Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Les États-Unis et Cuba officialisent leur rapprochement

En savoir plus

DÉBAT

Terrorisme en France : l'islam radical dans le viseur (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Terrorisme en France : l'islam radical dans le viseur (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Sous les pavés, la plage"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Valls veut fermer des mosquées salafistes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise au Burundi : Regain de violences a Bujumbura

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Sur les traces du financement de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Terminator Genisys", le retour d'Arnold Schwarzenegger

En savoir plus

FACE À FACE

Alain Juppé : le réveil d'un candidat

En savoir plus

FRANCE

Le tribunal n'entendra pas Alain Juppé dans le cadre du procès Chirac

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/09/2011

La justice a pris acte jeudi de la défection d'Alain Juppé, témoin au procès Chirac. Le ministre des Affaires étrangères, absent en raison de son déplacement en Libye, avait fait savoir dès le mois de juin qu'il ne souhaitait pas être auditionné.

REUTERS - Le tribunal correctionnel de Paris a décidé jeudi de renoncer à l'audition comme témoin d'Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères, cité comme témoin au procès de Jacques Chirac pour détournement de fonds publics.

Les juges, qui ont déjà accepté de juger Jacques Chirac en son absence en acceptant une excuse médicale, ont pris acte de la défection du témoin. Il était convoqué ce jeudi mais a assuré qu'il ne pouvait pas venir du fait de son déplacement en Libye avec Nicolas Sarkozy.

Le président du tribunal Dominique Pauthe a déclaré à l'audience, malgré les protestations des avocats de la partie civile Anticor, association anti-corruption : "le tribunal ne procédera pas à l'audition d'Alain Juppé".

Cité par Anticor en juin, Alain Juppé avait fait savoir au tribunal par lettre qu'il ne souhaitait pas venir mais le tribunal avait insisté dans un premier temps, demandant et
obtenant l'autorisation obligatoire du conseil des ministres.

Alain Juppé avait alors fait valoir que cette date du 15 septembre était la seule disponible dans son agenda pour ce procès qui durait du 5 au 23 septembre.

Le procès porte sur 28 emplois présumés fictifs à la Ville de Paris en 1992-1995, quand Jacques Chirac était maire, et Alain Juppé secrétaire général du RPR et adjoint aux Finances à la mairie.

Alain Juppé avait été condamné en 2005 pour les mêmes faits à 14 mois de prison avec sursis et un an d'inéligibilité. Il est revenu en politique après avoir purgé cette peine notamment après un exil au Canada d'une année.

Première publication : 15/09/2011

  • FRANCE

    En l'absence de Chirac, le procès des emplois fictifs se poursuit

    En savoir plus

  • FRANCE

    Emplois fictifs de la mairie de Paris : les figures clés du procès

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le tribunal autorise Jacques Chirac à ne pas assister à son procès

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)