Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Du neuf dans un nouveau monde"

En savoir plus

SPORT

L'Australie, impériale, surclasse une Italie appliquée mais limitée

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/09/2011

Accrochés durant une mi-temps, les Wallabies ont accéléré au retour des vestiaires pour dominer une Italie conquérante mais trop limitée face à l'un des collectifs favoris de ce Mondial-2011 (32-6). L'Australie prend la tête du groupe C.

AFP - L'Australie, accrochée pendant quarante minutes, a imposé la vitesse de ses lignes arrières pour inscrire quatre essais face à l'Italie (32-6), dimanche à Auckland (North Harbour Stadium), et brandir ses ambitions dès son premier match de la Coupe du monde.

Terrain gras? Temps pluvieux et vent gênant? Les conditions hivernales qui baignaient Auckland n'ont pas empêché les Wallabies d'étaler leur jeu de mouvement, en seconde période autour du demi d'ouverture Quade Cooper, décisif sur trois des quatre essais inscrits par son équipe, et qui fait planer un danger permanent sur la défense adverse.

Seul bémol: les Wallabies ont rencontré quelques difficultés face au pack italien, notamment en mêlée fermée. "Ils ont mis beaucoup d'intensité dans le combat", a noté le capitaine et deuxième ligne James Horwill. "Nous avons montré quelques progrès en mêlée, mais nous devons encore avancer", a glissé Robbie Deans, l'entraîneur des Australiens.

Catalogués parmi les principaux prétendants au titre, avec les All Blacks, les Wallabies sont souverains dès qu'ils donnent de la vitesse à leur jeu.

Ainsi, après une première période timide, tout est parti d'un ballon volé en touche aux Italiens. Soixante mètres et une intervention tranchante de l'ailier Ioane plus loin, le pilier Ben Alexander inscrivait le premier essai des Wallabies (50e).

L'Italie avec ses armes

Cet essai a déclenché la déferlante australienne, orchestrée par Quade Cooper, dont les passes ajustées sur la ligne de front trouvent souvent un partenaire lancé et prêt à s'engouffrer dans un espace.

Cette science de la passe a notamment permis de ménager un intervalle à l'ailier Digby Ioane, servi à l'intérieur sur un lancement de jeu après mêlée, sur le quatrième et dernier essai de l'après-midi, synonyme de bonus (67e).

"Ils ont une bonne équipe", a reconnu Nick Mallett, l'entraîneur sud-africain de l'Italie, qui a noté que "la mêlée australienne n'est pas si faible, car les Wallabies ont marqué un essai sur un lancement de jeu après mêlée".

La Squadra a lutté avec ses armes: un pack monolithique et bien organisé. Mais aussi avec ses limites: un demi d'ouverture (Orquera) peu inspiré et des lignes arrières dépassées dès que le jeu prend de la vitesse.

"Maintenant, nous avons deux matches davantage à notre portée face à la Russie (20 septembre) puis contre les Etats-Unis (27 septembre), s'est projeté le capitaine Sergio Parisse. Et, il y aura la rencontre face à l'Irlande (2 octobre) pour la qualification pour les quarts de finale.



 
 

Première publication : 11/09/2011

  • COUPE DU MONDE DE RUGBY

    Les favoris australiens misent sur la continuité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)