Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 000 experts du Sida et pas de président Macron

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Magic System, 20 ans de tubes

En savoir plus

FOCUS

Le Sénégal, bon élève de la lutte contre le sida

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'été en musique : les incontournables qui vont faire danser

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Israël : les dirigeants "ont de nouveau ignoré les signes avant-coureurs de violences"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Conférence mondiale sur le sida : Washington appelé à maintenir son aide financière

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Conférence mondiale sur le sida : "Un sommet de la recherche à Paris"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Jeux de la Francophonie : quelque 4 000 athlètes réunis à Abidjan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

Afrique

Nicolas Sarkozy et David Cameron sont arrivés à Tripoli

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/09/2011

Le président français et le Premier ministre britannique ont atterri ce jeudi dans la capitale libyenne, où ils rencontreront le Conseil national de transition avant de se rendre à Benghazi, fief de l'ex-insurrection.

AFP - Le président français Nicolas Sarkozy est arrivé jeudi peu après 10H30 (08H30 GMT) à Tripoli où il a rejoint le Premier ministre britannique David Cameron pour une visite éclair en Libye, après la chute du régime Kadhafi, a constaté un journaliste de l'AFP.
              
Accompagné de son ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, le chef de l'Etat français, qui a poussé la communauté internationale à intervenir dans le dossier libyen, doit rencontrer, lors de son étape à Tripoli, le Conseil national de transition (CNT), avant de se rendre à Benghazi.
              
Cette visite de quelques heures, qualifiée, depuis Paris, de "moment historique" par le ministre des Finances, François Baroin, est la première d'un chef d'Etat depuis le départ du pouvoir du colonel Mouammar Kadhafi.
              
La France, suivie par la Grande-Bretagne, a été le premier pays à reconnaître le CNT peu après le déclenchement de la rebellion.
              
A leur arrivée à Tripoli, MM. Sarkozy et Cameron devaient visiter un hôpital et rencontrer la presse.
              
Les deux hommes devaient ensuite se rendre à Benghazi, d'où est partie la revolte contre le régime Kadhafi. Là, Nicolas Sarkozy retrouvera l'essayiste Bernard-Henri Levy, défenseur de la première heure des rebelles libyens.
              
Perçu comme un héros par les Libyens pour avoir été à leurs côtés très tôt, Nicolas Sarkozy devait prononcer un discours sur la place de la Liberté.

Première publication : 14/09/2011

  • ANALYSE

    Recep Tayyip Erdogan, nouveau héros du monde arabe ?

    En savoir plus

  • LIBYE

    La Banque mondiale reconnaît à son tour le CNT

    En savoir plus

  • LIBYE

    Réfugié au Niger, Saadi Kadhafi est sous surveillance des autorités de Niamey

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)