les milliards de dollars engloutis dans la sécurité, dans les guerres, mais aussi l'impact économique des attentats et le coût des pertes humaines, il atteint 3.300 milliards de dollars, a selon le New York Times.
 

Première publication : 11/09/2011

  • 11-SEPTEMBRE

    Revivez la journée de commémorations dans les conditions du direct

    En savoir plus

  • 11-SEPTEMBRE

    2001 - 2011 : Chronologie d'une Amérique traumatisée

    En savoir plus

  • PHOTOGRAPHIE

    11-Septembre : Au plus près du World Trade Center

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)