Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • En direct : le "non" à l'indépendance de l'Écosse remporte 55,3 % des voix

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • À Washington, Petro Porochenko réclame et obtient plus de soutien des États-Unis

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

Economie

La Chine prête à investir davantage en Europe

Vidéo par Joris Zylberman

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/09/2011

En pleine crise de la dette, le Premier ministre chinois Wen Jiabao a assuré que Pékin allait "continuer d'augmenter ses investissements en Europe" pour contribuer "à une croissance mondiale équilibrée".

AFP - La Chine est prête à contribuer à une croissance mondiale plus équilibrée, notamment en investissant davantage en Europe, mais demande à être reconnue comme économie de marché à part entière, a déclaré mercredi à Dalian (nord-est) le Premier ministre chinois Wen Jiabao.
              
"La Chine pense que l'économie européenne peut rebondir", a déclaré le chef du gouvernement à l'ouverture du Forum d'été de Davos, et "elle va continuer d'augmenter ses investissements en Europe".
              

Mais, a ajouté le chef du gouvernement de la 2e économie mondiale, "j'espère que les dirigeants des principaux pays européens envisageront avec courage leur relation à la Chine d'un point de vue stratégique".
              
M. Wen a notamment fait référence à la demande de la Chine de se voir accorder le statut d"'économie de marché à part entière" de la part de l'Union européenne, qui estime que les conditions ne sont pas encore réunies.
              
La plupart des grandes entreprises chinoises restent propriété de l'Etat et leurs dirigeants sont souvent nommés par le pouvoir politique.
              
"J'espère qu'il y aura des avancées sur ce sujet lors du prochain sommet UE-Chine", a encore dit le chef du gouvernement chinois.
              
La Chine a réaffirmé son soutien à l'Europe ces dernières semaines alors que la crise des dettes souveraines s'alourdit et plombe les Bourses mondiales.
              
Le gouvernement chinois, qui est assis sur plus de 3.000 milliards de dollars de réserves de change, en investit une part grandissante dans des actifs en euros et s'est déjà engagé à soutenir la Grèce, l'Espagne ou le Portugal.
              
Sous pression des marchés, l'Italie a assuré mardi ne pas avoir demandé à la Chine de l'aider en achetant sa dette. Mais elle a indiqué discuter avec des investisseurs chinois de possibles investissements industriels dans la péninsule.
              
Plus généralement, M. Wen a assuré que la deuxième économie mondiale voulait "davantage contribuer à une croissance mondiale équilibrée".
              
A cet égard, il demandé aux Etats-Unis de lever leurs restrictions sur les investissements chinois sur le sol américain ainsi que sur leurs exportations de technologies sensibles vers la Chine.
              
"Nous pensons que les Etats-Unis peuvent surmonter leurs difficultés", a-t-il dit avant de souligner que la Chine, qui détient plus de 1.100 milliards de bons du Trésor américain, allait "présever la confiance et les intérêts des investisseurs".
              
Le chef du gouvernement chinois a aussi insisté sur la nécessité de contenir le gonflement des dettes dans les pays occidentaux.
              
"Il faut empêcher la crise des dettes souveraines de s'étendre" et "acélérer la réforme du système économique et financier" par une meilleure coordination entre Etats.
              
Les déclarations de M. Wen interviennent alors que les grands pays émergents du Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) discuteront la semaine prochaine de la possibilité de venir en aide à l'Union européenne engluée dans la crise de la dette.
              
Le chef du gouvernement chinois a enfin promis que "la Chine continuera à suivre une stratégie d'expansion de la demande intérieure" et "d'augmentation de la demande des consommateurs pour tirer la croissance économique", alors que l'investissement et les exportations occupent encore une place démesurée.
             
 

Première publication : 14/09/2011

  • CRISE FINANCIÈRE

    Pourquoi la Chine n'a pas intérêt à ce que la zone euro s'effondre

    En savoir plus

  • CRISE DE LA DETTE

    Merkel veut apaiser les marchés, paniqués par les risques d'une faillite de la Grèce

    En savoir plus

  • BOURSES

    Les rumeurs entretiennent la nervosité sur les marchés européens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)