Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

FRANCE

Génocide rwandais : Kagame n'exige pas d'excuses de Paris

Vidéo par Marc PERELMAN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/09/2011

Soucieux de solder les "différends passés" entre Paris et Kigali, le président rwandais, en visite officielle dans la capitale française, a indiqué qu'il n'exigeait de la France aucune excuse pour son rôle au Rwanda lors du génocide de 1994.

AFP - Le président rwandais Paul Kagame a déclaré avoir "parlé d'avenir" avec Nicolas Sarkozy lundi, affichant sa volonté de tourner la page des "différends du passé", au deuxième jour d'une visite controversée en France où il a été interpellé sur les droits de l'Homme.

"En venant ici, nous regardons vers l'avenir plutôt que vers le passé, je suis ici pour construire l'avenir, pas le passé. Tous les sujets dont nous avons parlé ont été abordés dans le contexte de l'avenir", a martelé le président rwandais à l'issue d'un déjeuner avec son homologue au palais de l'Elysée.

"J'ai plaidé (auprès de Nicolas Sarkozy) pour plus de commerce, plus de partenariat", a insisté le président rwandais.

En quittant la présidence, M. Kagame a écarté toutes les questions de la presse concernant le passé des relations tumultueuses entre Paris et Kigali.

Plus tôt dans la journée, Paul Kagame a affirmé à l'AFP qu'il souhaitait relancer les relations avec Paris sur de nouvelles bases et ne demandait pas d'"excuses" pour le rôle de la France au Rwanda en 1994, même si un rapport rwandais accuse toujours les militaires français d'avoir participé au génocide.

"L'objectif est de trouver les moyens de dépasser nos différends passés et de voir comment aller de l'avant", avait-il insisté.

Dans la matinée, le dirigeant rwandais -- arrivé au pouvoir avec la rébellion tutsi du FPR qui a mis fin aux massacres des génocidaires hutu, qui ont fait 800.000 morts en 1994 selon l'ONU -- a été interpellé sur le virage autoritaire pris par son régime, selon les ONG.

A l'occasion d'une conférence à l'Institut français des relations internationales (Ifri), un représentant de Human Rights Watch a demandé à Paul Kagame ce qu'il comptait faire en matière de droits de l'Homme, citant la détention d'opposants politiques à son régime.

Un membre de Reporters sans frontières (RSF) a enchaîné en évoquant la fermeture temporaire de journaux et des journalistes tués ou devant fuir le pays.

"Je ne comprends pas de quoi vous voulez parler", a répondu le président Kagame, en déniant à ces organisations le droit de s'ériger en professeurs des droits de l'Homme dans son pays.

En début d'après-midi, quelque 200 personnes, pour la plupart des Rwandais, ont défilé à Paris contre Paul Kagame, le qualifiant d'"assassin" et demandant la libération des "prisonniers politiques" au Rwanda.



Recontre "utile" avec Sarkozy



Sur le perron de l'Elysée, le président rwandais a répondu que ces manifestants "auraient dû encourager" sa rencontre "utile" avec Nicolas Sarkozy.

Le président français n'a, lui, fait aucune déclaration à l'issue du déjeuner, mais l'Elysée a ensuite salué dans un communiqué cette rencontre comme "une nouvelle étape dans le processus de normalisation entre les deux pays".

Nicolas Sarkozy a également "réaffirmé son attachement à l'Etat de droit et à la coopération judiciaire entre la France et le Rwanda", selon l'Elysée.

La présidence a aussi indiqué que l'Agence française de développement (AFD) s'apprêtait à faire passer ses engagements au Rwanda de 23,7 à 42,2 millions d'euros.

La première visite en France du président rwandais depuis le génocide de 1994 vise à parachever une réconciliation avec Paris, après un déplacement à Kigali de Nicolas Sarkozy en février 2010.

Le président français avait alors reconnu une "forme d'aveuglement" de la France pour n'avoir pas "vu la dimension génocidaire" du régime rwandais hutu d'alors, avec qui Paris entretenait des liens étroits, notamment sur un plan militaire.

La venue en France de Paul Kagame se heurte toutefois à des remous au sein de la classe politique - le chef de la diplomatie française Alain Juppé est absent - et chez les militaires français.

L'ex-ministre de la Défense Hervé Morin a regretté lundi que Paul Kagame n'ai pas fait sa "part du chemin" vers la réconciliation. "Recevoir M. Kagame n'était pas nécessaire", a-t-il dit à l'AFP.

Paul Kagame devait achever son séjour mardi par une rencontre avec le patronat français.

Première publication : 12/09/2011

  • DIPLOMATIE

    France-Rwanda : les dossiers qui fâchent

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Le président Kagame à Paris pour sceller la réconciliation franco-rwandaise

    En savoir plus

  • JUSTICE INTERNATIONALE

    L'ex-chef rebelle hutu rwandais Mbarushimana devant la CPI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)