Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Brexit : "Chacun doit mener sa vie comme il l'entend"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Matthew McConaughey en pleine guerre de Sécession dans "Free State of Jones"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Porto Rico, le virus Zika se propage à grande vitesse

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Quand les séries télé fabriquent des héros géopolitiques

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un président en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Année noire pour le tourisme en Turquie

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Après neuf ans de travaux, le canal de Panama prêt à accueillir des navires géants

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet européen : les Vingt-Sept préparent l'après-Brexit (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet européen : les Vingt-Sept préparent l'après-Brexit (partie 1)

En savoir plus

FRANCE

L'État met fin aux prières de rue à Paris en attribuant un lieu de culte

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/09/2011

L'État français et des responsables de mosquées de Paris ont trouvé un terrain d'entente pour que les fidèles musulmans ne prient plus dans l'espace public. Ils pourront pratiquer leur culte dans des locaux appartenant à l'État.

REUTERS - Les responsables de deux mosquées du 18e arrondissement de Paris ont signé avec l'Etat un accord permettant de mettre fin aux prières de rue dans la capitale, a annoncé mercredi le recteur de la Grande mosquée de Paris.
 
L'accord, signé avec la préfecture de police de Paris et la préfecture de région, leur permettra d'occuper pendant trois ans des locaux appartenant à l'Etat.
 
Il s'appliquera dès vendredi, 16 septembre, "notamment pour la grande prière rituelle hebdomadaire du vendredi", précise Dalil Boubakeur dans un communiqué.
 
"Nous nous réjouissons de l'aboutissement de cette solution qui permettra aux musulmans du 18e arrondissement de Paris de remplir leurs obligations religieuses dans des conditions de dignité, dans le respect de l'ordre public en évitant les prières dans la rue", ajoute-t-il.
 
Dans un entretien au Figaro de jeudi, le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, précise que les nouveaux locaux, d'une surface de 2.000 m2, seront loués pour 30.000 euros par an jusqu'en 2014.
 
"Les fidèles n'auront plus intérêt à prier dans la rue, car il n'y aura plus de culte à l'intérieur des mosquées du quartier pendant les premières semaines", explique le ministre.
 
Selon Claude Guéant, plus d'un millier de personnes sont concernées lors des offices des mosquées de la rue Myrha et de la rue Polonceau.
 
Alors que les prières de rue sont officiellement interdites à partir de ce jeudi, le ministre reconnaît que "le problème persiste à Marseille autour de deux mosquées et à Nice".
 
"Ma vigilance sera sans faille pour que la loi soit appliquée", poursuit-il. "Prier dans la rue n'est pas digne d'une pratique religieuse et contrevient au principe de laïcité."

 

Première publication : 15/09/2011

COMMENTAIRE(S)