Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le "chantage" de la CGT

En savoir plus

POLITIQUE

Bernard-Henri Lévy : "Il y a une gémellité atroce entre Assad et l’EI"

En savoir plus

POLITIQUE

Bernard-Henri Lévy : "Les Peshmerga sont les seuls à mener vraiment la guerre contre l’EI"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Procès de Freddie Gray : les réactions à Baltimore

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Circulation(s)" : coup de projecteur sur la photo emergente

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Blocages en France : Manuel Valls peut-il tenir ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Elle", un thriller aussi pervers que puissant

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Lutte contre la pauvreté : la guerre des modèles

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : l'horizon s'éclaircit sur le front du chômage

En savoir plus

Economie

La Commission européenne défend la stratégie des États membres sur la dette

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/09/2011

Le commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, a défendu la stratégie actuellement employée par les États membres pour assainir leurs finances publiques et résorber leurs déficits.

REUTERS - La stratégie européenne en matière d'assainissement des finances publiques n'est pas remise en cause par les tensions actuelles sur les marchés financiers, a estimé lundi la Commission européenne dans son rapport annuel sur les finances publiques du bloc communautaire.

L'exécutif européen a par ailleurs jugé "favorables" les hypothèses liées à la réduction de la dette et des déficits public français et a appelé Paris à se tenir prêt à prendre de nouvelles mesures d'économie si nécessaire.

"La stratégie européenne d'une consolidation budgétaire différenciée et graduelle reste valide face aux turbulences persistantes sur les marchés et aux incertitudes quant au rythme de la récupération", a dit le commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, dans un communiqué.

"Les Etats membres actuellement sous la pression des marchés doivent continuer à remplir leur objectifs budgétaires et prendre des mesures supplémentaires si besoin. Les Etats membres avec des marges de manoeuvre doivent laisser les stabilisateurs automatiques jouer pour contrer les effets d'un ralentissement de la reprise", a-t-il ajouté.

 

Première publication : 12/09/2011

  • MARCHÉS

    Les Bourses européennes terminent la semaine en forte baisse

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le Parlement donne son feu vert pour le plan de rigueur et l'aide à la Grèce

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'Assemblée vote le plan d'aide à la Grèce

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)