Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Vidéo : l'Italie se dote de nouveaux "hotspots" pour mieux accueillir les migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hillary Clinton, à contrecœur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La folie terroriste"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Nigeria, les crimes contre des chrétiens se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Lady Liberty" : emblème de l'Amérique et symbole de liberté

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La saison des tubes de l'été est lancée !

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : au Canada, les critères d'accueil des réfugiés jugés discriminatoires envers les musulmans

En savoir plus

FRANCE

La juge Prévost-Desprez dessaisie du dossier Mediator

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/09/2011

La juge Isabelle Prévost-Desprez, qui a évoqué dans le livre "Sarko m'a tuer" un possible financement de Nicolas Sarkozy par la famille Bettencourt, s'est vu dessaisir du dossier Mediator, selon le site internet du journal "Le Monde".

REUTERS - La juge d'instruction Isabelle Prévost-Desprez a été dessaisie du dossier Mediator par sa hiérarchie et elle est convoquée mercredi à Bordeaux, annonce mardi Le Monde sur son site internet.  La magistrate va être entendue par le juge Jean-Michel Gentil à propos de ses déclarations dans le livre "Sarko m'a tuer", peut-on lire sur lemonde.fr.
 
Isabelle Prévost-Desprez a mis en cause le président Nicolas Sarkozy en faisant état d'un supposé témoignage le mettant en cause dans l'affaire Liliane Bettencourt.
 
Le principal syndicat de magistrats, l'USM, s'était élevé par avance contre une éventuelle enquête disciplinaire contre la juge, susceptible d'être mise en cause pour violation du secret professionnel et atteinte au devoir de réserve.

 

Première publication : 13/09/2011

COMMENTAIRE(S)