Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Surpopulation, discrimination… Le système carcéral américain à l’heure de la réforme

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

La campagne électorale menace-t-elle la reprise ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'écrivain Yasmina Khadra, amoureux de Cuba

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Dilma Roussef : discours émouvant, mais sans plus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Présidentielle 2017 : "des patrons sans illusion"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dissimulation fiscale : Apple pourrait écoper d’une amende record

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Jean-Pierre Chevènement embourbé dans les gaffes

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libreville retient son souffle dans l'attente des résultats de la présidentielle

En savoir plus

LE DÉBAT

"Islam de France" : l'équation à résoudre du gouvernement (partie 2)

En savoir plus

Afrique

L'ancien chef du renseignement Omar Souleiman a témoigné au procès de Moubarak

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/09/2011

L'ex-chef des services secrets égyptien, Omar Souleiman, a témoigné ce mardi au procès de l'ancien homme fort du Caire. La comparution du chef du conseil militaire au pouvoir, le maréchal Hussein Tantaoui, a été reportée à la fin du mois.

AFP - L'ancien chef des services secrets égyptiens, Omar Souleimane, a comparu comme témoin mardi au procès du président déchu Hosni Moubarak au Caire, a indiqué la télévision d'Etat.


Rien n'a filtré de sa déposition qui a été couverte par le huis clos strict décrété par le juge pour les auditions de hautes personnalités.

Patron des services de renseignements, M. Souleimane avait été nommé vice-président par M. Moubarak peu avant sa chute le 11 février sous la pression d'une révolte populaire.

Il avait été chargé de lire ce jour-là la brève déclaration annonçant la démission du chef de l'Etat et la prise du pouvoir par un conseil militaire.

En mai dernier, la presse avait fait état d'une déposition de M. Souleimane lors de l'enquête sur M. Moubarak, dans laquelle il aurait déclaré que l'ancien président était au courant de "chaque balle tirée" lors du soulèvement contre son régime.

Cette question est au centre du procès de M. Moubarak, jugé pour savoir s'il a été impliqué dans des ordres d'ouvrir le feu sur les manifestants, et également pour corruption.

La comparution attendue dimanche dernier comme témoin, également à huis clos, du chef du Conseil suprême des forces armées, instance dirigeante du pays, le maréchal Hussein Tantaoui, a été reportée au 24 septembre. Celle du numéro deux de l'armée égyptienne, Sami Anan, prévue lundi dernier, est repoussée au 25 septembre.

Mercredi et jeudi la cour doit entendre, toujours à huis clos, le ministre de l'Intérieur Mansour el-Issaoui et son prédécesseur Mahmoud Wagdi.

M. Moubarak, 83 ans et hospitalisé, a jusqu'à présent comparu aux audiences allongé sur une civière. Il est le premier dirigeant renversé par les révoltes qui secouent le monde arabe depuis la fin de l'année dernière à apparaître en personne devant un tribunal.

 

Première publication : 13/09/2011

  • ÉGYPTE

    Procès Moubarak : report de la comparution du dirigeant égyptien par intérim

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Un témoin inculpé pour faux témoignage à l'audience du procès Moubarak

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Audition des premiers témoins dans le procès d'Hosni Moubarak

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)