Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Burkina faso autorise l'exhumation de la dépouille présumée de Thomas Sankara

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

World Press Photo : l’un des lauréats perd son prix

En savoir plus

POLITIQUE

"La réintégration de l’Iran dans la politique mondiale est nécessaire"

En savoir plus

POLITIQUE

"Marine Le Pen incarne un parti résolument anti-libéral de droite"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Évasion fiscale : "En 3 ans, les États ont pu récupérer 37 milliards d'euros"

En savoir plus

FOCUS

Mexique : les déplacés de la guerre des cartels

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hugh Jackman dans "Chappie" : enfin un rôle de méchant!

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Départementales : l'UMP et le PS vent debout contre le FN

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "La situation s'est beaucoup améliorée"

En savoir plus

FRANCE

Ziad Takieddine mis en examen dans le volet financier de l'affaire Karachi

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/09/2011

L'intermédiaire franco-libanais a été mis en examen pour abus de biens sociaux et a été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter le territoire. Il est soupçonné de malversations financières dans deux contrats d'armement.

REUTERS - Le milliardaire Ziad Takieddine a été mis en examen mercredi pour abus de biens sociaux dans le cadre d'un présumé financement politique frauduleux de la droite en France, a déclaré son avocat.

Cet intermédiaire dans des contrats d'armement a été placé sous contrôle judiciaire "classique", une interdiction de quitter le territoire et d'entrer en contact avec les autres
protagonistes de l'affaire, a ajouté Ludovic Landivaux. Ziad Takieddine a été interrogé par le juge d'instruction Renaud Van Ruymbeke dans une affaire visant un supposé
financement de la campagne présidentielle de 1995 du candidat de droite Edouard Balladur par des commissions frauduleuses en marge d'un marché de livraison de sous-marins au Pakistan.

Selon le site Mediapart, le juge dispose d'un témoignage mettant en cause l'homme d'affaires, ainsi que Thierry Gaubert, ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy et Nicolas Bazire, ex-directeur de cabinet d'Edouard Balladur à Matignon.

Selon ce témoin, Thierry Gaubert a accompagné à plusieurs reprises Ziad Takieddine dans une banque suisse pour y retirer des fonds, remis à Paris à Nicolas Bazire, directeur de campagne d'Edouard Balladur en 1995. Nicolas Sarkozy était porte-parole
de cette campagne.

Ziad Takieddine est au centre de deux importants contrats d'armement des années 1990, la vente de sous-marins au Pakistan en 1994 et un marché de frégates avec l'Arabie saoudite à la même époque.

Une mission d'information parlementaire et des éléments des procédures judiciaires publiées dans la presse ont désigné Ziad Takieddine comme l'intermédiaire par lequel sont passés 33 millions d'euros de commissions occultes dans le contrat des
sous-marins au Pakistan et 200 millions en marge du contrat saoudien.

Les juges Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire pensent que cet argent a pu revenir en partie financer la campagne d'Edouard Balladur, qui a utilisé selon la police plusieurs millions d'euros en espèces.

Les biens de Ziad Takieddine ont été gelés le 4 août dernier dans le cadre d'un litige avec sa femme, Nicola Johnson, avec laquelle il est en instance de divorce. Le juge Van Ryumbeke a fait convoquer cette femme pour un interrogatoire par la police, et elle a remis des documents aux enquêteurs.

Une autre enquête est ouverte sur un attentat ayant tué en 2002 au Pakistan 11 Français travaillant sur le contrat de sous-marins, et qui pourrait avoir un lien avec la corruption.

Le site d'information Mediapart prête à l'homme d'affaires un rôle d'intermédiaire sur divers dossiers, judiciaires et économiques, entre le pouvoir français actuel et le régime de Mouammar Kadhafi avant la guerre qui a renversé son régime.

Total a confirmé avoir versé à l'homme d'affaires libanais près de dix millions de dollars pour racheter des droits d'exploitation en Libye, mais c'était une opération courante et aucunement secrète, a dit la société française.

Première publication : 14/09/2011

  • AFFAIRE KARACHI

    La thèse d'un financement occulte de la campagne de Balladur en 1995 se renforce

    En savoir plus

  • MULTIMÉDIA

    Affaire Karachi : les ingrédients d'un scandale à la française

    En savoir plus

  • AFFAIRE KARACHI

    Pour Alain Richard, la vente de sous-marins à l'Inde n'est pas à l'origine de l'attentat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)