Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Economie

Les rumeurs entretiennent la nervosité sur les marchés européens

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/09/2011

Après avoir connu une hausse modérée à l'ouverture, mardi, les principales places financières européennes, un temps rassurées par des rumeurs de rachat d'obligations italiennes par la Chine, ont replongé dans le rouge en cours de séance.

AFP - La Bourse de Paris repassait nettement dans le rouge mardi matin, perdant près de 2%, victime d'une rechute des valeurs bancaires sur des rumeurs laissant entendre que la Chine n'est pas prête à acheter des obligations italiennes, ce qui plombait BNP Paribas.
              
A 10H28, le CAC 40 perdait 1,86% à 2.801,67 points, après avoir presque lâché 3%.
              

euro : le scénario du pire

Le marché parisien a très vite effacé une brève tentative de rebond entamée dans le sillage de Wall Street, replongeant après déjà deux séances noires.
              
"La confiance est absolument pulvérisée. Le marché se concentre sur les banques, point final", explique Xavier de Villepion, vendeur d'actions chez Global Equities.
              
Un temps rassuré par des rumeurs évoquant un rachat d'obligations italiennes par la Chine, le marché s'est brutalement retourné après des informations évoquant un refus chinois. L'Italie se prépare en outre à émettre dans la matinée pour plusieurs milliards d'euros de dette à moyen et long terme.
              
Particulièrement exposée à l'Italie, la banque BNP Paribas chutait de 7,92% à 24,05 euros, d'autant que selon le Wall Street Journal, repris par Bloomberg, les fonds monétaires américains refuseraient de prêter des dollars à la banque.
              
Dans son sillage, Crédit Agricole perdait 2,28% à 4,72 euros et Société Générale 4,50% à 14,87 euros. Ces deux banques et BNP Paribas sont toujours sous la menace d'une dégradation de leur note par l'agence Moody's.
              
En outre, les craintes qui ont fait chuter les marchés européens lundi n'ont pas disparu, notamment celles qui portent sur une possible faillite de la Grèce, qui n'est plus écartée par l'Allemagne.
              
La chancelière allemande Angela Merkel a toutefois jugé mardi qu'il fallait "éviter tout processus incontrôlé dans la zone euro".
              
"La journée risque d’être encore marquée par les bruits de couloir en Europe tandis qu’aux Etats-Unis, les négociations sur le plan pour l’emploi présenté au Congrès s’annoncent houleuses", expliquent-ils.
              
Barack Obama a proposé la semaine dernière un plan de soutien à l'emploi et à l'économie de 447 milliards de dollars, mais de nombreux analystes doutent qu'il puisse convaincre les Républicains de le voter.

Première publication : 13/09/2011

  • ZONE EURO

    La Commission européenne défend la stratégie des États membres sur la dette

    En savoir plus

  • ZONE EURO - ANALYSE

    Les banques européennes dans l'œil du cyclone boursier

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Comment les banques françaises comptent éviter une banqueroute grecque

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)