Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

FRANCE

À Paris, le président Kagame promeut la démocratie en Afrique, les ONG s'indignent

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 13/09/2011

À l'occasion de sa première visite officielle en France, le président Paul Kagame s'est attaché à vanter le rôle déterminant de l'Afrique "dans le nouvel ordre mondial". Sans parvenir à convaincre les organisations de défense des droits de l'Homme.

Juste avant de rejoindre son homologue français Nicolas Sarkozy pour un déjeuner à l’Élysée, le président rwandais, Paul Kagame, en visite officielle à Paris, a animé ce lundi,  à l’Institut français des relations internationales (Ifri) une conférence sur le "rôle de l’Afrique dans une configuration mondiale en mutation".

entretien exclusif du président Kagame sur France 24

Fort de ses bons résultats en matière d'économie, mais omettant opportunément un bilan social moins brillant – plus de la moitié des Rwandais vivent avec moins de 0,50 dollar par jour –, Paul Kagame s’est employé à promouvoir une Afrique "déterminante dans le nouvel ordre mondial". "Ces dix dernières années, les États africains ont su dégager des opportunités pour jouer un rôle plus important dans le monde", a-t-il estimé lors de son intervention.

Économie brillante

Érigé au rang de locomotive économique de la région des Grands Lacs, le Rwanda et ses 11% de croissance en 2008 (6% de croissance en moyenne ces 12 dernières années) s’est remarquablement relevé de l’année noire du génocide, en 1994, qui l'avait plongé dans le chaos politique et le marasme économique.

Lancées en 2001, ses multiples réformes facilitant les investissements et les créations d’entreprises ont été saluées par la Banque mondiale, qui, en 2010, plaçait le Pays des mille collines dans le peloton de tête de son classement "Doing Business". Aussi au Rwanda est-il désormais possible de créer une entreprise en 24 heures, le délai le plus court du monde.

Cerise sur le gâteau, le petit État d'Afrique centrale serait le pays le moins corrompu du continent, selon un classement établi en 2010 par l’organisation non gouvernementale de lutte contre la corruption Transparency International.

"Les peuples doivent avoir un rôle dans la gouvernance des pays"

"En Afrique aussi un nouvel ordre prend forme, a poursuivi le président rwandais, devant une salle comble. Le printemps arabe a montré que les peuples demandent une plus grande liberté. Les nouvelles technologies créent une nouvelle dynamique de changement, un échange plus rapide d’idées. Les gouvernements africains doivent être responsables des besoins de leur peuple, et les peuples doivent avoir un rôle dans la gouvernance de leur pays. Les initiatives ne seront efficaces que si elles sont prises et réalisées par les peuples eux-mêmes."

Dans la salle, quelques sourires ironiques sont échangés, des murmures viennent troubler le silence respectueux qui régnait jusqu’alors. Ces belles paroles collent assez mal avec les dérives autoritaires dont Paul Kagame est accusé par ses opposants et plusieurs organisations de défense des droits de l’Homme.

Invitées à prendre part à la conférence, des représentants de Reporters sans frontières (RSF) et de Human Rights Watch (HRW) ont interpellé le chef de l’État rwandais sur la question des droits de l’Homme dans son pays. "Je ne comprends pas de quoi vous voulez parler", a rétorqué le président rwandais, visiblement agacé. Avant de poursuivre, cinglant : "Vous faites partie des gens qui ne voient que le mal en Afrique. Ce n’est pas à vous que je dois rendre des comptes. Ce genre d’attitude est un manque de respect envers les Africains. Ce n’est pas à vous de dire ‘l’Afrique a besoin de ci ou ça’. […] Nous allons continuer à faire ce qu’il y a de mieux pour notre peuple."

Dérives autoritaires

L'année dernière, les deux organisations ont multiplié les rapports dénonçant des atteintes aux droits de l’Homme au cours de la présidentielle rwandaise. Kagame avait remporté l’élection avec le score soviétique de 93,8 % des voix. Tout au long de la campagne, une ambiance délétère a régné dans le pays. Opposition réduite au silence, presse indépendante muselée, étranges disparitions et arrestations sommaires… Finalement, seuls trois candidats, tout acquis à la cause de l'homme fort de Kigali, avaient pu se lancer dans la course.

Depuis, les ONG de défense des droits de l’Homme n’ont eu de cesse de dénoncer les dérives du régime. Dans un rapport très critique publié au début de 2011, HRW fait état de "nombreuses violations des droits civils et politiques" et fustige le gouvernement rwandais pour avoir "manqué son engagement déclaré envers la démocratie".

Après de multiples – et vaines – mises en gardes, RSF est monté au créneau en juin 2010 au lendemain du meurtre du journaliste Jean-Léonard Rugambage, qui venait de publier dans un magazine indépendant un article sur l’assassinat manqué d’un opposant rwandais réfugié en Afrique du Sud.

Ces jours-ci, RSF a publié un rapport accablant sur la liberté de la presse dans le pays : "Bien que le gouvernement s’en défende, la presse indépendante rwandaise est soumise à de fortes pressions venues du sommet de l’État. Le président de la République, Paul Kagame, figure depuis plusieurs années dans la liste des 'prédateurs' de la liberté de la presse dénoncés par Reporters sans frontières".
 

Première publication : 12/09/2011

  • DIPLOMATIE

    France-Rwanda : les dossiers qui fâchent

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Le président Kagame à Paris pour sceller la réconciliation franco-rwandaise

    En savoir plus

  • JUSTICE INTERNATIONALE

    L'ex-chef rebelle hutu rwandais Mbarushimana devant la CPI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)